La RTS milite pour le retour des «damnés de Daech»

Mireille Vallette
journaliste

Publié par Mireille Vallette le 7 octobre 2019

Jeudi 3 octobre, la Radio télévision suisse (RTS) nous a offert un reportage sur les ressortissants suisses djihadistes emprisonnés en Syrie.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

De la très haute propagande, une véritable splendeur !

Je me demande d’ailleurs qui peut bien avoir supporté de le regarder jusqu’au bout. Moi, je n’ai pas pu faire autrement que de quitter mon canapé. Et j’ai fait le ménage dans mon salon pour me passer les nerfs. Car voyez-vous, il s’agit aujourd’hui de faire pression sur le Conseil fédéral pour qu’il s’engage à rapatrier les djihadistes, comme de nous préparer à accepter le retour de ces criminels qu’il faudrait avant tout faire sortir de «l’enfer des camps» et de cette «situation dramatique» dans laquelle ils se trouvent. De l’enfer qu’eux même ont fait subir à leurs victimes, on ne parlera évidemment pas. Et du risque qu’ils feront peser sur les pays où ils rentreraient, comme les revenants du djihad d’Afghanistan qui ont déstabilisé la Bosnie l’amenant à la guerre civile, on ne parlera pas non plus.

Une méthode efficace

Comment atteindre cet objectif ? Il s’agit d’abord et surtout de nous attendrir sur le sort de ces djihadistes, qui, doit-on encore le rappeler, sont allés de leur plein gré rejoindre l’État islamique, le soutenir, et participer de près ou de loin à ses exactions: décapitation, viols, esclavage.

Serez-vous étonnés si je vous dis que tout au long de cette entreprise de propagande, la RTS oublie de nous rappeler en quoi ont justement consisté les exactions et les cruautés de l’État islamique ? En parler serait gênant, et surtout cela risquerait de ternir l’attendrissante histoire de ces jeunes gens dont les parents étaient si «fiers», et dont la mort, quand elle a eu lieu, a été une «terrible nouvelle».

Ce reportage commence donc par tenter de nous amener à nous identifier avec les parents de ces djihadistes. Ensuite, on nous montre d’attendrissantes photos et vidéos de leurs plus jeunes enfants. Notez bien qu’il y a une gradation: quand nous sommes considérés comme suffisamment attendris par les images des plus jeunes enfants, on nous parle d’une adolescente de treize ans, d’une jeune femme, et pour terminer d’un jeune homme.

Surtout ne posez pas de questions

La question subliminale qui nous est posée est la suivante: n’aurions-nous pas tous pu élever ces adeptes de l’État islamique, désireux seulement de «vivre pleinement leur religion» ? D’ailleurs, on nous dit qu’ils viennent «de chez nous», et que nous les avons «peut-être fréquentés à l’école ou au travail».

Être adepte de l’État islamique ce serait si naturel et si fréquent, Mme Michu. Allons-y, identifions-nous, et avec la RTS et leurs parents, réclamons qu’ils soient «sortis de cet enfer» au plus vite !

Les questions qui a contrario ne nous seront jamais posées sont les suivantes : Comment se fait-il que ces djihadistes ne remettent pas en question l’idéologie qui les a amenés là-bas, et qu’en même temps ils attendent notre mansuétude ? N’aurions-nous pas plutôt risqué de faire un jour partie des victimes de ces combattants du djihad, s’ils avaient pu étendre leur pouvoir ? S’ils avaient gagné, seraient-ils en train de réclamer d’être rapatriés ? En cas de retour en Suisse, nos propres enfants ou petits enfants ne risquent-ils pas de faire également partie de leurs victimes ?

Surtout ne jamais se remettre en question

Une chose interpelle et révolte tout au long de cette propagande : ces djihadistes ne présentent pas de prise de conscience crédible. Ils nous disent parfois avoir « fait des erreurs », ou ne pas avoir trouvé ce qu’ils cherchaient. Mais on ne les entend jamais dire qu’ils seraient hantés par le sort et les souffrances des victimes de l’Etat islamique, et par celles de leurs enfants, pourtant du même âge que les leurs, tout aussi innocents, et certainement pas entrainés à tuer et à haïr les mécréants. Quand à remettre en question l’islam qui les amenés là- bas pour «vivre pleinement leur religion», n’y pensez même pas.

Les grands-parents qui réclament le retour de leurs enfants ou petits-enfants, sont eux incapables de faire la moindre introspection sur leurs méthodes d’éducation, alors qu’il faut bien le dire, elles ont eu des résultats désastreux. Leur caractéristique commune, sans exception, semble d’être absolument incapables de la moindre remise en question, comme de la capacité à évaluer les conséquences de leurs actes. Leur problème n’est pas ce que leurs enfants ont fait subir à autrui, mais la peine qu’ils leur ont fait à eux.

On les entend ad nauseam réclamer le retour de leurs enfants et de leurs petits-enfants, mais jamais on ne les entend s’interroger sur le cauchemar que leurs enfants ont fait vivre à autrui. Surtout ils ne s’inquiètent absolument jamais de ce que leurs enfants et petits enfants endoctrinés à la haine du mécréant risquent de faire vivre à nouveau à autrui, si d’aventure ils devaient revenir en Suisse et y continuer leur combat.

De la Bosnie à la Suisse puis à la Syrie

Le pire pour moi a été de devoir écouter les sanglots d’une mère d’origine bosniaque, accueillie en tant que réfugiée en Suisse, dont la famille a même reçu le passeport. Passeport en vertu duquel cette femme réclame, sans aucune honte et en pleurant sur son propre sort, qu’on ramène «à la maison», son fils djihadiste «sain et sauf avec sa famille». Rien que ça.

Nous avons même pu entendre ce jeune homme déclarer au téléphone, que tout ce qu’il désirait c’était «rentrer en Suisse» car il était vraiment «fatigué psychologiquement», et qu’il regrettait…… «le mal qu’il a fait à ses parents». Quand on vous dit que l’islam est une religion qui empêche toute remise en question, et pousse ses adeptes à se victimiser, sans jamais tenir compte d’autrui relégué au néant.

Pour pousser encore plus loin notre capacité d’identification avec cette mère, Temps présents la prénomme «Sophie», et il est précisé que c’est un nom d’emprunt. Probablement que Jasmina, Medina ou Amina auraient sonné moins «suisse», et surtout il y aurait eu trop de risques que certains, plus malins que d’autres, commencent à comprendre qu’il pourrait peut-être y avoir un lien entre l’islam et l’État islamique? «Sophie», comme votre servante, c’est plus rassurant. Apparemment on nous prend vraiment pour des cons.

Pour couronner le tout, les journalistes nous présentent cette famille comme particulièrement digne de pitié et éprouvée, car nombre de ses membres seraient déjà morts au combat en Bosnie, du côté islamique très probablement. Le père nous avoue d’ailleurs, vers la fin du reportage, avoir porté les armes à l’époque. Apparemment cela n’a pas servi de leçon ni au fils ni aux parents, qui ne semblent pas avoir alerté leur fils sur les dangers que l’idéologie islamique fait courir aux régions dans lesquelles elle s’implante.

La guerre en Bosnie, vous y aviez compris quelque chose ?

Car chers amis, j’en profite pour vous expliquer ce que la RTS ne vous dira jamais. Qui à la fin du XXème siècle déjà, voulait instaurer un Etat islamique en Europe ? Alija Izetbegovic, le leader des musulmans de Bosnie, un proche des Frères musulmans, auteur en 1970 d’un «manifeste islamique» qui énonçait déjà clairement son projet d’instauration de la charia.

Né en 1925, Izetbegovic commença par soutenir pendant la deuxième guerre mondiale les nazis croates ou «Oustachis» ainsi que les nazis musulmans de la division Waffen-SS «Handschar». Par la suite, il entra en politique pour défendre son projet de république islamique, sans tenir compte de l’opposition des nombreux Bosniaques non musulmans, soit de plus de la moitié de la population tout de même.

D’anciens djihadistes arabo-musulmans, de retour d’Afghanistan, vinrent lui prêter main forte et semer le chaos dans la région. Une guerre religieuse fut déclenchée dans une région autrefois laïque, et les djihadistes «Afghans» y jouèrent un rôle important. Le fils de «Sophie», arrivé en Suisse à l’âge de six mois, semble avoir voulu reprendre le flambeau de ces «Afghans» de Bosnie pour instaurer un Etat islamique, au Moyen-Orient cette fois-ci.

Sommes-nous en droit de nous inquiéter de la suite des exactions de ce jeune homme et de ses pairs, s’ils devaient être rapatriés un jour pour faire plaisir à leurs parents, et à la RTS ? Je dois dire que n’ai aucune envie de prendre le risque de voir la Suisse ou l’Europe se transformer en une nouvelle Bosnie. Et tant pis pour «Sophie» qui a si mal remercié le pays qui lui a donné l’asile et lui a offert son passeport.

Des djhadistes qui nous ressemblent tantEnsuite, nos deux journalistes de propagande partent pour le Moyen-Orient pour y retrouver ce «Vaudoi » Adnan, «la petite fille d’Hervé», la «maman» genevoise et ses trois filles «épuisées et dénutries». Encore un effort pour s’identifier à eux !

Bien entendu, nous avons aussi eu droit, au cours de la quête dans le camp, à la femme en burqa qui a essayé de nous attendrir et de minimiser ses crimes: «C’était une erreur, les humains ne pardonnent-ils pas les erreurs? Ici vous verrez des personnes de tous les pays qui veulent juste rentrer chez elles…je demande juste un peu de pitié»…Pitié dont on sait que les membres de l’Etat islamique n’ont jamais fait preuve envers leurs victimes. Pitié qu’ils n’ont jamais pour les mécréants, mais revendiquent toujours pour eux-mêmes. Mais cela on ne vous le dira pas.

Notre journaliste à la recherche d’une «Genevoise» enquête donc dans un camp de femmes en niqab, en montrant partout une photo de l’époque où elle s’habillait normalement et montrait son visage. Évidemment, personne ne la reconnaît, et on se demande encore une fois si on ne nous prend pas vraiment pour des cons. Puis la journaliste finit par s’identifier si fort aux djihadistes, qu’elle nous dit avec des trémolos dans la voix que la fille d’Hervé et son mari «avaient l’air très amoureux» puis qu’« ils étaient prêts à prendre le risque de mourir plutôt que d’être séparés». Roméo et Juliette au pays de l’Etat islamique, la RTS espère que vous en pleurerez à chaudes larmes. Pour ma part, cette complaisance m’a fait grimper au plafond.

Pour terminer, la journaliste rencontre le fils de «Sophie» qui dit ne pas être allé au combat, encore un, qui se plaint de ses conditions de détention et du fait que toute sa vie il portera une étiquette sur le front écrit «Daech». Il dit regretter son erreur, mais comment lui faire confiance ? Et puis où est la compassion pour les victimes de l’idéologie qui l’a amené ici ? Les djihadistes mentent si facilement! Remet-il l’avènement d’un État islamique en question, ou simplement la forme que celui- ci a pris ?

Rapatrier et juger les djihadistes en Suisse ? Sur quelle base ?

Sa mère «Sophie» éplorée désire que son fils soit rapatrié pour être jugé «correctement» en Suisse. Pas en Syrie, en Irak ni en Bosnie, bien entendu. Car elle sait probablement qu’en Suisse, il ne risque pas grand-chose, la loi n’ayant pas prévu ces cas de figure. En effet, en Suisse, il n’y a pas de peine sans loi…..et sans loi il n’y a donc pas de peine.

Le premier article du code pénal est très clair là-dessus :
Art. 1 1. Pas de sanction sans loi

Une peine ou une mesure ne peuvent être prononcées qu’en raison d’un acte expressément réprimé par la loi.

A ce sujet, on aimerait entendre Carlo Sommaruga, partisan assumé du retour des djihadistes, nous expliquer quelle loi exactement et ainsi quelle peine, il prévoit d’appliquer à ces revenants du djihad. Cher Carlo Sommaruga, les commentaires étant ouverts sur ce blog, nous attendons avec intérêt vos propositions concrètes.

«Sophie» sait aussi que toute façon, en Suisse, il n’y a pas de témoins: les témoins sont tous en Irak, en Syrie, ou bien ils sont morts. Sur quelle base, sans loi spécifique et sans témoins, condamnerait-on son fils, qui dit comme tous les autres n’avoir rien fait ?

Je paie malgré moi pour faire pression sur le Conseil Fédéral

Bon, je sais, vous allez me dire que je me suis déjà fâchée à plusieurs reprises à ce sujet, par exemple lorsque j’ai lu le livre de David Thompson «Les revenants», ou lorsque Mehmet Gultas nous a offert sur «Forum» un monument de bons sentiments dévoyés. Mais reconnaissons-le, plus ça change plus c’est la même chose, et à la longue la colère monte: on se demande même qui est derrière et organise cette propagande. Nos journalistes sont-ils vraiment tous aussi stupides ?

Car il se trouve que je paie une redevance obligatoire pour me faire laver le cerveau et entendre la RTS faire pression sur le Conseil Fédéral à mes frais. En ce qui me concerne cela ne fonctionne pas, vous l’aurez compris, mais que penser de l’effet de ce genre de reportage sur des enfants ?

L’État islamique c’est juste une erreur, les islamistes méritent juste un peu de pitié, car tuer des gens, les violer et les mettre en esclavage c’est juste «vivre sa religion», le seul problème c’est que ça fait de la peine à leurs parents comme la pauvre «Sophie» ou le cher Hervé, mais les victimes on s’en fout. Et ensuite on peut demander à être rapatrié en Suisse, pour avoir une peine très légère, on doit juste dire qu’on s’est trompé et qu’on demande un peu de pitié, la RTS vous soutiendra, d’ailleurs Karin Keller-Sutter et Ignazio Cassis qui s’y opposent sont vraiment bien méchants selon le reportage. Mais ils vont devoir changer sous la pression de la presse.»

Pour la RTS il y a des crimes bénins et des crimes impardonnables. Mais elle et moi n’avons pas les mêmes critères.

J’avoue que ce qui me surprend toujours, c’est que cette pitié et cette compassion dévoyées que les journalistes de la RTS tentent si fort de nous inculquer, ils ne la ressentent étonnamment jamais pour ceux qui par leur seule existence sur cette terre, excitent leur exécration et leur font perdre le sens de la mesure: l’UDC surtout, puis au choix: Orban, Salvini , Zemmour, les chrétiens évangélistes ou Trump, rajoutez qui vous voulez, vous connaissez la liste.

Soit ceux que personnellement j’appelle les «Goldstein» de la RTS, qui nous sont offerts régulièrement en pâture pour quelques «minutes de la haine» censées être fédératrices.

L’UDC, Orban, Salvini, Zemmour, les chrétiens évangélistes ou Trump n’ont pourtant jamais ni tué, ni décapité, ni violé, ni instauré l’esclavage sur les territoires où ils sont appréciés. Pourtant, ils sont régulièrement présentés comme des monstres, d’une violence inouïe, bien plus innommable que celle de nos djihadistes.

Mais selon la RTS, leurs erreurs ou leurs failles seraient absolument impardonnables, contrairement à celles de ces charmants djihadistes que nous pourrions croiser partout, dans la rue, au travail ou dans nos familles, tellement ils seraient comme vous et moi, comme la fille d’Hervé si amoureuse, ou comme fils de la pauvre «Sophie».

Avons-nous le droit d’avoir des réponses ?

Mais faites attention, Messieurs-Dames les journalistes de la RTS, «Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse», et vos téléspectateurs pourraient finir par vous demander un jour des explications. A force de voir encore et toujours le même angle d’approche visant à faire pression sur nos autorités pour qu’elles rapatrient ces criminels, nous sommes en droit de nous interroger. Or la réponse, pour l’instant encore, vous avez le pouvoir de ne pas me la donner. Mais la roue tourne…

Par Sophie

source:

*****

RTS:

Sur la piste des damnés de Daech

L'émission du 3 octobre 2019

Nous sommes partis en Syrie, à la recherche de citoyens suisses qui ont cédé aux sirènes de l’Etat islamique. Tandis que des femmes et des adolescents livrent des témoignages inédits sur la vie à l’intérieur du Califat, un détenu vaudois dénonce les mauvais traitements dont il est l’objet tandis qu’à Lausanne, pour la première fois, sa famille témoigne. Ils sont parmi les 11’000 combattants, femmes et enfants étrangers de Daech, détenus dans les prisons et camps tenus par les Kurdes au Nord-Est de la Syrie. Alors que leur famille et les autorités locales réclament leur rapatriement, les Etats européens, Suisse comprise, mettent le dos au mur.

Temps Présent, 3 oct. 2019: https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/10646701-sur-la-piste-des-damnes-de-daech.html?anchor=10738842#10738842

3 commentaires

  1. Posté par combattant le

    On pourrait leurs proposer à cette tsr de les engager comme concierges dans leur tour à Genève la folle! On peut presque GARANTIR un nettoyage parfait de ces locaux et autres studios !Ils sont vraiment CHARMANTS à cette tsr à 365.- par année ne pensez-vous pas,chers téléspectateurs de GAUCHE !

  2. Posté par Antoine le

     »Serez-vous étonnés si je vous dis que tout au long de cette entreprise de propagande, la RTS oublie de nous rappeler en quoi ont justement consisté les exactions (liste non exhaustive : décapitation, viols, esclavage) et les cruautés de l’État islamique ? »
    NON au retour de ces terroristes
    NON au retour en Europe des hommes, femmes, enfants
    Ce sont des BOMBES AMBULANTES !
    La RTSocialiste dont la redevance est obligatoire, mais mais l’écoute, nous enfume et nous lobotomise le cerveau.
    Il est INDECENT et INCONVENABLE de nous proposer de telles émissions !
    Il en va de la Sécurité de toute la population suisse, bientôt 10 millions d’habitants à cause des socialaux et autres Verts …

  3. Posté par Bussy le

    La pression des journalistes et de ceux qui tirent leur ficelle, les bien-pensants dans leur petit monde surprotégé, sera telle que les monstres égorgeurs et leurs familles seront bien sûr rapatriés et vivront jusqu’à la fin de leurs jours au crochet des autres. Belle récompense et en plus offerte par les kouffars !
    Que cherchent ces journalistes ? Ils n’ont pas d’enfants, pas de petits enfants qui un jour ou l’autre croiseront un de ces monstres qui les égorgera pour remercier ces sales mécréants de tout ce qu’ils font ?
    Je pense qu’on devrait faire la liste de tous ces gens qui soutiennent ces égorgeurs, et passer une loi qui stipule que dès qu’un de ces monstres aura tué, eux iront aussi en prison, la prison à vie par exemple.
    Et ces idiots ne se rendent même pas compte que par leur soutien à ces assassins, ils font la promotion du retour de la peine de mort en Europe….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.