Soleure : Kerim tue sa femme tunisienne. « Il lui interdisait de parler à qui que ce soit. »

Homicide à Wangen près d'Olten SO

L'Allemand Kerim D. (décédé à 61 ans) de Wangen près d'Olten a tué sa femme tunisienne Aliya S. (décédée à 30 ans), puis s'est ensuite tué lui-même. L'automne dernier encore, il l'avait emmenée en Suisse. La femme a vécu ici comme une prisonnière.

Une maison isolée à Wangen près d'Olten est devenue la scène d'un crime : le samedi midi, la police est arrivée et a fait une terrible découverte. A l'intérieur se trouvent les corps de Kerim D.* (61 ans) et de sa femme Aliya S.* (30 ans). Tout indique que l'Allemand d'origine tunisienne a tué sa femme tunisienne - et s'est ensuite suicidé.

Vendredi midi déjà, les rideaux du rez-de-chaussée de la maison n'avaient pas été ouverts comme à leur habitude, a déclaré un voisin du couple au BLICK. C'est inhabituel. "Les lumières n'étaient pas allumées le soir non plus", déclare la femme âgée. "Je pensais qu'ils étaient partis ou quelque chose comme ça - mais je ne pensais certainement pas que c'était un homicide! Je ne l'aurais pas cru capable d'une telle chose, même si c'était un homme difficile et pas du tout cordial".

[...]

"Kerim interdisait à sa femme de parler aux autres, il l'éloignait des gens, même lorsque ceux-ci la saluaient simplement. Il était très têtu, il faisait des histoires pour un rien".

Elle demandait du soutien pour sa famille

Un autre voisin aurait même réussi à parler à la femme de Kerim dans sa langue maternelle. "Mais nous n'avons parlé qu'une fois, quand l'homme n'était pas là."

Kerim D. a épousé Aliya en avril 2019 et l'a fait venir de Tunisie en Suisse durant l'automne. "Aliya était une femme bien. Elle cuisinait avec amour et publiait toujours des photos sur Facebook. Mais là, elle a également écrit qu'elle était désespérée".

La famille d'Aliya en Tunisie est pauvre et elle a une sœur handicapée. "Elle a demandé si quelqu'un voulait bien soutenir financièrement sa famille. Elle n'était pas autorisée à travailler et son mari ne lui donnait pas d'argent".

"Ils récupèrent leur fille dans un cercueil."

Entre-temps, le voisin a déjà contacté la famille de la défunte en Tunisie. "J'ai offert mon aide. Je suis vraiment désolé pour eux. Ils ont envoyé leur fille en Suisse dans l'espoir qu'elle puisse y travailler et y vivre une bonne vie, peut-être même les soutenir. Au lieu de cela, un an plus tard, ils mettent leur fille dans un cercueil".

On ignore comment la famille d'Aliya paiera le transfert de la défunte vers son pays d'origine. "Ils sont encore sous le choc et ne veulent pas admettre qu'il l'a tuée."

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Blick.ch

Nos remerciements à Dany Riviera

 

4 commentaires

  1. Posté par NIcolas le

    Deux en moins…

  2. Posté par Dominique le

    Quels sont les crétins et angéliques fonctionnaire qui ont accordé un permis de séjour à ce non intégrable?

  3. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Quelle richesse pour nous! quel dommage que cet « allemand » est décédé… une vraie perte pour nous. Comme tout cela est de notre faute, on les a sans doute pas assez bien accueilli ou quelque chose comme ca, la moindre des choses serait de faire venir vivre en Suisse toute la pauvre famille élargie de « l’allemand » et celle de sa pauvre femme tunisienne, non?

  4. Posté par LeVérificateur le

    Par curiosité, que faisait ce Tunisien en Suisse, travaillait-il ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.