L’utilisation des enfants pour une cause politique, c’est de la maltraitance

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

L’amour excessif des enfants peut amener dans le pire des cas à la pédophilie ou à la pédérastie. Et à leur utilisation pour des causes politiques. C’est ce que révèle l’interview de la jeune Greta Thunberg par le quotidien allemand Die Welt, portant comme titre « Donald Trump n’est qu’un fou très dangereux ». Mais Adolf Hitler déjà, la main gauche affectée de tremblements convulsifs cachée derrière son dos, tapotait la joue des adolescents qu’il envoyait se faire tuer sur le front, lors des dernières heures de son Reich millénaire.  

« Donald Trump ist nur ein sehr gefährlicher Verrückter ».
https://www.journalistenwatch.com/2019/03/16/zivilreligioese-glaubensrepublik-deutschland/

Traduction (Claude Haenggli) : La petite Gretchen du climat, néee Greta Thunberg il y a 16 ans, a été nommée femme de l’année en Suède. Ils ont déjà poussé la pédophilie si loin, en Scandinavie, qu’ils déclarent comme femme une jeune fille de seize ans, qui en a l’air de douze. Espérons qu’aucun musulman ne se cache là-derrière. En Norvège, trois députés ont même exigé le prix Nobel de la paix pour cette pauvre enfant. En Allemagne aussi, on prend la Gretchen infantile du climat affreusement au sérieux. Environ aussi au sérieux que l’expression de son regard, la plupart du temps. Ceux qui ont toutefois gardé un peu de jugeotte en cette époque de lavage de cerveau et d’hystérie voient immédiatement de quoi il s’agit : de maltraitance d’enfant.

2 commentaires

  1. Posté par Michel Vasionchi le

    Faut dire , que les enfants et les femmes furent toujours des  » supports publicitaires  » utiles ,pour promouvoir la démagogie des politiciens ….

  2. Posté par SD-Vintage le

    trouvé par hasard :
    http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&r=43128
    Instruction relative à la prise en charge des mineurs à leur retour de zone d’opérations de groupements terroristes (notamment la zone irako-syrienne)

    Consulter (PDF, 25 Mo)

    Domaine(s) : Affaires étrangères Collectivités territoriales Défense Education, enseignement supérieur, recherche Intérieur Justice Outre-mer Santé, solidarité Pouvoirs publics
    Ministère(s) déposant(s) : PRM – Premier ministre
    Autre(s) Ministère(s) concerné(s) : INT – Intérieur ; ARM – Armées ; MOM – Outre-mer ; EAE – Europe et affaires étrangères ; JUS – Justice ; SSA – Solidarités et santé ; MEN – Education nationale
    Date de signature : 23/02/2018 | Date de mise en ligne : 06/03/2018

    Résumé : L’instruction organise la prise en charge des mineurs à leur retour de zone irako-syrienne sur le territoire par voie aérienne, maritime ou terrestre, y compris clandestinement, et prévoit un accompagnement spécifiques adaptés à leur âge et à leur situation individuelle. Le dispositif s’appuie largement sur le droit commun, permettant de mobiliser l’ensemble des services de l’État sur cette problématique, d’améliorer leur coordination avec les conseils départementaux chargés de la prise en charge de ces enfants en protection de l’enfance, de préciser l’articulation des différents dispositifs juridiques existants afin d’assurer l’accompagnement le plus adapté à la situation et au statut de ces mineurs. L’instruction précise les modalités de prise en charge de ces enfants mineurs à leur retour en France notamment les dispositions prévues en matière de bilan tant somatique que médico-psychologique, ainsi que le dispositif de suivi notamment psychothérapeutique qui pourrait être nécessaire, de scolarisation, les modalités de prise en charge des parents, la formation des professionnels chargés de l’accompagnement, les modalités de coordination du dispositif et de partage des informations et enfin les orientations prises en matière d’évaluation et de suivi de ce dispositif. Un comité de suivi du dispositif est installé sous le pilotage du ministère de la justice et du ministère des solidarités et de la santé dont le secrétariat est assuré par le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation.

    Nombre d’annexes : 3

    NOR : PRMX1806515J | Numéro interne : 5995/SG | CERFA : | Référence de publication au Journal officiel ou au Bulletin officiel :

    Auteur :Le Premier ministre
    Destinataire(s) :Mesdames et messieurs les préfets, Mesdames et messieurs les recteurs d’académie, Madame la vice-rectrice de Mayotte, Mesdames et messieurs les directeurs généraux des agences régionales de santé
    Signataire :Edouard PHILIPPE
    Catégorie :
    – Mesures d’organisation des services retenues par le ministre pour la mise en oeuvre des dispositions dont il s’agit.
    Type :
    – Instruction aux service déconcentrés : oui
    – Instruction du Gouvernement : oui
    Texte(s) de référence :
    Circulaires qui ne sont plus applicables :Instruction relative à la prise en charge des mineurs à leur retour de zone irako-syrienne ; PRMX1709518J
    Date de mise en application :2018/02/23
    Mots clefs : Action sociale, santé, sécurité sociale Collectivités territoriales, Aménagement et développement du territoire, droit local Enseignement, Education et Sciences et techniques Justice, libertés publiques, droits fondamentaux Outre-mer Pouvoirs publics, secteur public, vie politique Relations internationales, étrangers, français de l’étranger et rapatriés Sécurité Administration
    Autres mots clefs :mineurs;retour;irako-syrienne;Syrie;Irak;conflit;guerre;secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation;SG-CIPDR;cellules départementales de prévention de la radicalisation et d’accompagnement des familles;

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.