Genève: Les suspects contestent avoir tabassé les jeunes femmes

Cenator : Les suspects nient malgré les preuves ; pire, ils se donnent le rôle des sauveurs.
*****

Fedele Mendicino: La police française a découvert chez un des prévenus des matraques et des pistolets. Ce dernier s'explique et conteste les accusations. Révélations.

Six témoins, cinq victimes, trois suspects: la justice française fait défiler ces derniers jours les protagonistes du tabassage survenu le 8 août à la sortie du Petit Palace, à Genève. La «Tribune de Genève» a eu accès aux derniers éléments de la procédure. En voici la teneur. La plupart des personnes entendues chargent les agresseurs, multiplient les détails sur leur habillement, leur arsenal (couteau, béquille, matraque) et les coups de poing et de pied distribués, souvent à la tête, «comme pour tirer un penalty». À ce jour, trois Français se retrouvent derrière les barreaux, alors que trois autres sont encore en cavale.

De l’ADN sur la casquette

Parmi les présumés agresseurs entendus figure A. Les enquêteurs l’ont retrouvé grâce aux signalements et aux images vidéo fournies par la boîte de nuit: on y voit un homme noir, vêtu d’un t-shirt sombre avec des inscriptions bleues et une casquette. C’est précisément cet homme qui est soupçonné d’avoir d’abord frappé la première victime en bas des escaliers menant aux Rues Basses. Puis une des autres femmes, qui s’est interposée pour aider la malheureuse et est tombée dans le coma après un tabassage collectif. C’est visiblement la casquette de A. qui a été retrouvée sur place par la police. On y décèle son ADN, mais aussi celui d’un des prévenus et de la femme frappée en bas des escaliers.

Le soir du drame, A. s’est déplacé à Genève au volant de sa Renault Mégane. Lors de la perquisition, la police a retrouvé dans l’habitacle de son véhicule quatre téléphones portables, trois câbles liés transformés en matraque, deux couteaux, deux valises remplies de vêtements. S’agit-il de la matraque utilisée lors du tabassage? Quant aux bagages dans le coffre, signifient-ils que A. voulait se faire la malle? Aux enquêteurs de creuser.

«Je ne m’en suis pas mêlé»

Ces derniers ont séquestré chez lui, à Thonon, des habits et une paire de chaussures comparables à ceux qui sont visibles sur les images de vidéosurveillance. Ce n’est pas tout. Deux autres matraques ont été saisies dans sa chambre, où une cagoule noire, un spray au poivre, deux pistolets (une sorte d’arbalète, un pistolet à gaz) et des munitions ont également été découverts. Quid de sa version des faits? A., pincé il y a un mois, conteste les faits reprochés: «Je ne suis pas le Black décrit, il y en avait un autre.» Il explique s’être bel et bien rendu en discothèque avec un ami mais refuse de «balancer» son nom. A. était aussi accompagné d’un certain Y. Ce dernier, décrit par les témoins comme un Maghrébin, avec le bras en écharpe et un t-shirt jaune, a été expulsé de la discothèque. Toujours selon les témoins, il était particulièrement agité cette nuit-là. Une des victimes le charge sans détour: «Il m’a dit: «Je vais te frapper car tu m’as ignoré.»

Quoi qu’il en soit, A. raconte simplement avoir vu des gens dans une embrouille à la sortie de la boîte de nuit: «Je ne m’en suis pas mêlé et je suis rentré. Je n’ai vu aucun de mes amis commettre des violences.» L’homme, qui travaille comme électricien à Genève, soutient avoir pris connaissance des faits dans la presse: «Je suis parti en vacances avec un ami.» Avec qui? Là encore, il n’en dira pas plus.

Lors de sa dernière audition, il concède un regret: celui de ne pas être venu en aide aux femmes agressées. Quant à l’arsenal retrouvé chez lui, il n’était destiné qu’à sa protection à domicile, relève-t-il, en précisant pratiquer la boxe anglaise après avoir fait du kickboxing. Au fil de son interrogatoire, il se souvient d’avoir saisi une béquille… mais «pour écarter le danger». Il conteste enfin avoir sorti sa matraque artisanale du coffre de sa Renault.

«Pour éviter qu’il ne la tue»

Quant à P., il a été interpellé en septembre chez ses parents, dans un village de Haute-Savoie. Les inspecteurs ont mis la main sur des vêtements et des chaussures ainsi que deux paires de béquilles. Comme pour A., habits et souliers ressemblent étrangement à ceux qu’il portait le soir du tabassage. Il admet avoir été impliqué dans la bagarre du 8 août mais conteste avoir frappé qui que ce soit. En revanche, il accuse Y. d’avoir cogné une femme à terre mais assure être intervenu pour «éviter qu’il ne la tue»: «J’ai pensé qu’elle était morte à la façon dont sa tête a bougé.»

Il accuse aussi A. d’avoir violemment giflé une victime, sans avoir assisté, dit-il, à la suite du passage à tabac. Il désigne dans la foulée un autre homme noir (introuvable à ce jour) avant d’évoquer le cas ­de N., un agresseur de type maghrébin. Cet homme, actuellement en fuite, probablement en Turquie, était au volant d’une Polo blanche le soir du drame: «Il a donné un coup de pied pour qu’elle lâche Y.» Enfin, il explique avoir vu A. avec sa matraque «en fin de bagarre» et le met en cause pour une partie des violences subies par la femme tombée dans le coma: [...]

source et article complet:

 24 heures et TdG

Me Robert Assaël, avocat des victimes: [...] le pronostic vital d'une des victimes était engagé durant les premiers jours. "Elle a pu être sauvée mais reste fortement atteinte. Une autre a eu la mâchoire fracturée. Quelques jours après, j'ai encore vu les traces de la chaussure sur son visage. [...]

2 commentaires

  1. Posté par Christian le

    @monde-tombé…etc
    « …petit sursis de quelque jours .. » ! Tu n’as pas l’air de bien connaître le droit pénal français pour affirmer de telles sottises. On en reparlera lorsque justice sera rendue !

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Puisqu’ils contestent c’est qu’ils ont surement rien fait! c’est vite vu!
    Et il y aura surement des bons juges humaniste pour les croire…. depuis que la vérité s’est politisée et est partie a gauche, tout passe!!
    Des toutes façons meme s’ils avouent ils ne risquent rien, peut être un petit sursis de quelques jours…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.