Procès des cinq « individus » qui ont tabassé des femmes à Genève : « Pour moi, ils voulaient tuer les filles. »

Même si tous ces jeunes (titulaires d’un brevet d’apprentissage, sauf un, sans diplôme) de la région de Thonon, dont trois déjà condamnés pour violences, admettent leur présence sur les lieux, «aucun ne reconnaît avoir porté des coups», résume la présidente. Ils louvoient, donc. L’un dit ne se souvenir de rien à cause de l’alcool, mais jure: ce ne peut être lui, car il ne frappe pas les femmes. Un autre se dépeint anesthésié par le cannabis: «J’ai rien vu, j’ai pas fait attention, j’étais ailleurs.» Un seul sort du lot. Lui non plus n’a rien fait, martèle-t-il, mais il balance les autres: «Je leur ai dit qu’il fallait assumer» ce que des témoins ont décrit comme «une scène de guerre» et «une scène de torture».

Les multiples témoignages, relatés par la présidente, constituent la limite de ces stratégies d’évitement. Un grand nombre de badauds décrivent une scène aux contours et aux protagonistes identiques. La confusion de la scène est certes génératrice de menues variations, rendant difficile d’affirmer avec certitude qui a fait quoi exactement. Mais le fond demeure. «Pour moi c’était une tentative de meurtre. Ils voulaient tuer les filles», a décrit un témoin. «Je n’avais jamais rien vu d’aussi violent de ma vie», a évalué une autre.

Deux récidivistes risquent 20 ans

[...]

20min.ch


Article symbolique de la presse en Romandie : aucun nom, aucun prénom, aucune origine alors que l'on sait qu'il s'agit d'individus non européens. Les coups de pied de type «penalty» assénés dans la tête est caractéristique à certaines migrations, tout comme les vols "à la Zizou" le sont également.

Quel sort réserverait cette même presse aux accusés s'il s'agissait de Suisses?

Rappel :

Agression de Genève : Le Blick donne la description de l’assaillant « C’est un jeune d’origine maghrébine. »

5 commentaires

  1. Posté par Christian Hofer le

    Monsieur Daniel Dujardin

    Merci pour votre commentaire.

    Toutefois, ce n’était pas une erreur de grammaire mais une phrase que j’ai modifiée partiellement sans rectifier la fin qui aurait également dû être au pluriel. Il s’agit donc bel et bien d’une coquille au sens d’un « oubli ».

    https://www.projet-voltaire.fr/origines/expression-faire-une-coquille/

  2. Posté par Daniel Dujardin le

    Monsieur Hofer, Merci de vos autocorrections, mais une faute de grammaire n’est pas une coquille. Définition du terme: substitution d’une lettre à une autre, par erreur, dans la composition d’un texte. Et je trouverais commode que vous indiquiez l’endroit dans l’article où se trouve la faute. (L’actualité est faite de problèmes bien plus graves, évidemment.)

  3. Posté par Christian Hofer le

    *sont caractéristiques
    Coquille

  4. Posté par antoine le

    Pour un c’est l’alcool, pour l’autre c’est le cannabis pour le troisième c’est sa mémoire qui flanche … A mon avis, ce sont des racailles importées tout droit de l’Afrique du Nord et ils détestent les femmes !
    Vu la  »qualité » des informations contenues dans le  »2Minutes » (2 minutes suffisent à lire ce torchon)
     »Car justement, même si tous ces  »jeunes » (titulaires d’un brevet d’apprentissage, sauf un, sans diplôme) de la région de Thonon, dont trois déjà condamnés pour violences, admettent leur présence sur les lieux … »
    Le terme  »jeunes » est compris péjorativement; mais on sait d’avance qui ils sont en réalité !!

  5. Posté par Stefen le

    Finalement, c’est la presse qui est raciste avec le politiquement correct ad nauseum.
    La presse change le prénom des auteurs en les européanisant, cache les origines, minimise les faits, infantilise les protagonistes (gredins, chenapans), utilise la novololangue pour masquer les agressions à caractère raciste (blessure à la gorge, agression gratuite), etc.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.