Avortement sans frontières: les partis danois veulent financer l’avortement des femmes polonaises

Les sociaux-démocrates « Enhedslisten » et « De Radikale » veulent que l'État danois réserve 20 millions de couronnes danoises sur quatre ans pour « aider » les femmes polonaises à avorter au Danemark, écrit un correspondant danois de Transylvanie, citant des informations locales. Le Parti libéral appuie également la proposition.

Ce n'est pas la première fois que les femmes polonaises sont « aidées » dans les soins de santé danois gratuitement.

La Pologne a modifié sa loi sur l'avortement, qui est désormais si stricte que les femmes ne peuvent se faire avorter que si la grossesse est due à un inceste ou à un viol, ou si la vie de la femme est en danger.

Les 20 millions de couronnes iront à l'organisation « Sexe et société », qui, en coopération avec l'association polonaise « Avortement sans frontières », permettrait l'avortement des femmes polonaises conformément à la loi danoise. Ce montant pourrait « aider » 165 femmes par an, écrit Politiken.

Seul le Parti populaire danois n'est pas favorable à cette proposition.

« Nous avons beaucoup à faire au sein de notre système de santé qui nécessiterait un budget plus important, nous pensons donc que l'argent ne peut pas être dépensé pour les citoyens d'autres pays », a déclaré à Politiken la porte-parole du Parti populaire danois pour les affaires de santé, Liselott Blixt.

Avant 1973, c'étaient les Danoises qui se rendaient en Pologne en tant que «touristes de l'avortement», explique le porte-parole radical Morten Helveg Petersen. Il ajoute que cette question doit être examinée à la lumière des « horreurs » qui se déroulent en Pologne. Nous considérons la loi polonaise anti-avortement comme une atteinte aux droits fondamentaux des femmes. Depuis la chute du communisme, il y a eu des lois très strictes sur l'avortement dans la Pologne à majorité catholique. Il est pratiquement interdit depuis 1993. Dans le pays, au cours des 30 dernières années, pratiquement tous les avortements ont été pratiqués en raison d'anomalies graves. L'exception à l'interdiction est désormais abolie. Les critiques pensent que le gouvernement polonais a profité du ralentissement de la pandémie pour mettre en œuvre sa politique impopulaire.Selon les agences d'aide et les médecins interrogés par The Guardian, les femmes polonaises « demandent de l'aide » à des cliniques en Allemagne, en Slovaquie et en République tchèque, payant 3 à 4 000 couronnes pour un avortement.

source: https://magyarnemzet.hu/kulfold/a-dan-partok-finansziroznak-a-lengyel-nok-abortuszaert-10107257/

traduction: Cenator

************

Regretter d'être MÈRE - analyse sociologique

La Carologie, (33:14)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    INIMAGINABLE . Il fallait être présent en ce 21ème siècle pour voir une solidarité pro-avortement se développer en Europe. ET la contraception, ça n’existe pas? Les femmes polonaises ne savent pas compter pour prendre la pillule , le bon jour, au bon moment? Ou de chercher d’autres méthodes contraceptives?
    IL est vrai aussi que les cellules de bébé avorté sont commercialement intéressantes de nos jours, hélas. Et le commun des mortels n’en est que très peu informé.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.