Offensive de sondage de la Gauche: Près de la moitié des Suisses voudraient voter sur un accord-cadre

Pas d’adhésion

ATS

source: https://www.24heures.ch/pres-de-la-moitie-des-suisses-voudraient-voter-sur-un-accord-cadre-487777938601

*****

Ndlr: image en avant: L'un-e des sociologues qui ont participé à ce sondage, avec sa maman, après l'obtention de son diplôme, 

*****

26 mai 2021 - Réactions politiques en Suisse suite à l'abandon de l'accord-cadre avec l'UE

Le débat - Quelles conséquences après la fin des négociations sur l'accord-cadre? [RTS]
Le débat - Quelles conséquences après la fin des négociations sur l'accord-cadre? / Forum (vidéo) / 20 min. / le 26 mai 2021
Après des mois de tergiversations, le Conseil fédéral a décidé d'en finir avec les négociations sur les relations avec l'Union européenne, estimant notamment que cela mettrait en péril la politique migratoire. Les partis réagissent.

>> L'UDC

s'est réjouie mercredi de la décision du Conseil fédéral de ne pas signer l'accord-cadre avec l'Union européenne. Elle est "heureuse de constater que des décennies de lutte ont porté leurs fruits".

L'UDC suisse. [UDC]L'UDC suisse. [UDC]L'accord institutionnel avec l'UE "aurait signifié une perte massive de souveraineté pour la Suisse et miné la démocratie directe", selon le parti. "Grâce aux longs et inlassables efforts de l'UDC, l'accord institutionnel avec l'UE n'est finalement plus sur la table", s'est félicité son président Marco Chiesa, cité dans un communiqué.

"C'est une victoire pour la démocratie directe et donc pour le peuple suisse", a-t-il ajouté. Avec cette décision, le peuple suisse reste le législateur suprême et non l'UE.

Pour l'UDC, si le Conseil fédéral a pris la bonne décision, il faudra toutefois veiller à l'avenir que le gouvernement ne répète pas les mêmes erreurs que durant les négociations de l'accord-cadre. Il ne doit pas y avoir d'accord où la Suisse se soumet au droit de l'UE.

Pied d'égalité

L'UDC ne veut pas non plus faciliter le versement du milliard de cohésion, que le Conseil fédéral veut débloquer rapidement pour "apaiser l'UE". Cette contribution ne devrait pas être versée tant que l'UE discriminera la Suisse, estime l'UDC soulignant que l'UE exporte davantage de biens vers la Suisse que l'inverse.

Les relations entre la Suisse et l'UE devraient à l'avenir se dérouler sur un pied d'égalité. L'UDC exige que l'UE respecte pleinement les obligations qui lui incombent en vertu des accords bilatéraux. Si ce n'est pas le cas, elle appelle le Conseil fédéral à prendre des mesures de rétorsion similaires contre l'UE.

>> Le Parti socialiste

Le PS déplore l'échec des négociations sur l'accord-cadre qu'il impute avant tout au ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis. Pour les socialistes, toutes les forces constructives doivent désormais travailler ensemble sur une politique européenne qui offre des perspectives. La question des négociations d'adhésion ne doit pas être taboue.

Le parti socialiste suisse [SP/Str - Keystone]Le parti socialiste suisse [SP/Str - Keystone]Le PS regrette, dans un communiqué, que le Conseil fédéral n'ait pas examiné sérieusement d'autres voies de négociations, notamment celle que le PS a lui-même proposée: la concession de la Suisse sur la directive européenne sur la citoyenneté en échange de garanties de l'UE sur la protection des salaires.

Pour le président Cédric Wermuth, cité dans le communiqué, l'échec est dû à l'abus de confiance fondamental du ministre des affaires étrangères PLR, responsable du dossier, dont les négociateurs ont tenté d'affaiblir la protection salariale et le service public à travers les portes dérobées de l'accord institutionnel.

Même si l'échec de l'accord institutionnel devait entraîner un mécontentement temporaire, le PS ne voit aucune raison pour les deux parties de mettre en doute la bonne volonté et la compréhension de la nécessité de relations étroites et approfondies entre la Suisse et l'UE.

Et pour le PS, la meilleure option en matière de politique européenne à moyen terme reste l'adhésion de la Suisse à l'UE. Le parti attend du Conseil fédéral qu'il présente des propositions concrètes.

Participer au programme de coopération

Soupçonnant certains milieux économiques suisses de vouloir interpréter l'échec de l'accord institutionnel comme le signal du début d'une "singapourisation" de la Suisse, le PS rejette sans équivoque ces fantasmes de quelques extrémistes du libre-marché, affirme le président du groupe parlementaire Roger Nordmann, cité dans le communiqué.

Au contraire, le PS appelle le Conseil fédéral et toutes les forces constructives de la politique européenne à profiter de la situation actuelle pour prendre un nouveau départ positif.

Dans l'immédiat, des efforts doivent être déployés pour que la Suisse puisse participer aux programmes de coopération de l'UE, comme Horizon Europe, Erasmus, Digital Europe, etc. En outre, la Suisse doit augmenter de manière significative sa contribution au fonds de cohésion pour les pays d'Europe de l'Est, précise encore Roger Nordmann.

De plus, elle doit faire des concessions à l'UE dans le domaine des mesures pour une plus grande justice fiscale. En particulier, la Suisse devrait coopérer pour l'introduction rapide d'un taux d'imposition minimal international pour les entreprises.

>> Les Vert.e.s

Les écologistes estiment qu'interrompre les négociations liées à l'accord-cadre est une décision "irresponsable, froussarde et erronée". Cet échec aura des répercussions négatives considérables pour l'UE, mais surtout pour la Suisse. Au ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis et au collège gouvernemental d'en assumer la responsabilité, affirme le Parti écologiste.

Les Vert.e.s suisses [Les Vert.e.s]Les Vert.e.s suisses [Les Vert.e.s]Selon, les Vert.e.s, la tentative du Conseil fédéral d'affaiblir la protection salariale suisse à la faveur de l'accord-cadre s'avère une erreur stratégique fatale. Ce faisant, le gouvernement a détruit en Suisse la coalition autour d'une politique européenne pragmatique qui avait rendu possible les bilatérales, analyse le président du parti, Balthasar Glättli, à l'annonce de la suspension des négociations.

"Faute de communiquer suffisamment, de répondre avec clarté aux questions ouvertes ou encore d'évaluer en profondeur l'accord, ils ont laissé le champ libre aux forces réactionnaires eurosceptiques des années durant", ajoutent les Vert.e.s.

Remettre l'ouvrage sur le métier

Le parti invite dès lors Conseil fédéral et Parlement à "envoyer sans tarder des signaux d'apaisement à l'UE et à entreprendre des démarches pragmatiques et concrètes pour stabiliser notre coopération et la consolider: la Suisse doit libérer immédiatement la contribution de cohésion, car elle vise à réduire les inégalités socio-économiques en Europe".

La Suisse devra remettre l'ouvrage sur le métier et se demander quelles formes vont prendre ses futures relations avec l'UE et comment elle entend les raffermir. En tant que parti européen, il est clair pour les Vert.e.s que la Suisse et l'UE doivent approfondir leurs relations afin de relever les défis futurs, notamment protéger le climat, préserver la biodiversité, rendre l'économie verte, ou promouvoir le multilatéralisme.

Si la Suisse veut poursuivre la voie bilatérale, un accord-cadre et la clarification des questions institutionnelles relèvent de l'évidence, selon le Parti écologiste: un bon voisinage a besoin de règles fiables, tangibles, prévisibles, précise-t-il.

>> Le Centre

Au centre, on "prend acte" de la décision du Conseil fédéral et l'on se dit prêt à "assumer ses responsabilités" afin de développer rapidement des solutions viables pour les industries concernées et une perspective pour les relations bilatérales Suisse-UE.

Le Centre suisse [Le Centre]Le Centre suisse [Le Centre]Il s'agit notamment de renforcer à nouveau le partenariat social, qui a été "inutilement déstabilisé", poursuit le Centre mercredi dans un communiqué. "C'est très important si nous voulons trouver à nouveau des solutions larges en politique européenne qui soient soutenues au niveau national", pense Gerhard Pfister, président du parti.

"Oui à la poursuite du développement de la voie bilatérale, mais pas à n'importe quel prix", insiste le parti, qui constate que l'accord-cadre actuel "est apparemment un prix trop élevé pour le Conseil fédéral".

"Il s'agit maintenant d'éviter l'escalade de part et d'autre et de développer des alternatives pour garantir et développer les bonnes relations", déclare Gerhard Pfister: "Nous voulons trouver une bonne voie avec notre partenaire le plus important, l'UE."

Le Conseil fédéral "doit veiller à ce que le droit de parole et de décision du Parlement, du peuple et des cantons soit préservé dans les nouvelles négociations", estime pour sa part le conseiller aux Etats Pirmin Bischof.

Adapter les bases juridiques

Du point de vue du Centre, la Suisse devrait maintenant examiner quelles sont les bases juridiques qu'elle pourrait adapter de manière autonome afin de réduire les différences qui sont apparues par rapport au droit de l'UE. "De cette manière, nous pourrons stabiliser les relations avec l'UE dans un premier temps et développer en même temps la voie bilatérale".

La libération du milliard de cohésion, que le Conseil fédéral propose maintenant logiquement au Parlement, devrait pour le Centre également y contribuer.

>> Le Parti Libéral-Radical

Le PLR a pris mercredi acte "avec déception et préoccupation" de la décision du Conseil fédéral de mettre fin aux négociations avec l'UE. Le gouvernement doit désormais dire comment il compte poursuivre les relations bilatérales avec Bruxelles.

Le Parti Libéral-Radical [PLR]Le Parti Libéral-Radical [PLR]Les Sept Sages n'ont pas été en mesure de mener à bien ce dossier éminemment important pour notre pays, déplore le PLR. L'Union européenne n'a, de son côté, "pas réussi à tenir compte des intérêts de la Suisse".

De trop nombreux acteurs, dont les syndicats, se sont accrochés à leurs exigences maximales, estime le parti. Ils portent aujourd'hui la responsabilité de l'échec des négociations. Or l'absence d'une solution viable met en péril la sécurité des emplois dans notre pays.

Perte d'attractivité

Même si les effets ne seront pas immédiatement perceptibles pour tous les secteurs, les entreprises suisses seront progressivement désavantagées pour accéder au marché européen. A moyen et long terme, la Suisse perdra une grande partie de son attractivité en tant que place économique et pôle de recherche.

Ainsi, la participation au programme-cadre de recherche "Horizon Europe", qui permet aux chercheurs suisses de travailler sur des projets internationaux de premier plan, sera rapidement remise en jeu.

Le Conseil fédéral doit trouver une solution

Pour le PLR, tout doit être entrepris afin que les conséquences négatives liées à la non-conclusion de l'accord-cadre soient limitées. Il incombe au Conseil fédéral de présenter le plus rapidement possible des propositions "sérieuses" sur la façon d'assurer la prospérité de la Suisse et de poursuivre la voie bilatérale.

Aux yeux des libéraux-radicaux, il n'est pas question de maintenir artificiellement en vie un projet d'accord-cadre par le biais d'un débat aux Chambres fédérales.

Il convient également de conclure des accords multilatéraux avec les Etats extérieurs à l'UE. Un autre levier est la mise en place d'un programme national en faveur de l'économie. Ces efforts de réforme globale sont d'autant plus urgents en raison de l'incertitude et des pertes déjà causées par la crise liée au Covid-19.

>> Le parti Vert'libéral

Pour les Vert'libéraux, il est inacceptable que le Conseil fédéral décide de ne plus poursuivre un dossier central comme l'accord-cadre avec l'UE sans impliquer le Parlement. Une décision d'une importance aussi fondamentale pour l'économie, la recherche et les régions frontalières exige pour eux une plus grande légitimité démocratique.

Le parti vert'libéral [Vert'libéraux]Le parti vert'libéral [Vert'libéraux]Après avoir tergiversé pendant des années sur le dossier européen sans direction ni ligne claire, le Conseil fédéral se retrouve aujourd’hui dans une situation désastreuse, acceptant délibérément la désagrégation des relations bilatérales avec l'UE, constatent mercredi les Vert'libéraux.

Le gouvernement, qui avait qualifié en janvier 2019 l'accord-cadre comme étant "largement dans l'intérêt de la Suisse", est désormais soumis à la pression d'acteurs individuels.

Sauvetage et développement [...]

article complet: https://www.rts.ch/info/suisse/12228958-reactions-politiques-en-suisse-suite-a-labandon-de-laccordcadre-avec-lue.html

4 commentaires

  1. Posté par Hexgradior le

    La Gauche s’accroche. Comme le morpion à son poil…

  2. Posté par antoine le

    Le Peuple s’est prononcé CONTRE l’accord-cadre mal négocié et mal fagoté !
    Certains partis politiques, toujours les mêmes ne peuvent pas accepter le verdict des urnes …
    Cherchez l’erreur !!

  3. Posté par Jean-Francois Morf le

    L’UE ne manque pas de culot: vouloir faire nos lois, et nous imposer ses lois et ses juges.
    Signer cet accord cadre nous aurait fait perdre définitivement notre démocratie populaire.
    On reprend tout à l’envers, et on exige que l’UE copie NOS lois démocratiques, juste pour voir ce qu’ils diront!

  4. Posté par bonardo le

    Pour donner de l`argent à tout le monde la Suisse est généreuse et sympathique ,mais L`Europe est morte ,plus rien ne fonctionne correctement ,seul des illuminées peuvent encore y croire ,il faut stopper cette immigration déraisonnable ,car nous allons droit dans le mur ,la question que je pose simplement : sommes nous encore chez nous ? Il suffit de se promener dans notre pays afin de constater que non !! Ce n`est plus mon pays ,et j`ai mal de me faire imposer des coutumes ,des modes de vie ,des religions de personnes qui non strictement rien à faire chez nous et qui veulent changer nos coutumes et nos lois et changer notre pays en revendiquant leurs appartenances et qui pour certains ne sont pas de vrais réfugiés ! Nous les Suisses dans le canton de Berne devons payer 70-. pour faire une nouvelle carte d`identité nous payons nos primes pour la caisse maladie et je pourrais encore continuer tellement la liste est longue ,et il faudrait tout donner gratuitement ,un avocat ,un traducteur ,un logement ,des papiers ,des cours diverses et variées ,non mais cela suffit ral bol .
    Et après les pseudos écolos viennent nous faire la morale sur le climat alors que chaque année il faut accepter des milliers de requérants ,de réfugiées ,de sans papiers ,d`illégaux ,c`est le serpent qui se mort la queue !!!!!A bon entendeur salut.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.

WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com