Berlusconi, propriétaire du concurrent Mediaset, appuie la gauche pour empêcher la droite de prendre la tête de la radio-télévison d’Etat italienne.

Berlusconi, propriétaire du concurrent Mediaset, appuie la gauche pour empêcher la droite de prendre la tête de la radio-télévison d'Etat italienne.

 

La nomination par le gouvernement italien de Marcello Foa, cet italo-tessinois, à la tête de la radio-télévision d'Etat RAI, actuellement aux mains de la gauche, doit être ratifiée par le parlement à la majorité des deux tiers. Or, la droite n'y a cette majorité que si tous les partis non gauchistes (Lega, Mouvement 5 étoiles, Fratelli d'Italia et Forza Italia) votent ensemble. Or, Berlusconi, le patron de Forza Italia et de Mediaset, l'autre grande entreprise de radio-télévision, s'y oppose, vexé de ne pas avoir été consulté pour décider qui dirigerait son concurrent. Il est bien sûr appuyé par le vice-président de son parti, Antonio Tajani, qui est aussi président du parlement européen.

 

http://www.affaritaliani.it/politica/rai-foa-presidente-il-governo-non-cambia-nome-si-dalla-meloni-ma-non-basta-553365.html

 

Traduction (Claude Haenggli) : "Nous sommes obligés de voter non.  Les règles ont à être respectées aussi bien au centre-droit qu'en ce qui concerne les institutions.". Ce sont les paroles du président du parlement européen Antonio Tajani, lors de la conférence de presse de Forza Italia à Mestre (Vénétie).

Claude Haenggli, 31.7.2018

 

 

 

2 commentaires

  1. Posté par pierre frankenhauser le

    Voilà une preuve de plus que la droite berlusconienne est bel et bien une fausse droite, une droite de façade.

  2. Posté par Anne B. le

    Punaise! Ces politiciens incapables de faire passer le bien commun avant leur égo!!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.