Élections régionales de Thuringe : Viol de la constitution par le gouvernement fédéral

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

Élections régionales de Thuringe : Viol de la constitution par le gouvernement fédéral

 

Même la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui était devenue un soutien du gouvernement de gauche de Madame Merkel entre les chrétiens-démocrates, les chrétiens-sociaux et les socialistes, a été choquée par le traitement par le gouvernement fédérale des événements de Thuringe. En effet, c'est le comité de coalition du gouvernement allemand qui a siégé, sur ordre de la chancelière Merkel, pour décider que l’élection du premier ministre de cet État fédéral devait être rendue caduque, bien qu’elle se soit passée démocratiquement. Cela rappelle la triste situation de la République « démocratique » allemande, où le comité central du parti communiste prenait toutes les décisions et où les régions n’avaient aucun pouvoir politique. Ce qui se passe en Thuringe, où le gouvernement de Berlin veut à tout prix faire réélire un premier ministre communiste, doit donc être considéré comme anti-démocratique du point de vue de la constitution fédérale allemande.

 

https://www.achgut.com/artikel/fundstueck_sogar_die_faz_sieht_eine_verfassungskrise

 

Traduction (Claude Haenggli) : Il est surprenant de constater comment le gouvernement s’immisce ici dans la politique d’un État fédéral. En effet, samedi après-midi, ce ne sont pas les présidents des partis CDU, CSU et SPD qui se sont réunis de façon informelle pour discuter de la situation en Thuringe, mais le comité de coalition gouvernemental, qui a une toute autre qualité, même si les présidents de parti y siègent. Il se réunit à la chancellerie, au siège central du gouvernement fédéral. La chancelière, le chef de la chancellerie fédérale et le vice-chancelier sont présents. Dans leurs partis respectifs, ils n’ont pourtant aucune fonction importante. Pourquoi les membres du gouvernement fédéral décident-ils de la suite des événements en Thuringe ? C’est pour le moins délicat sur le plan du droit constitutionnel. Particulièrement à l’Est, cela réveille de vilains souvenirs, quand Berlin dicte comment les choses doivent se passer.

Claude Haenggli 9.02.2020

 

Un commentaire

  1. Posté par maury le

    Merkel sévit encore soutenue par la gauche !!On la croyait out .Cela montre bien qu’on nous enfume quand on nous dit qu’elle se casse ,alors qu’en réalité elle continue à sévir et a tous les pouvoirs, en plaçant une de ses complices à la tête de l’UE elle a bien manœuvré!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.