Ueli Maurer dans le collimateur – mobbing en 4 actes

Acte 1 :

Forum, dimanche 01.09.2019

Ueli Maurer ne croit pas pouvoir conclure l'accord-cadre avec l'Union européenne

RTS Forum, Tania Zaspinar interviewe Marc Menichini, correspondant au Palais fédéral.

Ueli Maurer aurait froissé une partie du monde diplomatique lors de la réunion annuelle des ambassadeurs suisses mercredi dernier.
Toute une tempête autour de cette déclaration, sans aucune preuve. En effet, Ueli Maurer a fait son discours sans notes écrites et il n’y a pas eu d’enregistrement.
Il aurait déclaré sur un ton suffisant (dixit Marc Menichini) que « l’accord cadre est mort, le texte est mort ».

Marc Menichini rappelle aux auditeurs de la RTS qu’Ueli Maurer serait un habitué de la provocation à la limite de la collégialité et il l’accuse d’avoir affaibli et fragilisé le gouvernement devant la nouvelle Commission européenne. Cela malgré le fait qu’Ueli Maurer, avec Ignazio Cassis, se soit engagé à faire aboutir cet accord avec Bruxelles.

Marc Menichini estime que Roberto Balzaretti, chargé du dossier, a été poignardé dans le dos, et précise que le PLR Hans Peter Portmann va porter l’affaire devant la commission parlementaire. Il ajoute que la position d’Ueli Maurer n’est pas si surprenante… c’est un des thèmes électoraux de l’UDC.
Nous sommes quasiment certains que cette nouvelle tempête dans un verre d’eau va encore prendre de l’ampleur, avec une déferlante de propos accusateurs contre le parti de la provocation, des scandales et du repli populiste. Sans oublier ses conseillers fédéraux qui, selon les termes consacrés, seraient en rupture de collégialité.

*****

Acte 2 :

Suspense: comment le TJ 19h30 (dimanche soir, audience maximale en Suisse romande) allait-il réagir au prétendu dernier « dérapage » d’Ueli Maurer ? 

Entretien avec Martin Vetterli, président de l’EPFL, "l’une des écoles les mieux classées du monde".

Plan de sauvetage des bilatérales, accords indispensables pour la Suisse, selon le dogme de la RTS. L’invité de Jennifer Covo est Martin Vetterli, pour la fête des 50 ans de l’institution. L’EPFL figure parmi les cent meilleures universités du monde.
Par conséquent, ces accords seraient très, très importants pour la Suisse. Vetterli a été nommé à la tête de l’EPFL par le Conseil fédéral, après le vote contre l’immigration de masse, afin d’assurer la place de la Suisse dans la recherche européenne.

Covo demande quelles seraient les conséquences en cas de refus de l’accord-cadre. Martin Vetterli répond que ne pas signer l’accord cadre serait dommageable et amènerait l’impossibilité de participer au Rise of Europe, et ceci l’inquiète.

Pour le moins, intégrité intellectuelle oblige, la TSR aurait dû exposer les faits concernant la situation actuelle de la recherche. La Suisse y apporte largement sa part, elle n’est en rien redevable à l’UE et n’a pas à faire profil bas devant cette instance, qui a pris l’habitude de voir constamment les autorités suisses en situation de quémandeurs d’indulgences prêts à passer à la caisse au moindre froncement de sourcils de sa part. Dans ce jeu malsain pour notre pays, les médias jettent de l’huile sur le feu en mettant continuellement les autorités suisses sous pression en leur enjoignant d’adopter un rôle de vassal envers l’UE, rôle tenu pour être le seul raisonnable,  face à la grande UE, déjà bien gentille envers le nain helvétique jamais suffisamment à plat ventre.

*****

Acte 3 :

Forum, lundi 02.09.2019

Ueli Maurer alimente les discussions sous la Coupole fédérale suite à ses critiques de l'accord avec l'UE

Thibaut Schaller : Ce discours très critique envers l’accord cadre ne restera pas sans suite. Ueli Maurer s’est montré très négatif envers le corps diplomatique suisse, de quoi scandaliser une partie des élus fédéraux. Il a manqué de collégialité, car, oui, le gouvernement croit à une solution. Ueli Maurer est un habitué des déclarations sibyllines.

*****

Acte 4 :

TJ de 19h30, 02.09.2019

Dans le dossier de l'accord-cadre, les conseillers fédéraux Ueli Maurer et Guy Parmelin sont accusés de politique partisane

Ueli Maurer dénonce les dernières fake news le concernant. Il affirme que ses propos sur l’accord-cadre entre la Suisse et l’UE ont été déformés.

Philippe Revaz : Les déclarations d’Ueli Maurer et de son collègue de parti Guy Parmelin ont fâché plusieurs élus fédéraux.

Reportage de Cecilia Mendosa : Ignazio Cassis veut faire avancer l’accord-cadre. Il n’a pas été particulièrement bavard aujourd’hui (a refusé de répondre à la RTS).

Selon la presse alémanique, Ueli Maurer a donné l’impression que l’accord cadre avait échoué.

Guy Parmelin a déclaré dans la SonntagsZeitung : je ne pense pas que nous pourrions conclure cette année – déclaration qui suscite la colère de certains conseillers nationaux.

L’équipe de Cecilia Mendosa a trouvé l’un de ces derniers en la personne de Hans-Peter Portmann (PLR) :

Hans-Peter Portmann : On pourrait penser que ce dossier de l’UE est sapé. Il est clair que pour l’UDC, ce serait un bon coup si l’UE claquait la porte.

Eric Nussbaumer (PS) : Le Conseil fédéral n’a pas l’intention de faire de telles déclarations. Il souhaite encore clarifier trois points et il est en train de poursuivre ce travail.

Ueli Maurer assure, face à la presse, qu’il a été mal compris. Il affirme qu’il a seulement dit que l’accord n’est pas prêt, qu’il doit être encore négocié, et tout le reste n’est que fake news. Il se dit heureux de pouvoir corriger cela face à la caméra de la télévision alémanique.

Quoi qu’il en soit, certains élus de son parti souhaitent un report de la signature à une date ultérieure.

Roland Rino Büchel (UDC) : Vous comprendrez que je serais très déçu si les conseillers fédéraux de l’UDC faisaient avancer cet accord impossible. Si ce n’est pas le cas, alors, je serai content.

Les deux conseillers fédéraux UDC pourraient être convoqués prochainement par la commission de politique extérieure du Conseil national, afin de s’expliquer.

Tous les élus fédéraux qui rêvent d’éjecter Ueli Maurer et Guy Parmelin (deux UDC très modérés), et même Ignazio Cassis (pas assez de gauche), rêvent également de signer au plus vite l’accord-cadre, accord dont la population devrait accepter sans autre que c’est quelque chose de bien… mais dont elle ignore tout.  

*****

Pour conclure, l’UDC est entièrement opposée à l’accord-cadre, qui ferait perdre sa souveraineté à la Suisse.

Ce devrait être le rôle de la RTS, dont la redevance est obligatoire, d’expliquer, sans parti-pris (on peut rêver !), les conséquences de la mise en œuvre de l’accord-cadre. Or la RTS et la totalité de la presse romande refusent catégoriquement de le faire. Aucune publication de vulgarisation n’existe pour faire comprendre le contenu réel de cet accord-cadre et ce qu’il entraînerait dans la vie des Suisses. 

L’UDC devrait EXIGER de la RTS qu’elle organise un débat honnête et neutre sur ce sujet, et que la Confédération publie un tous-ménages honnête et neutre sur les enjeux cruciaux de cet accord-cadre… dont la signature impacterait grandement notre avenir. (Rappelons-nous les infos diffusées par les autorités pour faire accepter la libre circulation… celle-ci était censée générer l’arrivée de 8000 personnes supplémentaires en Suisse chaque année et il en est venu 10 fois plus.)

Les citoyens veulent savoir. Les citoyens DOIVENT savoir, puisqu’ils sont LE SOUVERAIN… et cela AVANT les prochaines élections fédérales.

*****

Résumés et commentaires Cenator

*****

La RTS a bien publié des vidéos de vulgarisation sur l’accord-cadre (ci-dessous), mais en y omettant l’essentiel : la perte de notre souveraineté nationale.

Signer l’accord-cadre (reprise automatique du droit européen) signifierait la fin de la démocratie suisse, puisque les résultats des initiatives et référendums pourraient être invalidés par l’UE, comme cela a été le cas pour le référendum sur la Constitution européenne en France et aux Pays-Bas. Cela ne servirait plus à rien de voter.

Le carcan de l’UE plomberait également notre économie, déjà très restreinte par les accords existants.

Le susucre selon lequel la Suisse aurait quelque chose à dire dans le droit européen est un mensonge éhonté, puisqu’en tant que petit pays nous serions très minorisés.

Les vidéos : https://www.rts.ch/info/suisse/10262336-l-accord-cadre-pour-les-nuls-trois-fois-deux-minutes-pour-tout-comprendre.html

L'accord-cadre pour les nuls (1/3)

Vous ne comprenez rien à l'accord-cadre? Pierre Nebel vous explique tout en deux minutes et trois épisodes.Prochain épisode ce mardi au #19h30RTS.

Gepostet von RTSinfo am Montag, 4. März 2019

L'accord-cadre pour les nuls (2/3)

L'accord-cadre vise à régler les conflits entre la Suisse et l'Union européenne. Mais comment est-ce que ça fonctionnerait précisément?Troisième et dernier épisode mercredi dans le #19h30RTS.

Gepostet von RTSinfo am Montag, 4. März 2019

L'accord-cadre pour les nuls (3/3)

L'accord-cadre avec l'Union européenne suscite de grosses réserves dans la plupart des partis en Suisse, mais lesquelles? #19h30RTS>> Retrouvez les trois épisodes ici : https://bit.ly/2tSID9G

Gepostet von RTSinfo am Mittwoch, 6. März 2019

2 commentaires

  1. Posté par Bronks le

    Mais nom de … bleu, quand est-ce que l’UDC va organiser une manif devant la tour de la RTS pour dénoncer ce pouvoir totalitaire ? Quand donc va-t-elle enfin parler de fake-RTS, de merdia socialo-mondialiste propandiste ? Quand donc l’UDC va refuser de participer en s’a-plat-ventrant aux foutages-de-gueules de la RTS (type pic-nic où il est question de carottes crues et de cervelas), va envoyer ch… les journalopes RTS en ne répondant pas aux questions perfides, en quittant les plateaux, voire en boycottant ostensiblement ce merdia obèse qui se goberge en nous racketant ?

  2. Posté par jeanDa le

    Après avoir patiemment regardé ces trois vidéos, je trouve qu’il y a beaucoup trop d’inconnues et de flou.
    Ma position est donc NON, revenez avec un accord plus clair.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.