« Nous sommes des Hongrois, pas des idiots ! »

Extrait de la conférence de presse de Péter Szijjártó au sujet de l’accueil des Afghans

Szijjártó, ministre des Affaires étrangères, sur la question de l’accueil des migrants extra-européens, a éclairé ceux qui auraient encore eu des doutes :

« Nous sommes des Hongrois, pas des idiots ! »

Péter Szijjártó : En ce qui concerne les Afghans, nous n’allons accepter aucune redistribution de réfugiés, la Hongrie ne participera à aucun mécanisme de répartition.

La Hongrie va exclusivement accueillir les Afghans qui ont servi dans les troupes hongroises. L’armée hongrois a une liste fermée d’Afghans qui ont été leurs camarades, dont la vie pourrait être en danger, nous avons décidé de les faire venir avec leurs familles. Mais personne d’autres ne viendra en dehors de cette liste.

Lorsque l’OTAN  a déclaré qu’il fallait se retirer d’Afghanistan, Szijjártó et plusieurs autres ministres des Affaires étrangères ont demandé :

1) Il faut faire tout le possible pour qu’après le retrait, l’Afghanistan ne devienne pas un repaire de terroristes.

2) Il faut tout mettre en œuvre pour empêcher une nouvelle vague migratoire massive vers l’Europe.

Il suffit de regarder une carte du monde pour comprendre ce qui va se passer. Comprendre que personne, aucun pays ne pourra stopper cette vague.

Depuis la Turquie, il n’y a qu’un saut pour arriver aux Balkans. Et de là, un pas vers la Croatie et la Hongrie. Le souvenir de 2015 est encore frais, et il faut se rappeler qui a suivi cette période, cette pression des foules de migrants illégales. Car certains pays ont inspiré, encouragé, favorisé que ces masses se mettent en marche vers l’Europe.

Le point de vue de la Hongrie n’a jamais changé: il faut empêcher les vagues de déferler, il faut empêcher l’arrivée des Afghans. Pour cette raison, nous ne participerons à aucun quota ou accueil obligatoire ou volontaire, nous aiderons exclusivement ceux qui nous ont aidés et l’affaire est close. Nous avons toujours été clairs à ce sujet.

 

En ce qui concerne la défense des frontières de l’UE :

Qui se souvient encore des réactions des pays européens, de l’UE, lorsque nous avons bâti en 2015 nos barrières à la frontière pour stopper les clandestins en 2015 ?

Il  a une raison pour laquelle plus personne ne s’en souvient. C’est que partout des clôtures se dressent aujourd’hui. La Pologne, la Lituanie, la Grèce... tout le monde trouve maintenant que c’est la bonne décision.

Nous n’attendons pas que les bureaucrates de Bruxelles ou les ministres des pays voisins encore en poste se souviennent, car c’est ça la politique. Mais ils pourraient s’excuser d’avoir qualifié les Hongrois d’une manière indécente, avec des termes dégradants. Ils pourraient reconnaître que avions raison.
Nous ne pouvons pas attendre des mots d’excuse, mais les faits sont les faits.

Et si, en 2015, Bruxelles n’avait pas été surtout préoccupé de harceler et de salir le gouvernement hongrois parce qu’il construisait cette clôture, mais avait été d’accord de faire le nécessaire avec nous pour stopper les vagues de migrants illégaux, nous ne serions pas face à de pareils problèmes aujourd’hui.

Bruxelles a oublié ses prises de position de 2015 sur la Hongrie, mais hélas, elle n’a pas oublié les quotas obligatoires de répartition des clandestins. Ils ont juste été rebaptisés « Pacte migratoire » ou « Répartition dynamique obligatoire des migrants »...

Mais nous sommes des Hongrois, pas des idiots, nous comprenons ce qu’il y a derrière ces bravoures grammaticales pour ne pas appeler un chat un chat.

Les quota des réinstallation obligatoire sont toujours à l’agenda de l’UE.

Pensons seulement à la masse que cela représente, à la foule des illégaux qui veulent débarquer. Ce ne sont pas seulement des migrants afghans. Il y a aussi toutes les régions de conflits extra-européennes, toute la région subsaharienne. De tous ces territoires ils partent massivement et se rajoutent aux vagues qui vont nous arriver dessus.

Et en plus, Bruxelles veut encore imposer des quotas !
Quelle sera la pression sur les frontières hongroises ?

Nous les Hongrois, nous parlons clairement. La clôture est en place, nous allons défendre nos frontières, personne ne pourra entrer illégalement.

 

Source: Szijjártó : « Nous sommes des Hongrois, pas des idiots ! » Le ministre des Affaires étrangères a éclairé ceux qui auraient encore eu des doutes.

Traduction Albert Coroz pour LesObservateurs.ch

*****

Toute l’organisation de rapatriement de l'Afghanistan par l’armée hongroise a été impeccablement organisée et couronnée de succès.

En 7 jours, deux avions ont fait 14 trajets vers l’Azerbaïdjan, et actuellement les personnes exfiltrées sont toutes en sécurité, soit sur sol hongrois, soit parties vers l’Autriche ou les États-Unis.

Source : Magyarország élőben Benkő Tiborral (2021-08-26) - HÍR TV

*****

Ci-dessous, un recueil de caricatures illustrant parfaitement l’état d’esprit qui règne en Occident envers la Hongrie qui refuse l’invasion migratoire et ne veut pas se laisser islamiser.

Nos médias n’ont pas été en reste pour vilipender le gouvernement d'Orban et les clichés ci-dessous correspondent parfaitement à ce qu’ont véhiculé la RTS et la presse romande.

 

Orban le chien

La Hongrie nazie

Orban nazi

La Hongrie qui s’en met plein les poches

 

Orban le perdant (le président le mieux élu d’Europe)

 

La Hongrie n’a pas sa place dans l’UE !

Le modèle de la Hongrie est la Chine communiste

La vérité inversée à l’état pur !

 Image en avant:

Pour le reportage à diffuser dans les chaumières occidentales, les ONG et les journalistes sur place, d’entente avec les meneurs parmi les envahisseurs, mettent les enfants et les femmes en pleurs devant, alors que derrière eux, une foule d'hommes en âge militaire sont quatre fois plus nombreux et eux, ils ne pleurent pas...

L’islam prescrit que les femmes se tiennent trois pas derrière l’homme, mais visiblement, il y a des exceptions…

Comment les Suisses au cerveau endoctriné et au cœur mou vont-ils tenir face à ces images pendant les mois à venir?

4 commentaires

  1. Posté par henri Smeyers le

    L’Europe a une vocation ECONOMIQUE et surtout pas de l’ingérence dans les principes des états qui l’ont rejointe. Changer les règles pendant la partie est de la dictature inconditionnelle.
    La France est foutue ! regardez les banlieues ! Les quelques points de liberté civile deviennent la hantise d’une bande de COLLABOS à la destruction d’une Europe telle qu’on l’avait présenbtée au départ. QUI EST DERRIERE TOUT CELA ???

  2. Posté par Ils ont trop souffert etc le

    Que cela concerne la Hongrie ou tant d’ autres pays, le résultat sera probablement le même que celui que nous vivons depuis trente ans chez nous en tous cas.
    A savoir que, après lamentations, gémissements et exhortations pour venir en Occident, ces gens revendiqueront, refuseront de travailler, mettront en péril la sécurité publique dans de nombreux domaines et ne sauront pas un mot de la langue du pays d’ accueil, hormis celui d' » aides sociales ».

  3. Posté par maury le

    Pour quel motif Bruxelles veut obliger les pays à se laisser submerger par ses vagues migratoires ,qui pour la plupart, sont des combattants déguisés n’ayant qu’un but nous occuper et nous éliminer???? C’est criminel !!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.