Allemagne : La responsable du parti socialiste refuse de reconnaître que ce sont les contribuables qui financent les salaires des députés

La responsable du SPD (parti de gauche affilié au Parti socialiste européen) sait-elle que ce sont les contribuables qui financent les salaires des parlementaires - et non l'inverse ?

Une fois de plus, Saskia Esken (58 ans) a provoqué l'étonnement avec un tweet. Cette fois, il s'agit du débat sur la rémunération de l'ancienne ministre du travail et ancienne dirigeante du SPD, Andrea Nahles.

Le contexte : À compter du 1er août, Andrea Nahles doit diriger l'Agence fédérale des postes et des télécommunications - un poste hautement rémunéré qui est financé par le contribuable. Cela a provoqué le mécontentement de certains.

Sur Twitter, un clash a eu lieu : un internaute a expliqué à la responsable du SPD pour quelle raison les citoyens peuvent avoir un intérêt légitime dans les salaires de Madame Nahles : "Chère Mme Esken, la question de la justification d'un salaire est assez intéressante. Je travaille, par exemple, dans le secteur de la vente au détail et par ce travail, je finance une partie de ses indemnités".

Mais la camarade en chef ne veut rien savoir !

"Et je ne paie pas seulement des impôts, j’achète tous les jours", répond Esken. Elle demande alors : «Qui finance qui à présent?"

 

 

Je vous demande pardon ? La responsable du SPD croit-elle vraiment qu'elle finance l'économie et le contribuable parce qu'elle dépense une partie de son salaire parlementaire ?

Les faits : le Bundestag ne générant rien en lui-même, les salaires des députés sont entièrement financés par les recettes fiscales. Depuis le 1er juillet 2019, le montant de l'indemnité dite parlementaire est de 10 083,47 euros par mois ; elle est soumise à l'impôt sur le revenu. En outre, il existe des avantages supplémentaires en espèces et en nature, comme pour les bureaux de circonscription, le personnel et la gratuité des voyages en train.

Sur Twitter, les utilisateurs tentent d'expliquer les faits à la responsable du SPD.

"Non, Mme Esken, vous ne financez rien. Il s'agit tout au plus d'un transfert d'argent. Seule la personne qui apporte réellement une valeur ajoutée la financera", écrit un internaute.

Un autre internaute écrit : "Chaque centime que vous dépensez, quelqu'un l'a gagné dans l'économie et l'a déjà payé sous forme d'impôts. Je n'arrive pas à croire que l'on doive expliquer cela à un politicien dans cette position".

Un internaute demande : "Un homme politique financé par l'argent des impôts explique à un salarié privé qu'elle le finance parce qu'elle fait ses courses. Êtes-vous toujours surpris au SPD est-il toujours surpris que votre électorat vous fuit?

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

5 commentaires

  1. Posté par Zlatan le

    Le nec plus ultra est que la banque adore la gauche depensière, elle peut lui refourguer ensuite des prėts avec intérêts. Endettement des pays mais surtout privatisation des profits et solidarisation des dettes grâce aux impôts et autres parafiscalités ! Un peu comme votre caisse maladie, elle augmente chaque année sans que l’on sache vraiment pourquoi.

  2. Posté par Sergio le

    @ Joël. J’apprécie ! Ainsi va le monde surréaliste du gauchiste. Même les principes de base de l’économie sont annihilés par l’idéologie. Parler à un socialo de plan d’action, de résultats, de rendement ou de coûts. Il vous répondra subventions, climat, fonctionnaires et ateliers protégés.

  3. Posté par Joël le

    A quoi reconnaît t’on qu’il fait vraiment très froid ?
    Quand un socialiste a les mains dans ses propres poches !

  4. Posté par Chris le

    C’est inutile, un politicien socialiste ne peut pas comprendre cela. Ils ont bâti leur existence dans la fonction publique, les commissions, les sièges de conseil d’administration d’entités étatiques. Ils sont persuadés d’occuper des postes productifs. Certes, un prof transmet, il forme donc à devenir productif. Mais le rendement, les objectifs, la sanction si ces derniers ne sont pas atteints sont des notions inconnues de ce beau monde. Vous parlez d’un autre monde à ces derniers, de terres inconnues d’eux.

  5. Posté par antoine le

    Pour les socialopes de son genre lorsqu’on a besoin d’argent il suffit d’aller à la banque ….
    Sans se poser la question : Comment cet argent est arrivé sur mon compte ?
    La création de valeur est à la base de l’économie !
    C’est dingue qu’il faut expliquer cela à la responsable du SPD …
    Encore une qui n’a RIEN COMPRIS à l’Economie …
    Et ce genre de personnage dirige le pays … pauvre pays !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.