Schengen, l’aveuglement plutôt que l’aveu

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

Schengen, l'aveuglement plutôt que l'aveu

Les attaques de fourgons transporteurs de fonds tournent gentiment à la routine en Suisse romande. Hier 2 décembre 2019 vers 19h40, c'est à Daillens que les braqueurs ont fait preuve de leurs talents au détriment d'un véhicule de SecurePost, filiale de la Poste. Cette dernière s'est dite «choquée mardi par la violence et l'énergie criminelle des auteurs de cet acte». Oui, c'est vrai, les criminels font volontiers montre de violence et d'énergie criminelle lorsqu'il est question de s'en prendre au bien d'autrui. On ne peut que s'étonner de voir la Poste choquée compte tenu du nombre de fourgons qui ont été visés jusqu'ici, le scénario ayant une fâcheuse tendance à se reproduire. On ne court une nouvelle fois pas grand risque à pronostiquer que les auteurs ont profité de Schengen pour venir se remplir les poches chez nous. Ils ne sont pas les seuls à qui l'abandon des frontières a facilité la vie. Ainsi, à Genève, la commune limitrophe de Perly a dû prendre des mesures par suite de plusieurs agressions. Non, pas de faux espoirs, il n'est pas question de contrarier l'activités des délinquants mais celles des habitants du lieu. Ainsi, trouve-t-on sur le site internet de la commune le message suivant:

«Ne montrez pas vos valeurs. Dans les situations qui se sont déroulées à Perly-Certoux, c’est le vol qui est le mobile et non l’agression, qui survient ensuite comme conséquence du vol. Par conséquent, il faut cacher tout ce qui peut intéresser un voleur. Le téléphone portable ne doit pas être utilisé dans la rue (sauf urgence). Oubliez votre sac à main pour des balades dans la commune, oubliez également les sacs à dos».

Eloquent ! Face à cette violence importée, on serait en droit d'attendre des autorités une action un plus vigoureuse qu'un simple avertissement limitant la liberté de la population locale. On pourrait par exemple mettre en œuvre les dispositions prévues dans les accords de Schengen permettant un retour des contrôles aux frontières en cas de situation exceptionnelle. Mais non. La situation n'est pas exceptionnelle. La situation est normale. D'où il résulte que dorénavant, les violences venues de France deviennent une règle avec laquelle nous allons devoir vivre. Personne n'a envie de remettre la frontière à sa place, ce serait avouer que Schengen est un échec et que, partant, ses promoteurs se sont trompés. Impensable ! Idem pour autoriser les fourgons blindés lourds que le Conseil fédéral ne veut pas sur les routes la nuit pour cause de bruit. Accepter leur usage reviendrait à reconnaître que les fourgons actuels sont volontiers braqués donc que la situation sécuritaire est mauvaise. Là-encore, aucune chance puisque Schengen nous promettait plus de liberté et de sécurité.

Plutôt qu'avouer que Schengen n'a pas atteint les objectifs promis et qu'il faut donc revoir le concept, nos autorités préfèrent l'aveuglement, se contentant de relativiser fortement voire de nier les attaques commises depuis trop longtemps maintenant. C'est la population qui en fait les frais. Vous et moi. C'est parti pour durer. Reconnaître l'échec de Schengen est déjà fort malaisé mais aller en plus le faire savoir à Bruxelles, c'est carrément impossible. L'adage veut que cœur et courage font l'ouvrage. Hélas, à Berne, on ne trouve ni l'un ni l'autre.

Yvan Perrin 3.12.2019

 

4 commentaires

  1. Posté par miranda le

    LA GOUVERNANCE MONDIALE ne manque pas d’ingéniosité pour la réussite du programme.
    Nous constatons que partout où s’installe « le programme », des perturbations, des destabilisations de toutes sortes surgissent (telles celles entre autres décrites dans l’article), AFFAIBLISSANT EN CONTINU LES NATIONS ET LES INDIVIDUS.
    ORDO AB CHAOS.
    L’essentiel est que les citoyens en prennent conscience et comprennent que notre lien à l’UE. n’est plus possible. Car un organe SUPRA NATIONAL qui se satisfait de provoquer du déséquilibre, n’est plus digne d’être « conservé ».

  2. Posté par pepiou le

    La Gauche globalisatrice ainsi qu’une partie de la Droite affairiste ont besoin de Schengen pour d’une part niveller nos droits démocratiques ainsi que nos libertés civiles, et d’autre part instaurer un chaos tout autant social que sécuritaire afin d’avoir un terreau sur lequel leur nouvelle société
    adémocratique et multikulti pourra croître. Schengen est leur sase pour introduire les germes pandémiques qui vont affaiblir puis détruire le pays si nous ne réagissons pas.

  3. Posté par alticor le

    Des braqueurs organisés et armés comme des milices paramilitaires passent la frontière et repartent sans encombre et… Riche ! Pendant que nous croulons sous des lois de plus en plus liberticides et injustes. Merci aux carpettes qui nous servent de dirigeant et aux pauvres guimauves qui votent comme ils le leur disent ! Le jour ou un braquage fera des morts, quelles mesures tordue stupide et lâche prendront-ils pour masquer leur incompétence crasse et nous pourrir encore plus la vie ?

  4. Posté par Antoine le

     »Là-encore, aucune chance puisque Schengen nous promettait plus de liberté et de sécurité. »
    Mme Calamity-Rey :
    https://lesobservateurs.ch/2014/12/09/rts1-infrarouge-ce-soir-uli-windisch-parmi-les-invites-retrospective-sur-schengen-et-ce-quen-disait-micheline-calmy-rey-autre-invitee/
    Puisque Schengen est une passoire, que font nos autorités ? RIEN !
    Ils ne veulent pas dénigrer les  »bienfaits » de la libre circulation (des racailles!)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.