Des organismes chrétiens organisent une soirée destinée à torpiller le livre du théologien Shafique Keshavjee, « L’islam conquérant »

Mireille Vallette
journaliste

Par Mireille Vallette

Vous êtes invités à assister au débat le plus faisandé du moment. Quatre débatteurs soutenus par un modérateur vont s’atteler à démolir les thèses du livre du pasteur Shafique Keshavjee.

Pierre Grisel, théologien protestant et organisateur de la soirée, a proposé un débat à Shafique Keshavjee. Condition implicite: le pasteur serait face au minimum à deux adversaires. Devant le refus de l’intéressé, pour le principe, Grisel a proposé d’autres configurations, toutes aussi déloyales […].

Keshavjee a aussi proposé que ne soient invitées que des personnalités qui ont écrit au moins un livre sur l’islam. Damned ! C’est tout le casting de Pierre Grisel qui s'effondrait! Logique refus.

Ils seront donc 4 1/2 le 29 avril contre 0, sans la présence de l’accusé.

Quelles formations se sont unies pour soutenir cette condamnation de la maltraitance d’Allah et de son prophète? Exclusivement des chrétiens et principalement des protestants : Le dialogue interreligieux-Eglise catholique et Eglise réformée, l’Office Eglise et société(EERV), le Dpt de Formation et accompagnement des adultes (Eglise catholique). Réformé.ch a publié l’article le plus assassin envers Keshavjee.

Le succès d’un livre (plus de mille exemplaires vendus) qui cible les textes fondateurs de l’islam appelle ces bienpensants à leur nouvelle grande mission évangélique: défendre Allah et ses dévots.

En résumé, qui est invité à « décrypter » les écrits du théologien?

Wissam Halawi

Pour Halawi, «L’islam conquérant» est«un ouvrage désolant, fantaisiste qui aurait dû passer inaperçu». Manque de chance, il n’a pas passé inaperçu. Cet enseignant à l’uni de Lausanne s’est donc fendu d’un contre-feu ma foi assez confus sur la RTS.

Son arme imparable pour contredire tous les aspects que le pasteur, mais aussi des spécialistes musulmans et non musulmans reprochent à l’islam: le contexte. Chaque fois que des versets ou des injonctions vous choquent, prenez un livre d’histoire et remettez dans le contexte. Par exemple, le suprématisme de l’islam, le jihad ou la mort pour apostasie … Et sachez que toutes ces choses ont été contestées par des juristes de l'islam. 
Halawi nous rappelle que l’on ne sait pas grand-chose de Mahomet, que les hadiths ont été fixés longtemps après la mort du prophète et que même ceux de Muslim ou Bukhari peuvent être remis en question, ce que d’ailleurs des "savants" font. Idem pour la Sira (biographie du prophète). Et la charia. De plus, il y a dans ces textes fondateurs plein de contradictions. On peut trouver de la violence et des choses parfaitement humanistes. Si quelqu’un prend le Coran et le lit littéralement, déclare même l'enseignant, «il ne saura rien»…  Sauf s'il étudie parallèlement les conflits des empires, des tribus, des eégions, bref les contextes de l’époque.

Dur-dur pour un musulman lambda et même pour un imam, de savoir ce qu’il lit, ce qui ne dépend pas du contexte, ce qu’ont vraiment dit son Dieu et son prophète…

Sandrine Ruiz

Elle est présidente de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM. Elle s’exprime peu sur des questions de fond. Sur la forme, son équipage donne une idée du genre d’islam auquel elle adhère et il nous dit surtout qu’elle adhère à l’islam. Et pourtant, elle ne comprend pas pourquoi on la considère d’emblée comme musulmane plutôt que comme n’importe qui...

Philippe Gonzalez

Il est sociologue. Après avoir vainement tenté de nous convaincre du redoutable danger de l’évangélisme, il s’est tourné vers la défense de l’islam, nettement plus prometteuse pour sa carrière. Il est membre de la commission du Conseil d’État vaudois qui traite les demandes de reconnaissance des communautés religieuses.

Michel Kocher

Journaliste et théologien, directeur de Médias-Pro (Conférence des Eglises réformées romandes), membre de la rédaction RTSreligion. Il a réalisé une des meilleures interviews de Keshavjee et peut-être n’est-il pas farouchement opposé à ses thèses. Mais un journaliste se doit d’être extrêmement prudent sur cette question s’il tient à garder son job.

Michel Grandjean, professeur de théologie du christianisme sera le modérateur, pardon «le président» de la soirée. Il caricature les propos de Keshavjee -qui en sait infiniment plus que lui sur l'islam- dans l’article cité de «Réformés» qui exécute en quelques lignes ce livre si dangereux pour les amoureux d’un islam imaginaire.

Je suis curieuse d’assister à cet événement original et j’encourage ceux qui le peuvent à m'imiter. Les propos de ses opposants sont toujours plus instructifs que ceux  de ses partisans.

Bref, dommage que cette petite coterie de chrétiens et musulmans montre ainsi son incapacité à débattre. De leur côté, après comme avant ce 29 avril, Keshavjee et son livre poursuivent leur bonhomme de chemin: demandes de conférences, multiples contacts et remerciements, traductions en anglais et en allemand. Des exemplaires ont été envoyés à des responsables d’Églises africaines victimes de discriminations et de persécutions et qui n’arrivent décidément pas à remettre ce qui leur arrive dans le bon contexte.

P.S. Le jeudi 9 mai à 20 heures, le pasteur présentera son livre à l’Eglise Saint-Laurent de Lausanne. Deux intervenants ouvriront le débat: Marie-Hélène Miauton, chroniqueuse au Temps, et Jacques Neirynck, ancien conseiller national.

Source : Boulevard de l'islamisme

Rappels :
Shafique Keshavjee s’en prend à « L’Islam conquérant »
Le théologien Jean-Marc Tétaz : Touche pas à mes potes !
Shafique Keshavjee pose problème mais mélanger l’huile dans l’eau… no problem pour la bienpensance

7 commentaires

  1. Posté par Spip le

    Article très intéressant, je tâcherai de venir à cette soirée-auto-da-fé. Juste une précision: le théologien protestant et organisateur de la soirée s’appelle Pierre Gisel (et non Grisel).

  2. Posté par G. Vuilliomenet le

    Le plus grave dans ce pseudo débat qui aura lieu le 29 avril, est que l’auteur n’y sera pas. Voici comment on organise les cabales. C’est franchement dégueulasse. Le pire est qu’un professeur de l’UniGE se prête aà cet exercice: MICHEL GRANDJEAN, personnage pas si neutre qu’il veut le faire croire. Je le soupçonne d’être islamophile.
    Je vous invite à lire les commentaires sur le blog de Mireille Vallette.

    « Wissam Halawi et la RTS semblent ignorer non seulement toute cette réalité des textes, mais aussi la simple vérité historique. »
    Il est intéressant de constater que l’Unil emploie de telles personnes pour enseigner l’islam! Est-il menteur, incompétent ou propagandiste?

    https://www.unil.ch/ihar/fr/home/menuinst/chercheurseuses/wissam-h-halawi.html

  3. Posté par Jean-Francois Morf le

    Même à supposer que Mahomet soit totalement inventé, trouver formidable ce qu’il a prétendument fait est insensé, et obéir aux imams, mollahs est réservé aux malades mentaux!

  4. Posté par Père tranquille le

    Y’a déjà belle lurette que j’ai envoyé promener le christianisme institutionnalisé. Les églises, qu’elles soient protestantes ou catholiques, c’est tout du même. Tous des lécheurs de pieds de migrants et des baboucholâtres. Cessez de payer vos « impôts » ecclésiastiques, si ce n’est pas déjà fait. Le christianisme a atteint la fin de son trajet. Il est en phase d’effondrement, comme d’ailleurs le reste de notre société.

  5. Posté par Vera le

    Bravo à tous ceux qui vont aller empêcher ces gens d’ islamiser en paix.

  6. Posté par Jean-Francois Morf le

    On juge un arbre par ses fruits: alors lisez la vie de Mahomet (AntiChrist) sur Internet.
    Mahomet est un voleur incendiaire, mais pas que.

  7. Posté par Maurice le

    Voici des pasteurs qui incluent dans la « sola Scriptura » le Coran des Mahométans. C’est peut-être leur vision d’une diversité unificatrice, si tant est que ça existe…
    En tout cas, une telle mauvaise foi pour ceux qui se rassemblent sous la « sola Fide » mérite qu’on se détourne du protestantisme. Quand je pense à quel point il s’est violemment et de façon sanglante opposé au catholicisme, et qu’on le voit maintenant ramper aux pieds de l’islamisme, c’est totalement désolant, et indécent. Et du côté des catholiques c’est pareil : ils ont un pape qui baise les pieds mahométans de contrition, dans l’espoir d’être plus proche du Christ. Mais le Christ lui-même, qu’en pense-t-il ? Apprécie-t-il de voir ses peuples, et son Dieu, remplacés par les mahométans et par Allah ?
    Bon, ça me fera des économies : encore moins d’argent pour l’église protestante… Je voulais bien la soutenir jusqu’ici, mais pas dans ses trahisons au nom d’un engouement temporel islamique et au sein d’une laïcité qui profite à l’islam.
    Merci Mireille Valette de nous rendre attentifs à ces bassesse protestantes. J’essayerai de venir à Lausanne le 29 avril.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.