Le paradoxe palestinien : 70 ans de perpétuation du statut de réfugié

post_thumb_default

« Le côté palestinien a gagné par K.O. », a déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole international des FDI (Forces de Défense d’Israël)

Bien sûr, bien sûr. C’est le résultat de la politique d’attentisme. Le Hamas sait qu’il ne vaincra pas Israël sur le champ de bataille. Mais il savait à l’avance qu’il battrait Israël dans l’opinion publique mondiale. Le Hamas n’était pas le seul à le savoir. Toute personne sensée le savait. Israël aurait dû faire aux Palestiniens de Gaza, y compris le Hamas, une offre qu’ils ne pouvaient pas refuser il y a longtemps. J’ai répété cette affirmation, je dois dire, comme Cato l’Ancien.

La plupart des réfugiés enregistrés par l’UNRWA ne se trouvent plus dans des camps de réfugiés ou n’existent même pas.

Maintenant, le Hamas propose une « hudna » (trêve provisoire). La condition préalable de la proposition, ont répondu de hauts responsables israéliens, ne répond pas aux exigences d’Israël. Quelle bêtise. Non seulement Israël ne parvient pas à lancer quoi que ce soit, mais il rejette également une proposition du Hamas.

Quand le Hamas propose quelque chose, Israël devrait d’abord dire oui, et ajouter que la « hudna » doit être basée sur les termes de la communauté internationale.

Israël a-t-il quelque chose à perdre ? Non.

Mais, une fois de plus, Israël gagne à la frontière de Gaza et subit une défaite dans les médias mondiaux. C’est ce que voulait le Hamas. C’est ce que le Hamas a. Et l’admission du haut responsable du Hamas, Salah Bardawil, que 50 des Palestiniens tués le 14 mai étaient des membres du Hamas, n’aide en rien Israël. Nous avons perdu ce conflit, non pas à cause du Hamas, mais à cause de la folie israélienne.

Les seuls qui se sont perpétués en tant que réfugiés.

Les détails de la nouvelle initiative de paix du président américain Donald Trump n’ont pas d’importance. Nous savons déjà quelle sera la réaction palestinienne à l’avance. Ceux qui ont rejeté la proposition de Bill Clinton, qui ont rejeté la proposition d’Ehud Olmert et qui ont rejeté la proposition de Barack Obama et la proposition de John Kerry rejetteront également la nouvelle proposition de Trump.

Le fait est qu’il n’est pas nécessaire d’abandonner. Pour faire du bien au Moyen-Orient et pour résoudre le conflit israélo-palestinien, il faut drainer le plus grand marécage du conflit, le problème des réfugiés.

Depuis 70 ans maintenant, la communauté internationale aide les Palestiniens, principalement ceux qui sont appelés – pour une raison ou une autre – les réfugiés. Des dizaines de millions de personnes sont devenues des réfugiés à la suite de la dissolution d’empires, de guerres, de conflits et de l’établissement d’États-nations. Les Nations Unies ont créé l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR) en 1947 pour s’occuper des réfugiés de la Seconde Guerre mondiale.

Deux ans plus tard, à la fin de 1949, l’organisation a été rebaptisée Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) pour s’occuper de tous les réfugiés du monde. Eh bien, pas exactement tous. Parce que cinq jours après la création du HCR, un autre organisme a été créé pour s’occuper des réfugiés de Palestine : l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA). Seulement avec eux.

Pourquoi avait-on besoin d’un autre corps ? Parce que le HCR était censé s’occuper de l’intégration et de la réhabilitation des réfugiés. Les États arabes s’y sont opposés. Ils voulaient un corps qui ne s’occuperait pas de l’intégration ou de la réadaptation. Ils voulaient un organisme qui travaillerait à perpétuer le problème.

La définition d’un réfugié est différente et plus large, les budgets sont beaucoup plus importants, etc. Et surtout, le HCR s’est occupé de 50 millions de réfugiés – et ce ne sont pas des réfugiés. L’UNRWA, d’autre part, a commencé avec 711,00, et aujourd’hui le nombre de réfugiés enregistrés est de 5,3 millions. Tout a été inversé.

Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, de 1950 à 1918, la communauté internationale a alloué d’énormes sommes à l’UNRWA, qui valent aujourd’hui 40 à 45 milliards de dollars. Compte tenu du nombre de réfugiés et de la taille des familles (sept naissances par femme) lorsque le problème a été créé, on parle d’environ 500 000 $ par famille. Même si c’était beaucoup moins, seulement 250 000 $, c’est une somme énorme.

Compte tenu du pouvoir d’achat dans les pays de la région, si la communauté internationale avait investi cet énorme capital dans l’achat d’un appartement, d’une voiture et d’une ferme pour chaque famille, une somme énorme aurait été laissée pour les investissements dans les infrastructures, l’industrie, le bien-être et l’éducation. Mais 70 ans de réfugiés, c’est 70 ans de réfugiés, c’est 70 ans de réfugiés qui se perpétuent.

L’UNRWA a commencé avec 711 000 réfugiés et dit qu’il s’occupe aujourd’hui de 5,3 millions de personnes.

A titre de comparaison, le HCR, qui a été créé cinq jours avant l’UNRWA, s’est occupé de 50 millions de réfugiés, dont aucun n’est aujourd’hui un réfugié. L’UNRWA, d’autre part, a pris la route avec 711 000 réfugiés et dit qu’il s’occupe aujourd’hui de 5,3 millions de personnes.

Pour comprendre le paradoxe, je dois ajouter qu’à la fin de 1950, l’ONU a décidé de créer un autre organisme, l’Agence des Nations Unies pour la reconstruction de la Corée (UNKRA), pour s’occuper de la reconstruction de la Corée, et principalement des réfugiés – 1 à 3 millions de personnes qui étaient sans le sous. Cet organisme a fonctionné jusqu’en 1958. Son budget était de 148 millions de dollars (d’une valeur d’environ 1,4 milliard de dollars aujourd’hui). Les dons d’argent ont cessé et le « problème des réfugiés », comme tous les problèmes des réfugiés des décennies précédentes, a disparu.

Les camps de transit en Israël, qui servaient principalement à accueillir les réfugiés de la Nakba juive, ont également fonctionné pendant plusieurs années, et la plupart d’entre eux ont été vidés vers la fin des années 1950. Les Palestiniens sont les seuls à se perpétuer en tant que réfugiés.

La fantaisie du retour

[...]

Article complet: https://www.dreuz.info/2018/07/02/le-paradoxe-palestinien-70-ans-de-perpetuation-du-statut-de-refugie/

2 commentaires

  1. Posté par Antoine le

     »L’UNRWA a commencé avec 711 000 réfugiés et dit qu’il s’occupe aujourd’hui de 5,3 millions de personnes ».
    Position de M .Cassis : https://lesobservateurs.ch/2018/05/17/cassis-critique-lonu-aide-aux-refugies-palestiniens/
     »Les dons d’argent ont cessé et le « problème des réfugiés », comme tous les problèmes des réfugiés des décennies précédentes, a disparu. »
    On est face a un problème qui a trop duré et qui s’auto-entretient …
    L’UNRWA n’a pas été capable de résoudre le problème palestinien, encore moins l’ONU.
    Les sommes folles dépensées en 70 ans de vains efforts me font penser que les réunions et autres palabres avec tous les transports et les hôtels et les fonds détournés du Hamas pour les achats d’armes d’explosifs et la construction des tunnels sous les frontières, etc .. ont tout gaspillé. Le peuple palestiniens est actuellement toujours sous le joug du Hamas; la solution politique n’est toujours pas trouvée …

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    On devrait y rajouter les condamnations courantes de « génocide » qui a fait que la population « palestinienne » est passée de 1 à 4 millions aujourd’hui, et ceci après le depart de plusieurs centaines de milliers, voire des millions … sans parler du fait que des médecins et hôpitaux israéliens n’épargnent aucun effort pour sauver meme les prématurés et les enfants malades palestiniens, qui leur retournent en suite par des bombes, attentats, et cerf-volants incendiaires…
    Mais pourquoi dire la vérité quand le mensonge peut servir de propagande, et qu’il y a assez de cons pour gober tout ca…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.