Montpellier : après l’agression de son fils, elle porte plainte contre l’État et le Département

En janvier 2019, Gibril, 14 ans, avait été agressé devant le collège Joffre. Aujourd'hui, sa mère demande des comptes et vient de déposer plainte contre la préfecture et le Département.

Le 11 janvier 2019, Gibril, 14 ans, avait pris un coup de couteau, devant le lycée Joffre, en voulant aider un collégien de 6e. Les quatre agresseurs (des Albanais, selon les victimes) l’avaient ensuite tabassé. L’affaire avait grand bruit, notamment en raison de la diffusion de la photo et parce que sa mère, Patricia Bessière, avait remué ciel et terre pour que cet acte ne reste pas impuni. Oui mais voilà, si, juste après les faits, des arrestations avaient eu lieu, l’enquête est restée au point mort. Ou, en tout cas, rien n’a été communiqué à la famille. D’ailleurs, la maman est formelle : elle connaît les agresseurs de son fils, qui ont même eu l’occasion de s’excuser.

[…]

"C’est arrivé à mon fils, ça peut arriver à d’autres. Gibril a eu le nez cassé, il va se faire opérer pendant les vacances. Il fait des cauchemars, prend un traitement pour dormir, est suivi par un psy…" Et d’ajouter : "C’est aux institutions que j’en veux, elles sont là pour protéger les citoyens. Le Département est responsable des mineurs isolés. Ils doivent les gérer, les encadrer. Ces jeunes doivent savoir qu’il est l’heure de rentrer. À 22 h ou à 2 h du matin, que font ces jeunes dans la rue ? […]"

[…]

Source

3 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Et maintenant à force de sondages négatifs, LREM JOUE AU FN OU AU RN, en nous récitant sa litanie sur le communautarisme, comme si les imposteurs qui ont imposé cette situation criminelle porteuse de guerres civiles avaient le droit de continuer de gouverner pour s’enrichir honteusement et pervertir la société mise à leur botte et à leur norme (DSK + Cohn-Bendit+Griveaux). Tout ceci alors que quotidiennement les médias totalement à leurs bottes s’empressent de censurer en refusant depuis des lustres de relier et d’analyser entre-eux les évènements de l’actualité sanguinaire.

  2. Posté par Sertorius le

    ‘Oui mais voilà, si, juste après les faits, des arrestations avaient eu lieu, l’enquête est restée au point mort.’

    Ce qui est au point mort en France c’est la justice!

  3. Posté par Dominique le

    Cela fait plaisir qu’un cette mère soit indignée et se plaigne et ne brûle pas un cierge, etc.
    C’est scandaleux que les autorités judiciaires méprisent ainsi la victime est ses proches et n’ont pas encore tranché ce cas.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.