Suisse-UE. Françoix Chérix, socialiste, et le virus de l’adhésion

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

Fançoix Chérix et le virus de l'adhésion

Le Temps du jour nous propose les réflexions de François Chérix, coprésident du Nouveau Mouvement Européen Suisse. L'homme évoque le Covid19 qu'il voit comme un révélateur des liens si étroits qui unissent notre pays à l'Union. François Chérix cite notamment les coopérations inédites et intenses qui s'organisent au quotidien, des matériels sanitaires qui s'échangent et des malades soignés dans le pays voisin. Il faut peut-être un peu tempérer les propos de notre homme chaud-bouillant. En fait de matériels sanitaires qui s'échangent, il convient de parler de matériels qui se détournent, qui se confisquent. Les malades soignés dans le pays voisins sont en ce qui concerne la Suisse des patients qui ont échappé à l'incurie de leurs pays d'origine, France notamment.

Le coprésident du NOMES nous parle également de la libre circulation des personnes qu'il voit comme un bien précieux dont la suspension provisoire a brimé tous les Européens. Le personnage semble oublier que la crise touche aussi l'économie, provoquant une dramatique hausse du chômage. Si la libre circulation perdure, elle constituera une merveilleuse opportunité pour l'Union européenne de déverser son trop-plein de travailleurs désœuvrés dans notre pays, pour le plus grand malheur de notre propre main-d'œuvre qui restera sur le carreau. Pour François Chérix, "la libre circulation des personnes est une valeur humaniste qu’il serait insensé de brader." Il faut donc en conclure que pour le NOMES, cette valeur humaniste consiste à offrir aux Européens ce qu'il refuse à la Suisse, à savoir l'opportunité de fournir du travail à ses habitants. On ajoutera au passage que la fermeture relative de nos frontières a valu un certain calme dans les régions frontalières ainsi protégées du crime vagabond. Il est bien évident que les cambrioleurs, braqueurs et autres crapules attendent avec impatience la réouverture de ce grand supermarché gratuit que la Suisse est pour eux. Je crois pouvoir dire que ce genre de visiteurs ne manque à personne sauf à François Chérix manifestement.

L'homme conclut par ces mots : " Ce serait donc pure folie d’ajouter à la crise économique celle d’une rupture avec l’Union européenne. Tirer dans la coque du navire en pleine tempête constitue une stratégie suicidaire. Mais au-delà de cette évidence, la liquidation de l’initiative de l’UDC s’impose, parce qu’une relance forte de la Suisse exige aujourd’hui un engagement européen enfin clair et net."

On objectera que monter sur un navire en cours de sabordement ne constitue pas vraiment une stratégie salvatrice. L'Union européenne n'en peut plus de ses déchirements liés à la manière de régler la facture du Covid19 qui a exacerbé les disparités entre les états fourmis et les états cigales. Le 27 septembre prochain, en disant oui à l'initiative de limitation lancée par l'UDC, la Suisse récupérera une prérogative essentielle, celle de choisir qui elle souhaite accueillir. Dans le cas contraire, nous quitterons l'Arche de Noé pour monter sur le Titanic.

Yvan Perrin, 22.05.2020

 

 

 

 

 

6 commentaires

  1. Posté par Fanfouet le

    Chérix coprésident du NOMES ? Mince alors… Cela signifierait-il qu’il y a au moins deux membres dans ce groupuscule ? La dernière fois qu’ils se sont réunis en assemblée générale, ils avaient juste réservé la table du fond au bistrot, 6 places en comptant large…

  2. Posté par antoine le

     »Dans le cas contraire, nous quitterons l’Arche de Noé pour monter sur le Titanic. »
    Très bonne image, merci M. Perrin !
    J’attends les débats politiques des adversaires de l’UDC; en analysant leurs discours on mesurera leurs mensonges !!
    Je voterai OUI à la limitation de l’immigration le 27 septembre prochain.

  3. Posté par pepiou le

    François Chérix, des chevilles enflées telle des galaxies et un nombril digne d’un trou noir ; l’exemple même de l’arriviste pro européen.

  4. Posté par Joël le

    Que tout ces journalistes adorateurs de l’Europe partent travailler en France à 2000€ par mois, ça nous fera des vacances .

  5. Posté par toyet le

    Bof les suisses sont assez bête pour prolonger la libre circulation….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.