L’ancien président de la Commission européenne Barroso a fait du lobbying auprès de l’UE au nom de Goldman Sachs

L'ancien président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso, dont le passage à la banque Goldman Sachs à l'été 2016 a fait polémique, a rencontré en octobre un des vice-présidents de l'exécutif européen, Jyrki Katainen, malgré sa promesse de ne pas faire de lobbying, dénonce mardi l'organisation non-gouvernementale Corporate Europe Observatory (CEO).

Jyrki Katainen a confirmé, dans un courrier à CEO, avoir rencontré Jose Manuel Barroso le 25 octobre à Bruxelles. Les deux hommes ont parlé commerce et défense.

Or, M. Barroso s'était engagé envers son successeur à la tête de la Commission, Jean-Claude Juncker, à ne pas faire de lobbying auprès des institutions européennes au nom de son nouvel employeur. Malgré le tollé suscité par l'arrivée du Portugais dans une banque ayant joué un rôle dans la crise financière de 2008, le comité d'éthique de la Commission avait alors estimé que les nouvelles fonctions de Jose Manuel Barroso n'enfreignaient pas les règles imposées aux anciens commissaires.

Celles-ci prévoient une "période de refroidissement" de 18 mois pendant laquelle les anciens commissaires doivent demander une autorisation à leur ancien employeur pour rejoindre un groupe privé. Dans le cas de M. Barroso, cette période a été respectée.

"La lettre de Jyrki Katainen suggère fortement que Barroso a trahi sa parole, invalidant la base de l'opinion de la Commission sur ce cas", souligne CEO dans un communiqué. L'ONG annonce le dépôt d'une plainte "pour presser la Commission de réévaluer l'emploi de Barroso à la banque, considérant qu'il a activement fait du lobbying auprès de la Commission européenne au nom de Goldman Sachs."

Source

6 commentaires

  1. Posté par G. Vuilliomenet le

    « Les crapules sont à tous les niveaux. »

    A Genève, on a le mondialiste Baudet qui a réussi à faire passer pour quelque chose de bien de bafouer la loi sur les étrangers.
    A Fribourg, une majorité d’ordures a fait fi d’un référendum sur la non mise sur pied du CSIS.
    Dans le canton du Valais, des crevards dont un certain c. darbellay ont mis à la poubelle l’initiative cantonale pour des têtes nues à l’école.
    Etc…

    Toutes ces personnes puent la charogne. Ils ont décidé la mort de notre démocratie.

    Nous assistons aujourd’hui au bal des vendus, mais demain, nous pourrions bien assister au bal des pendus.

  2. Posté par G. Vuilliomenet le

    Il n’y a pas qu’à l’UniGe qu’on aime les étrons. A l’UniFr et à l’UniLu aussi. J’en ai été définitivement convaincu après avoir assisté à la conférence de la honte du 11 septembre 2017 à l’UniFr.
    J’avais déjà une certaine idée de ce qui allait se dire

    https://lesobservateurs.ch/2017/09/07/le-colloque-de-la-honte/

    Les propos qu j’y ai entendu n’ont fait que me confirmer ce que je m’attendais à y entendre.
    Nous avons pu entendre là, une belle brochette de salopards prêts à vendre, que dis-je, à donner notre pays à l’islam.

  3. Posté par Dupond le

    Celui là a passé sa vie a magouiller en eau trouble ….avec JC l’alcoolo il font la paire !!!
    ………….L’UE au départ fut un bon plan jusqu’au jour ou les banquiers ont placé ses maffieux a sa tete

  4. Posté par Laurent Lefort le

    Et dire que ce mafieux est Professeur invité a l’Unige. On aime les étrons à Genève.

  5. Posté par maury le

    Vladimir Boukovski – L’Union européenne: la nouvelle URSS – YouTube
    Vidéo pour « vladimir boukovsky »
    ▶ 4:46
    https://www.youtube.com/watch?v=KHOuc12J4W4

    12 nov. 2015 – Ajouté par Vparle
    Vladimir Boukovsky est un ancien dissident soviétique qui a passé douze ans de sa vie emprisonné (camp Perm …

  6. Posté par rikiki le

    Les crapules sont à tous les niveaux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.