Marrakech : cinq jeunes risquent la prison pour avoir mangé pendant le ramadan

La police a procédé à l’arrestation de cinq jeunes dont deux filles qui fumaient en plein jour et en public à Marrakech. Il leur est reproché d’avoir violé le ramadan et le confinement.

Après leur arrestation, ces cinq jeunes, résidant au quartier El Mellah dans l’ancienne médina de Marrakech, ont été placés en garde à vue au commissariat du seizième arrondissement de police, rapporte Al Massae. Ils seront présentés devant le juge chargé des affaires de flagrant délit au tribunal de première instance de Marrakech. Leur procès se déroulera à distance en raison de la crise sanitaire liée au covid-19.

Les mis en cause seront poursuivis en vertu de l’article 222 du code pénal marocain. Cet article stipule que tout individu, connu pour son appartenance à l’islam et rompant ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le ramadan, est passible d’un à six mois d’emprisonnement et d’une amende. Ils seront également poursuivis pour violation du confinement imposé par les autorités afin de freiner la propagation du coronavirus dans le royaume.

Bladi.net

Nos remerciements à pierrebxl

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.