Suède : Un migrant syrien viole une fille de 12 ans. Il n’est pas expulsé et est condamné à un an et demi de prison.

Un citoyen syrien a été condamné à 1 an et 2 mois de prison et à l'expulsion après avoir emmené une fille de 12 ans dans une résidence pour migrants où il l'a ensuite violée. A présent, le tribunal « suppose » qu’il y aura des obstacles à l’application de la loi.

C'est le 6 août qu'une fillette de douze ans a accompagné une amie (un an plus âgée qu'elle),  pour rencontrer un migrant au Täby Centrum [NDLR : un centre commercial], dans le nord du Grand Stockholm. L'amie de la fille avait pris contact avec le Syrien Abed Alrazzaq Dib Darwich Alhamo, âgé de 19 ans, via la plate-forme de médias sociaux Snapchat.

Là, Abed a fait semblant de s'appeler "Adam". Après la première rencontre entre les trois personnes, il a été décidé de se voir le lendemain, mais dans la ville de Åkersberga.

Migrant criminel

Elles ont pris le train pour Åkersberga où elle ont rencontré Abed. Ce qu'elles ne savaient pas, c'est qu'après son arrivée en Suède en 2017, il avait été condamné pour vol qualifié et voies de fait à une peine avec sursis avec travaux d'intérêt général de 160 heures. Et la même année, il a également été accusé d'une autre agression, mais les preuves ont été jugées insuffisantes pour une condamnation.

Abed a emmené les filles dans le logement pour migrants où il séjourne. [...] Les filles ont eu un mauvais pressentiment lorsque les migrants ont commencé à se parler en arabe et à leur jeter des coups d'œil. Soudain, l'ami d'Abed est sorti pour fumer et a emmené l'amie de la fillette de 12 ans avec lui.

Abed en a alors profité pour verrouiller la porte et baisser les stores de la chambre dans laquelle ils logeaient. Puis il a forcé la fille à se déshabiller. Il ressort de son témoignage qu'elle s'y est opposée et a clairement indiqué qu'elle n'avait que 12 ans.

Mais alors qu'elle essayait de sortir, Abed la retenue par les poignets. Il a ensuite procédé à un viol vaginal dans la chambre. La jeune fille témoigne que le téléphone d'Abed a sonné à plusieurs reprises pendant l'agression.

L’amie de la jeune fille de 12 ans a raconté à la police que l’autre migrant qui était sorti fumer a commencé à appeler Abed alors qu’ils étaient sur le chemin du retour. Mais la porte de la chambre d’Abed était verrouillée et un instant plus tard, la jeune fille (de 12 ans) est sortie et avait l’air dévastée.

[...]

Lors d'un interrogatoire de la police avec la mère de la fillette de 12 ans, celle-ci raconte comment Abed aurait menacé sa fille afin qu'elle ne parle ni à ses parents ni à la police car elle serait alors «frappée violemment». Pour des raisons inconnues, Abed n'a pas été accusé de voies de fait devant le tribunal.

Selon la jeune fille, [...] Abed a fait comprendre à la fillette de 12 ans qu'il faisait ce qu'il voulait.

Tribunal de district réduit la peine

Abed a été arrêté par la police et a admis qu’ils avaient eu des rapports sexuels, mais il a affirmé que c’était « volontaire ». En outre, Abed a déclaré qu’il ne connaissait pas l'âge de la fille. Les deux filles contestent son affirmation.

Le tribunal a estimé que l’emprisonnement d’un an et deux mois est une peine suffisante parce que l'expulsion avait été également décidée (avec la possibilité de retourner en Suède en 2030). En raison de l'expulsion, Abed a bénéficié d’une réduction de quatre mois sur la peine d’emprisonnement.

La Cour d'appel stoppe l'expulsion

Le 12 novembre, la Cour d'appel de Svea a annoncé qu'elle souscrivait à l'appréciation du tribunal de district concernant le viol d'enfant. Cependant, la peine est modifiée et l'expulsion est annulée. La Cour d'appel estime qu'il n'est probablement pas possible de l'expulser vers la Syrie. (...)

Compte tenu de la situation personnelle de l’homme et de la situation en Syrie, selon la Cour d’appel, il n’est pas possible de se prononcer sur l’expulsion. Il est « supposé » qu’il y aura des obstacles à l'exécution de l'expulsion lorsque celle-ci deviendra pertinente.

La Cour d'appel a fixé la peine d'emprisonnement à un an et demi, qui après déduction selon la règle des deux tiers, est réduite à un an.

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Samnytt.se

6 commentaires

  1. Posté par Valentin le

    Comment peut-on ne pas devenir raciste avec ce genre de personnage

  2. Posté par maury le

    Il faut être vraiment naïves et imprudentes ,alors que nous sommes informés des méfaits (de ces O.V.N.I )vicieux et haineux et sans conscience ,qui ne sont là que pour se servir (comme sans doute on leur a appris), Le viol par ces exportés fait des ravages en Suéde ,mais aussi en Grande Bretagne où des réseaux entiers de pédophiles font des ravages avec la complicité passive des autorités

  3. Posté par Dominique le

    Notre justice est tellement clémente que les viols augmenteront et que c’est honteux pour la victime et ses proches..

  4. Posté par antoine le

    Ils servent à quoi les diplomates ?
     »Il est « supposé » qu’il y aura des obstacles à l’exécution de l’expulsion lorsque celle-ci deviendra pertinente. »
    Bien sûr qu’il y aura des obstacles ! Mais à la fin il sera expulsé !

  5. Posté par raus le

    Ils sont cohérents les suédois car les  » chances démographiques et économiques » de leur pays doivent être bien préservées. Qu’est ce que est devenu ce havre de paix et de prospérité d’autrefois. S’il ne s’agit pas d’un remplacement alors surement il’y a une grande terreur. Probablement que chaque peuple mérite son destin. Toutefois ce n’est pas aux enfants à subir les conséquences d’une politique suicidaire.

  6. Posté par LeVérificateur le

    A terme, il faudra s’occuper des juges…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.