RTS : une série d’émissions annonce l’effondrement de notre civilisation à cause du réchauffement

RTS-Vacarme, 07.10.2019, EFFONDREMENT 1/5 - Collapse or not collapse
Reportage Jonas Pool, réalisation Matthieu Ramsauer

Les conférences sur l'effondrement possible de la civilisation thermo-industrielle se multiplient. Le chercheur Jean Chamel nous présente ces collapsologues venus annoncer, chiffres à l'appui, la fin d'un monde. Quels sont les conseils du conférencier Adrien Couzinier pour y survivre ensemble? Face aux prédictions accablantes, quatre étudiantes de l'EPFL tentent de ne pas céder à l'éco-anxiété, lors d'un stage de Travail qui Relie, où arbres et fourmis portent conseil.

************

Résumé de l’émission :

RTS, introduction de la journaliste : Une nouvelle discipline émerge et commence à s’imposer, la collapsologie ou l’étude de l’effondrement de la civilisation industrielle et de ce qui pourrait lui succéder. Le climat se dérègle, la biodiversité s’évapore, les sols meurent, la croissance galope et les ressources s’épuisent. Se basant sur les conclusions du GIEC sur l’évolution du climat, et, plus ancien, sur le rapport Meadows, qui tirait la sonnette d’alarme en 1972 et annonçait l’effondrement pour 2030, les collapsologues mobilisent en masse autour de leurs certitudes intuitives, jusqu’à générer un mal nouveau, le burnout écologique ou éco-anxiété.

Rendez-vous de l’équipe de la RTS-Vacarme à Yverdon, au festival AlternatYv qui a eu lieu à mi-septembre 2019. Le festival a mis au centre de sa programmation le thème de l’effondrement.

Cenator : Cette émission dépasse toutes nos attentes en matière de débilités que la RTS est capable de concentrer. Nous avons vraiment du souci à nous faire sur le degré d’abrutissement de cette jeunesse.
Les jeunes femmes plus niaises, plus carencées des neurones les unes que les autres se succèdent. L’émission est absolument surréaliste !

 

Le professeur en effondrologie, Adrien Couzinier, a fait son doctorat sur ce sujet.
Une  jeune femme : […] Le rapport du GIEC 2018 nous a fait comprendre qu’il n’y avait plus aucun espoir, du moins si on ne bouge pas radicalement. Maintenant, il n’y a plus rien à faire, on est arrivé à des soupçons d’effondrement, enfin, pas des soupçons, mais des possibilités d’effondrement.

Une deuxième jeune femme, à la voix stridente qui n’est pas encore arrivée à la maturité, annonce le conférencier Adrien Couzinier, ingénieur en économies d’énergie et co-fondateur de l’association Adrastia.

Adrien Couzinier : Émotionnellement, c’est dur pour vous d’être là. Je n’essaie pas d’être optimiste ou pessimiste : j’ai pris les plus grandes publications scientifiques et je les ai condensées.

La Terre, au bout d’un moment, sera trop petite pour absorber tous les déchets, toutes les pollutions qu’on va fabriquer. La transition énergétique, on aurait dû y penser dans les années 70-80. Maintenant, on a 40-50 ans de retard, et arrêtons de se raconter les belles histoires qu’on va déployer des milliards d’éoliennes et de panneaux solaires sur la planète et que nous, on ne va pas changer notre comportement. Non, c’est trop tard. Quasiment toutes les terres cultivées dans le monde sont en dégradation très importante, avec une vitesse de dégradation 10 à 100 fois supérieure à leur vitesse de formation, donc on est en train de détruire toutes les terres agricoles mondiales. Comme le dit Claude Bourguignon, la production alimentation se résume actuellement à faire pousser des plantes malades sur des sols morts. Donc, on ne va pas seulement avoir des problèmes économiques mais aussi d’accès à l’alimentation.

Voilà! On va tous devenir très pauvres, c’est une quasi certitude, et on est en train de créer un réchauffement climatique en émettant beaucoup trop de gaz à effet de serre. En 2100, il est tout à fait possible que nous ayons des étés caniculaires à 55, 56, 58 degrés. Ce sont des températures où tout le monde meurt.

En 2060, l’Espagne deviendra invivable, tout le Sud de la France, l’Italie, les Balkans, la Grèce, la Turquie, le Proche-Orient. Le réchauffement climatique, à lui seul, rend invivable 80-90% de la planète. On devra tous vivre soit en Sibérie soit dans les pays scandinaves, soit au Canada ou en Alaska. Il est prévu que sur les 500 millions de personnes qui vont contracter la malaria d’ici 2050, il y en aura 430 millions en Europe. Cette étude nous dit que toute personne en Europe dans les trente années à venir va choper la malaria.

Alors, comment se positionner émotionnellement là-dedans ? (!) Je vous avoue que c’est assez compliqué mais une chose est sûre, il faut faire moins. Pour l’instant, on a trop d’activité physique (à quel genre d’activité physique pense-t-il ?), on a trop de richesse économique, donc il faut faire moins. Il faut baisser notre production industrielle, donc il faut baisser notre consommation industrielle. [...] Il va falloir être extrêmement solidaires, faire très attention aux gens qui nous entourent, et prier pour qu’ils fassent attention à nous. […]

Le journaliste demande aux gens : Comment avez-vous vécu cette conférence ?

Puis il interroge le conférencier : Vous dites beaucoup : on sait que ça va arriver mais on ne sait pas quand. On est toujours dans l’hypothétique quand on parle du futur. Vous parlez de risques, pas de certitudes.

Adrien Couzinier : J’essaie de contrebalancer cette problématique de crédibilité en additionnant les preuves que notre avenir a des chances de très, très mal se passer. C’est une thématique qui est émotionnellement tellement négative qu’il est normal que les gens essaient de s’échapper. Le moyen le plus simple est le déni, ne pas s’informer, ou  considérer que c’est des bêtises, ce qui est le moyen le plus courant à l’heure actuelle.
Je ne suis pas un collapsologue, parce que la collapsologie est un courant porté par certaines personnalités en France, et qu’à travers ce courant et ces personnalités il y a l’intention d’avoir une représentation de l’avenir. Donc, je ne suis pas un collapsologue parce que je n’ai malheureusement pas une vision positive à proposer aux gens. Je suis quelqu’un qui étudie les risques physiques (!) d’effondrement à venir. Mais pour le grand public, je suis un collapsologue.

Journaliste : un effondriste ?

Adrien Couzinier : Plutôt, oui.

Séquence suivante dans un auditoire de l’Université de Genève. Ambiance de temple, un gourou de l’effondrement écologique donne sa conférence, c’est Aurélien Barraud, astrophysicien, collapsologue. L’auditoire est plein à craquer.

Aurélien Barraud : Il y a un vent de panique chez ceux qui ne veulent rien changer

Interview de Jean Chamel, chercheur affilié à l’Institut d’histoire et d’anthropologie des religions à l’UNIL :

Le terme de collapsologie a été employé pour la première fois dans un livre sorti en 2015: Comment tout peut s’effondrer, petit manuel de collapsologie à l’intention des générations présentes, de Pablo Servigne et Raphaël Stevens. Ce livre a eu un gros succès.

(Ndlr: celui qui a popularisé l’effondrement, c’est l’Américain James Wesley Rawles, avec son livre «  How to Survive The End Of The World As We Know It »)

Journaliste : Le collapsologue est-il un prophète, un prédicateur, un charlatan ?

Jean Chamel : On a traité Aurélien Barraud de gourou apocalyptique. Non, c’est de la science. La collapsologie, ça peut être un moyen de dire stop. Il faut aller au delà du développement durable. Il faut supprimer l’expression de développement durable (parce qu’elle contient encore le mot « développement »). Le mot effondrement est plus puissant, ça touche un public plus large. Les gens se plongent dans l’effondrement, ressentent des choses très profondes au niveau émotionnel, mais pas de la peur. Les anti-écologiques disent que nous voulons faire peur, mais ce n’est pas le mot juste. Ils ont de l’angoisse, de la tristesse, mais pas de la peur. C’est un processus de deuil du monde qui meurt et il faut reconstruire un autre monde sur de bonnes bases.

 

Séquence du camp de collapsologie écologique. Yourte dans les Alpes, les participants sont dans un lieu d’intimité, un peu secret. Reportage au son des cloches de vaches.

Xavier Gravend, aumônier de l’EPFL, explique qu’il a organisé ce camp pour donner suite au cycle de conférences sur l’effondrement qui plombaient le moral des étudiants cet hiver. Les étudiants étaient presque au bord de la dépression, ou d’une fatigue chronique forte.
Donc, l’aumônier de l’EPFL, qui a de la suite dans les idées, a organisé un camp curatif pour les climato-dépressifs. Nous aimerions bien savoir combien il a engrangé pour cette fumisterie…

Au moment de l’interview, les participantes sont parties pour être « en compagnie de nos cousins les arbres, nos cousines les fourmis ». La question qui leur est posée, c’est : quel est mon rôle, quelle est ma place ? Xavier Gravend et le staff de la RTS se dirigent vers la yourte pour voir de quoi il s’agit.
Non, vous ne rêvez pas, il ne s’agit pas des adeptes d’une nouvelle secte, mais bien d’étudiants de l’EPFL !

Il y a différentes étapes à franchir, comme dans un deuil. D’abord s’ancrer dans la gratitude, ensuite honorer sa peine, etc.

Le micro de la RTS est tendu à une jeune femme qui explique comment elle a honoré sa peine environnementale :

- Il y a six ans, j’avais de la colère contre les personnes responsables de la destruction de l’environnement, dans les grandes multinationales qui exploitent le vivant et ne se rendent pas compte de la beauté de ça et de la nécessité de changer le système. Je me souviens, j’ai beaucoup pleuré il y a six ans, à chaque exercice je pleurais, mais mes émotions ont été acceptées, honorées et ensuite, on se sent vraiment bien.

Xavier Gravend : J’ai honoré ma peine par rapport à mon enfant de deux ans. Je suis d’une génération qui n’est pas innocente, j’ai pris l’avion (oh le monstre!), j’ai profité de la vie, avec son luxe que nous donne notre civilisation thermo-industrielle, et avec ça, j’ai vraiment grandement aussi contribué à la pollution de cette planète. Et donc, j’ai déposé cette tristesse, cette colère, cette honte, aussi, de dire à mon fils que je ne lui offre pas la planète que j’aimerais lui offrir. J’en ai honte. J’ai mal. J’aimerais agir autrement. Le système ne me le permet pas forcément mais ça nous fait mal ce qui se passe dans le monde aujourd’hui.

Troisième étape de la thérapie : changer de regard. Le racine de notre crise écologique actuelle est notre anthropocentrisme. C’est de dire que tout nous est dû, que nous pouvons en disposer. On parle de notre stock de poissons. Non, ce sont des populations de poissons. Ce sont nos frères, nos sœurs, les poissons ! On va en forêt en disant : c’est cool les loisirs en forêt. Non, ce sont des arbres, ce sont des cousins. Il faut revenir à cette solidarité. J’aime beaucoup ce slogan : nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend.

 

Les jeunes sont assises sur des arbres et s’appellent les unes les autres par des cris de loup.

Suit l’interview de Natacha. 28 ans, Maya, 23 ans, Florence, 32 ans, et Catherine, 25 ans. Les témoignages su succèdent.

- Le fils de Trump qui va ramener des trophées de safari, moi, ça me touche ! Quand j’en parle en soirée, on me fait taire. Moi, ça bouillonne en moi ! Ici, il y a des gens qui m’écoutent et disent : je comprends ce que tu dis.

- Le TQR (nom de ce camp de collapsologie curative) me propose des solutions.

- L’effondrement est inévitable. Moi qui suis très cartésienne, je suis dans l’intellectuel, mais l’effondrement, c’est scientifiquement prouvé. Et je me retrouve face à tous ces savoirs, à tous ces spécialistes qui disent avec certitude ce qui va se passer, et il ne se passe rien au niveau politique, il ne se passe rien au niveau des grandes instances. J’ai aussi beaucoup lu sur les climatologues qui sont en dépression parce que eux, c’est leur boulot, ils doivent tout le temps analyser, pas comme moi, qui ai encore un champ de possibilités, qui ai encore confiance.

- J’ai honoré ma peine de ne pas pouvoir me réjouir complètement d’avoir des enfants, par peur de ne pas pouvoir les protéger. Des incendies, des guerres civiles. Moi, je pense qu’à un moment donné, même la meilleure maman du monde ne pourra pas le protéger, si c’est si terrible que cela. Et maintenant, grâce au stage, je me dis que peut-être cela se passera mieux que toute la vision apocalyptique que j’avais.

- Une fourmi est venue sur moi et m’a mordue. Cela représentait pour moi qu’on va sûrement vivre des moments difficiles, de stress, d’angoisse, de peur, d’agressions. L’effondrement, pour moi, c’est le fait de se dire qu’on va passer à un autre monde. Ça, c’est assez positif, et même de se dire qu’on a la chance de vivre ce passage dans l’histoire de l’humanité, ça a un côté assez excitant. Mais d’un autre côté, ce n’est pas très fluide comme processus et ça génère beaucoup de tensions et beaucoup d’injustices. Et ça, c’est assez déprimant.

***

Ceci est le résumé de la première émission d’une série qui va poursuivre ce thème toute cette semaine. Une précédente série portait sur les populistes (bien entendu, sans donner la parole aux prétendus populistes). Toujours imbibée d’idéologie gauchiste sans la moindre nuance, ni retenue.

La plupart de nos concitoyens n’entendent jamais rien d’autre que la propagande rouge diffusée dans nos médias et surtout sur les ondes de la RTS. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les Romands se ruent à tête baissée dans toutes les hystéries orchestrée par la gauche.

L’aspect terriblement inquiétant de cette affaire provient du fait que même ces jeunes crétinisés, qui ont fait l’EPFL, ne disposent pas d’une capacité de raisonnement scientifique suffisante leur permettant d'avoir un minimum de recul pour voir leur imbécilité sidérale.

De plus, tout comme Dubochet, le fait d’avoir fait des études scientifiques leur procure une aura, une justification devant le grand public. Ce statut serait la preuve qu’ils détiennent la vérité climatique... d’autant plus que les voix des scientifiques qui les contredisent sont réduites au silence.

Résumé et commentaires : Cenator

***

M. à j. : l’émission de mardi était encore pire que celle de lundi : 

EFFONDREMENT 2/5 - Plus chaud que le climat
« La rue, le campus, le tribunal et l'église: autant de lieux stratégiques pour la lutte contre le réchauffement climatique et l'effondrement de la biodiversité. [...] Le groupe d'activistes Extinction Rebellion prône la désobéissance civile non-violente. Le psychanalyste Pierre-Henri Castel voudrait voir apparaître, contre les destructeurs de l'environnement, une violence réfléchie et inventive. »

***

La déferlante de la propagande gauchiste a infiltré chacune des émissions de la RTS (ainsi, ce mardi, l’émission qui suit Vacarme, « Histoire vivante », est consacrée à Shakespeare. Le spécialiste de Shakespeare dit que prétendre que Shakespeare avait des nègres, c’est comme nier le réchauffement climatique : 13:58).

Tout comme la propagande climatique, la propagande anti-souverainiste et anti-populiste est absolument omniprésente.

Avant la chute du mur, dans les pays communistes, les anticommunistes étaient estampillés « ennemis du peuple ». De nos jours, les souverainistes sont qualifiés de « fascistes » par la gauche et, parmi eux, se trouvent aussi les hérétiques du climat... tous bons pour le bûcher. 

Ne pas laisser place à la contradiction, diaboliser ceux qui osent penser autrement, les réduire en silence, accaparer le pouvoir par le mensonge et l'intimidation, la manipulation de masses, dominer par le règne absolu de la pensée unique dans les médias, vouloir transformer la société sans tenir compte de l’héritage culturel-civilisationnel dont nous avons bénéficié, détruire par des théories fumeuses ce qui a été laborieusement construit durant des millénaires... voilà bien une forme de «fascisme». 

Nous ne pouvons que conclure que la gauche moralisatrice est anti-démocratique, raciste envers ses indigènes et dont le nationalisme dévoyé porte sur l’universel, l’international, cette gauche qui se revendique antifasciste, est en réalité, fasciste, totalement fasciste.

8 commentaires

  1. Posté par Nicolas HUBLOT le

    Des scientifiques de 13 pays écrivent au secrétaire général des Nations unies contre l’alarmisme climatique.
    https://www.climato-realistes.fr/des-scientifiques-de-13-pays-ecrivent-au-secretaire-general-des-nations-unies-contre-lalarmisme-climatique/

    Concernant le prétendu problème de surpopulation mondiale, il suffit de faire la division de la population mondiale par la surface de la France. Notez ensuite que, par exemple, en France, est considérée habitable une pièce de 9m² (comme en taule finalement). Comparez alors la surface obtenue au premier calcul avec la surface minimum habitable en France pour savoir si nous sommes vraiment si nombreux sur Terre. Vous déduirez alors que si l’humanité tient en totalité sur les terres de France, cela signifie que l’ensemble des continents et la totalité des surfaces maritime sont disponibles pour alimenter la population mondiale.

    PS :
    Années 70 : quand les médias et scientifiques annonçaient…un refroidissement climatique dramatique imminent
    http://echelledejacob.blogspot.com/2019/09/annees-70-qyuand-les-medias-et.html

    Vexé que son dogme catastrophiste sur le climat puisse être contesté, Aymeric Caron quitte le plateau de Sud Radio
    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2019/06/26/vexe-que-son-dogme-catastrophiste-sur-le-climat-puisse-etre-conteste-aymeric-caron-quitte-le-plateau-de-sud-radio/

    Entre 2016 et 2018, environ 1 500 articles scientifiques revus par des pairs ont été publiés qui soutiennent une position qui met en doute le prétendu « réchauffement climatique d’origine anthropique »
    http://free.niooz.fr/entre-2016-et-2018-environ-1-500-articles-scientifiques-revus-par-des-pairs-ont-ete-publies-qui-soutiennent-une-position-qui-met-en-doute-le-pretendu-29301421.shtml

    Lettre ouverte au GIEC de Marvin Herndon
    https://www.lelibrepenseur.org/lettre-ouverte-au-giec-de-marvin-herndon/

    32 000 scientifiques américains signent une pétition qui dénonce la théorie du réchauffement climatique comme étant un canular.
    http://www.wikistrike.com/2018/01/32-000-scientifiques-americains-signent-une-petition-qui-denonce-la-theorie-du-rechauffement-climatique-comme-etant-un-canular.html

    Bonjour chez vous très chers cousins suisses et entraidons-nous afin de chasser la mafia apatride occupant tous les postes du pouvoir ! Que cela soit vif et bref !!

  2. Posté par Hervé le

    C’est une discipline vieille comme le monde. Toutes les religions l’ont eu, et la religion climatique l’a aussi. On pourrait aussi les appeler par d’autres noms, comme le Club de Rome. Moi je les appele simplement sociopathes.

  3. Posté par Hexgradior le

    Qu’Aurélien Barrau retourne à l’étude de ses trous noirs.
    Sinon, cet effondrement, qui fait les choux-gras de la RTS, est tout-à-fait plausible au niveau de l’approvisionnement énergétique. Toutefois, il n’est en aucun cas une raison pour étaler une grosse motte de beurre néo-marxiste et new-ageuse sur la tartine.
    Plus opportuniste que la RTS, tu meurs…

  4. Posté par Sunshine le

    Il n’y a rien de scientifique dans cette histoire, ils sont sans cesse dans l’émotionnel et la repentance. Ces crétins vont nous faire exploser de nouvelles taxes sans qu’il n’y ai d’impact sur notre climat. Il faut être sacrément gonfler de prédire l’avenir du climat. Je me méfie des gens lisent dans leur boule de cristal. Ils ne qu’hurler au catastrophisme irréel. Soros aux manettes ?

  5. Posté par G. Guichard le

    Ce sont les énièmes vêtements nouveaux des divers bolchevismes…

  6. Posté par Fanfouet le

    Et on n’a pas encore touché le fond ! J’ai 3/4 de siècles au compteur, une formation d’ingénieur, je pensais avoir tout entendu, tout lu, mais là les bras m’en tombent… Quand donc la cassure s’est elle produite ? Comment des étudiants EPFL, qu’on imagine intelligents, mais surtout capables d’esprit critique, se font embarquer dans une niaiserie pareille, d’une débilité sans pareille, proche des croyances d’une Terre plate et de la Créativité vieille de 6’000 ans ?
    Quelque chose a foiré, et pas qu’un peu ! Ces énergumènes ne mériteront jamais le titre d’ingénieurs, ils sont disqualifiés, hors course ! Comment peuvent-ils gober des âneries pareilles, cela dépasse l’entendement !

  7. Posté par Bussy le

    C’est vrai qu’il aurait fallu penser à la transition énergétique il y a 40 ou 50 ans, en plus ça aurait supprimé notre dépendance au pétrole et tout ce qui va avec (pollution mais aussi islamisation et corruption des politiciens, guerres du pétrole) et il aurait fallu également limiter drastiquement l’augmentation de la population mondiale, surtout africaine vu qu’elle déborde sur l’Europe, sujet qui n’est toujours pas à l’ordre du jour pour personne bien que ce soit la mesure numéro 1 à prendre, ce qui indique clairement que personne n’est disposé à faire une effort, pas plus qu’il y a 40 ou 50 ans.
    Donc on va continuer à aller droit dans le mur, et l’affolement général empêchera peut-être de prendre des mesures, entre autres techniques, la technique étant seule à pouvoir nous sauver.
    Abandonner le quantitatif et passer au qualitatif, avoir une croissance intelligente, c’est ça qui devrait être à l’ordre du jour, mais malheureusement on n’en prend pas le chemin, les bien-pensants font, entre autres domaines, tout pour une croissance démographique accélérée en Europe, croissance démographique loin d’être qualitative car faite d’analphabètes juste bons à pomper le peu de ressources qu’il resterait pour assurer un début de transition énergétique.
    La bonne nouvelle, c’est que le peu d’animaux qui restent sur cette planète recommenceront à avoir de l’espace quand la plupart des humains seront morts, de malaria, guerres civiles, faim, suicide, etc.

  8. Posté par Antoine le

     »il faut reconstruire un autre monde sur de bonnes bases »
    J’aimerais bien que les  »bonnes bases » soient énoncées (socialisme, communisme, … utopie vérifié)
     »il a organisé ce camp pour donner suite au cycle de conférences sur l’effondrement qui plombaient le moral des étudiants cet hiver. Les étudiants étaient presque au bord de la dépression, ou d’une fatigue chronique forte »
    Quelle catastrophe ! Mais un bon bol d’air frais et vivifiant de la montagne et c’est reparti !
    Ce genre d’attaque de catastrophisme rend les gens très fragile !
     »Une fourmi est venue sur moi et m’a mordue. Cela représentait pour moi qu’on va sûrement vivre des moments difficiles, de stress, d’angoisse, de peur, d’agressions »
    A vouloir trop s’approcher du feu, certains en ont perdu les ailes …
     »De plus, tout comme M. Dubochet, le fait d’avoir fait des études scientifiques et reçu le prix Nobel de CHIMIE leur procure une aura, une justification devant le grand public » !
    – M. Dubochet un un chimiste PAS un climatologue
    – Sainte Greta est un écolière PAS un climatologue
    – Al Gore le menteur est un politicien PAS un climatologue
    http://www.wikistrike.com/2015/09/al-gore-le-nobel-menteur-sauveur-de-planete-et-milliardaire-du-carbone.html
    – etc …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.