Le ministre luxembourgeois des affaires étrangères traite Matteo Salvini de fasciste.

Nous en parlions déjà ici.

**********

 

La polémique sur les migrants entre le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, et le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, s'est aggravée au cours du week-end, le second ayant traité le premier de "fasciste".

Les deux hommes se sont de nouveau affrontés verbalement par médias interposés. "Le ministre socialiste du paradis fiscal du Luxembourg, après avoir comparé nos grands-pères émigrés italiens aux clandestins d'aujourd'hui, après avoir interrompu mon discours en hurlant 'merde', me donne du 'fasciste' aujourd'hui", a écrit ce dimanche Matteo Salvini sur son compte Twitter. "Mais c'est quoi leur problème au Luxembourg ? Aucun fascisme, juste le respect des règles. S'il aime tant que ça les immigrés, qu'il les accueille tous au Luxembourg, en Italie on en a déjà trop accueilli", a ajouté le ministre, qui également le chef de la Ligue (extrême droite).

Jean Asselborn a accusé Matteo Salvini dans une interview accordée samedi au site internet du Spiegel d'"utiliser des méthodes et le ton des fascistes des années 30". Une pique du ministre italien de l'Intérieur sur l'importation d'"esclaves" africains avait provoqué vendredi à Vienne une réaction indignée du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères. Dans une vidéo que son entourage a diffusée sur Facebook, on voit Matteo Salvini prendre la parole à une réunion des ministres européens de l'Intérieur et dénoncer l'idée apparemment formulée auparavant par M. Asselborn selon laquelle l'Europe vieillissante a besoin d'immigrés.

 

Jean Asselborn, très complice avec Juncker.

 

"Merde alors !"

Le ministre luxembourgeois a qualifié la polémique de vendredi à Vienne de "provocation calculée", peut-on lire sur le site internet du quotidien italien La Repubblica, affirmant que la vidéo reprenant la scène a été tournée par les collaborateurs de Matteo Salvini à l'insu des autres participants et diffusée sur Facebook. "Si on filme les rencontres des ministres de l'UE, ou même ceux des chefs d'Etat ou de gouvernement, alors il n'y aura plus jamais un débat ouvert", a déploré Jean Asselborn.

"J'ai une perspective complètement différente. Je pense être au gouvernement (...) pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants (...) et non pour extirper le meilleur de la jeunesse africaine", avait dit à Vienne Matteo Salvini. "En Italie, nous ressentons l'exigence d'aider nos enfants à faire d'autres enfants. Et pas à avoir de nouveaux esclaves pour remplacer les enfants que nous ne faisons plus".

Au premier plan sur la vidéo, Jean Asselborn avait commencé à réagir à Vienne : "Oh là, c'est abuser là !". Mais Matteo Salvini insiste : "Si au Luxembourg vous avez besoin d'une nouvelle immigration, moi je préfère garder l'Italie pour les Italiens et recommencer à faire des enfants". Son collègue luxembourgeois s'est alors emporté : "Au Luxembourg, cher Monsieur, on avait des dizaines de milliers d'Italiens ! Ils sont venus comme migrants, ils ont travaillé au Luxembourg, pour que vous, en Italie, vous ayez l'argent pour vos enfants, merde alors !".

4 commentaires

  1. Posté par Gérard Guichard le

    Il n’y a qu’à inventer du post-fascisme, ça retreindra les remarques 🙂

  2. Posté par Ilmryn le

    En 1930 le Kominterm sous la direction de Staline avait donné le mot d’ordre de traiter tous les adversaires politique de « fascistes ».

  3. Posté par Diablotin le

    Finalement être traité de fasciste c’est un compliment, cela veut dire qu’on est opposé aux bolcheviques! Aujourd’hui, on me traite de fasciste, je réponds merci, voulez-vous prendre une photo? 😉

  4. Posté par Antoine le

    M. Jean Asselborn a loupé une occasion de SE TAIRE !
    Son attitude désagréable démontre qu’il n’est pas prêt pour faire de la politique, il faut qu’il se recycle !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.