Pour Burkhalter «Blocher met en péril le bilatéralisme»

NDLR. Qui met vraiment en péril la situation exceptionnelle de la Suisse et pourquoi?

Le stratège UDC et ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a lancé vendredi une campagne contre ce projet d'accord. Son comité contre une «adhésion insidieuse à l'UE» craint avant tout la reprise automatique de la législation européenne et la prévalence du droit européen sur le droit suisse.

Didier Burkhalter défend, lui, le principe d'un accord-cadre institutionnel. «Si nous avons accès au marché européen, nous ne pouvons pas utiliser notre propre législation, il faut les mêmes règles pour tous», relève-t-il. Et si celles-ci changent, il faut alors aussi adapter les lois suisses. «En combattant cet accord, Christoph Blocher met en péril le bilatéralisme».

Source

14 commentaires

  1. Posté par Eddy le

    Andrea le 7 août 2016 à 17h30, Affirmer c’est bien, prouver c’est mieux. Mettez votre texte sur internet avec la référence. A l’Udc et à l’Asin il y a des cancrelats comme partout. Si vous n’avez pas obtenu de réponse satisfaisante c’est qu’ils savent bien que la plus haute juridiction est noyautée comme le reste. Imaginez ces juges tout comme Burkha appâtés par la perspective des salaires internationaux, des juges de la CEDH et vous comprendrez mieux que le ciment des institutions européennes c’est le fric qui est ponctionné dans tous les Etats au détriment de gens les plus pauvres dont le cercle ne fait que s’agrandir. Dans les dictatures d’inspiration post-soviétique c’est ainsi que tout fonctionne. On peut donc sans crainte parler de mafias.

  2. Posté par Joseph Maybach le

    Blocher met en péril le bilatéralisme et Burkhalter la Suisse !

  3. Posté par sophie edouard le

    Chaque décision prise par l’UE est à l’encontre du bon-sens et toujours en défaveur du peuple autochtone, donc je ne vois pas du tout quel est notre bénéfice de perdre notre indépendance et de se soumettre aux décisions des juges européens. De plus en plus de politiques ont oublié qu’ils étaient là pour représenter le peuple et non pour leur petit bénéfice personnel !

  4. Posté par Andrea le

    Ce ne sont que des vociférations, même celles de Blocher de l’ASIN et de tous les prétendus défenseurs de la Suisse.
    A plusieurs reprises j’ai demandé en personne à des élus, écrit au siège de l’UDC, soumis un article à un responsable de l’ASIN pour les informer des moyens dont nous disposons, en droit, pour traîner ces traîtres à la Confédération devant un tribunal, mais personne n’a jamais bougé un seul petit doigt.
    Voyez ici le préambule de notre Constitution ainsi qu’un article du Code Pénal très explicite en la matière:

    Au nom de Dieu Tout-Puissant! Le peuple et les cantons suisses, conscients de leur responsabilité envers la Création, résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde, déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité, conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures, sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres, arrêtent la Constitution1 que voici: (https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19995395/201506140000/101.pdf)

    Art. 266 1. Crimes ou délits contre l’Etat / Atteinte a l’indépendance de la Confédération (https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19370083/index.html#a266)

  5. Posté par Mauron le

    Au vu de l’état de délabrement de l’UE il faut être complètement irresponsable pour songer à y entrer alors qu’un certain nombre de pays rêvent d’en sortir. Accepter que le droit européen prime sur le droit suisse ce serait scier la branche sur laquelle nous sommes assis.

  6. Posté par G. Vuilliomenet le

    Comment appelle-t-on un sinistre individu qui cherche à imposer des lois d’une nation ou d’un organisme étranger sans l’accord du Souverain et surtout à son insu?

    Un traître! Alors qu’attendent l’UDC, les mouvements citoyens romands, l’ASIN pour traîner ce vendu et ses acolytes devant le Tribunal fédéral?

  7. Posté par Le Taz le

    Ce Burkhalter est un internationaliste de la pire espèce. A quoi bon vouloir défendre ces bilatérales à tout prix ? Si l’UE n’est pas satisfaite, que l’on sorte de l’espace Schengen ! Ces bilatérales ont fait de la Suisse un état vassal de l’UE, nous avons perdu notre indépendance et notre souveraineté, Monsieur Blocher a raison, il est grand temps de les retrouver. En qualité de pays neutre, il serait également grand temps de sortir de l’ONU et si l’ONU part de Genève, bon débarrât, combien de suisses travaillent-ils à l’ONU ? C’est insignifiant par rapport au nombre de postes de travail aux institutions genevoises de l’ONU. Je vous rappelle que les fonctionnaires de l’ONU ne paient pas d’impôts, qu’apportent-ils à notre pays, hormis un accroissement des risques terroristes, une augmentation des problèmes de circulation routière en ville de Genève ??? Pas grand-chose !!! Les conventions de Genève? Personne ne les respecte!

    Il est grand temps d’arrêter cette fuite en avant consistant à baser notre modèle économique sur une croissance démographique, il faut revenir à nos fondamentaux, la qualité plus que la quantité !

  8. Posté par aline le

    Le bronzé de Neuchâtel commence à m’inquiéter sérieusement. En disant lui-même que la Suisse doit adapter ses lois à l’UE montre son mépris pour la population suisse et la démocratie directe. Heureusement Monsieur Blocher a encore la force et le courage pour combattre ces dérives.

  9. Posté par ROD le

    L’UE c’est non, surtout dans l’état d’effondrement. Nous payons assez pour cette Europe nécrosée. Alors si de plus, nous ne pouvons pas compter sur nos politiques pour nous protéger de cette ahurissant Burkhalter qui est plus qu’un traître à la Patrie en voulant imposer au peuple des traités sans référendum. Il y a une législation celle du Peuple, et non le conseil fédérale qui impose par la force des traités qui risque de mettre à mal notre nation.

  10. Posté par bigjames le

    DB est du même aquabit que SS. Très nuisible à notre pays.
    De petites gens sans courage qui vendent notre démocratie et nos droits populaires pour leur petite gloriole.

  11. Posté par Christian Hofer le

    Burkhalter avoue de lui-même que la Suisse n’aurait plus aucune liberté puisqu’elle reprendrait les lois et les changements opérés avec celles-ci.

    Dès lors, c’est bien un démantèlement de notre pays dont il s’agit, la destruction de notre souveraineté. Il faut être complètement idiot pour s’y soumettre. Mais cela ne gêne aucunement Burkhalter : cela prouve que le peuple suisse passe après l’UE et c’est effectivement une adhésion par étape dont il s’agit.

    Honte à ce conseiller fédéral, payé par les Suisses, dont il ne se préoccupe guère.

  12. Posté par Geronimo le

    Vendre la Suisse à l’ue, car c’est bien de cela dont il s’agit. Ceux qui soutiennent cet accord sont des traîtres.

  13. Posté par Nicolas le

    M. Blocher ne se bat pas pour un futur poste à l’ONU.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.