Hambourg (All.) : une musulmane pourra venir en classe avec son voile intégral

L'écolière de 16 ans, qui se couvre le visage avec un niqab, ne doit pas être interdite d'école.

Cette décision a été prise par le tribunal administratif de Hambourg. Le voile intégral des femmes musulmanes est très controversé en Allemagne et est considéré comme un symbole de l'oppression des femmes.

Depuis environ un an, la musulmane dévote, fille d'un Égyptien et d'une Allemande, ne dépose son niqab que lorsqu'elle se trouve à la maison ou chez des amies.

Comme la direction de l'école ne pouvait l'autoriser à assister aux cours que le visage découvert, elle a dû s'asseoir dans une pièce adjacente, séparée de ses camarades. A plusieurs reprises, le personnel de l'école a tenté de la convaincre d'abandonner le niqab - au moins pendant les heures de cours, déclare son avocat Alexander Heyers. Mais l'adolescente de 16 ans n'a pas cédé.

Finalement, les autorités scolaires se sont tournées vers sa mère, également une croyante fervente, qui s'était convertie à l'islam en 2015. Elle devait s'assurer que sa fille montre son visage en classe, faute de quoi elle risquait de se voir infliger une amende de 500 euros. La mère a fait appel devant le tribunal administratif et a obtenu gain de cause en référé : il n'existe pas de base juridique pour une interdiction du niqab, car la loi scolaire de Hambourg ne prévoit aucune interdiction, même indirecte, du voile intégral. D'autres États comme la Bavière ou la Basse-Saxe ont déjà adopté de telles dispositions.

Menna F. porte son niqab avec fierté

Selon Ties Rabe (politicien du SPD - parti socialiste), l’école doit être conçue de manière à ce que tous les élèves se sentent "acceptés et à l'aise". "Cependant, le voile intégral franchit une limite qui rend impossible un bon enseignement et un apprentissage satisfaisant". Compte tenu de la décision du tribunal, les autorités ont autorisé la jeune fille de 16 ans à suivre des cours réguliers pour le moment. Elle effectue actuellement un stage dans un magasin de vêtements islamiques.

A partir de 2017, après avoir pris l’islam pour confession, elle s'est vêtue avec un Khimar. La robe de prière recouvrait son épaule et ses cheveux, mais laissaient son visage libre. Depuis environ un an, elle cache son visage, et avec lui toutes ses émotions, derrière un mur de tissu. Il ne reste qu’une fente pour les yeux. Menna F. (16 ans) porte son niqab avec fierté, toujours et partout, sauf à la maison ou lorsqu'elle rencontre - sans homme - ses amies.

Mais comme elle le porte également à l’école, la musulmane orthodoxe a un problème avec la ville. De son point de vue, cependant, ce n'est pas le niqab qui pose problème, mais la ville.

[...]

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Archive.is

7 commentaires

  1. Posté par toni le

    Décision du tribunal de Hambourg,
    les allemands contemporains sont bien différents de leurs aïeules, en protégeant leurs ennemis, tout comme le font les autres européens ils montrent qu’ils soufrent d’un syndrome sévère, celui de Stockholm.

  2. Posté par Sertorius le

    En fesant cela les autorités font exactement ce qu’exige l’Islam avec la burka: la soumission. Donc l’Allemagne se soumet aux normes de l’Islam en acceptant cette coutume barbare et primitive quand ça devrait être le contraire. Quelle bande de lâches!

  3. Posté par Dominique le

    De tels juges et de tels élus sont des ignorants qui n’ont rien compris!
    Le voile, la burka, etc, des musulmanes sert d’uniforme politique; si vous avez un uniforme, vous avez une armée. Les maoïstes, les nazis, et les djihadistes, qu’est-ce qu’ils ont tous en commun ? Le regard supérieur ou arrogant qu’ils nous portent dans la rue et des uniformes. L’extrémisme commence par l’apparence des gens et les sentiments d’une communauté. L’extrémisme crée toujours des uniformes. Ces uniformes, à leur tour, sont incorporés dans l’identité des personne qui le portent; ils transforment leur pensée de Ceci est ce que je crois en Ceci est qui je suis. Les mouvements extrémistes utilisent tous une certaine esthétique, parce que l’extrémisme consiste à changer l’esthétique d’une société. Souvent, une grande partie de ce qui est promis par ces extrémistes ne concerne pas des politiques tangibles, mais plutôt une nouvelle apparence pour un lieu, par exemple un quartier de non-droit en France ou une culture, par exemple en Allemagne nazie.

  4. Posté par antoine le

    Ce n’est pas moi le problème ce sont les autres !
     »De son point de vue, cependant, ce n’est pas le niqab qui pose problème, mais la ville. »
    La taqiya toujours le mensonge et la victimisation à outrance ! et ça marche.
    Il reste juste 2 problèmes :
    – l’identification formelle de cette  »dévote » (contrôle de l’identité par l’iris de l’œil ?)
    – vu l’amplitude du vêtement, comment est-il possible de déterminer si elle ne transporte pas une ceinture d’explosif … elle pourrait dire qu’elle est enceinte …
    C’est une aberration de porte ce genre de vêtement, cela démonter qu’elle refuse de s’intégrer dans son pays d’accueil.

  5. Posté par Bussy le

    Super bon plan de cette soumise bâchée, arriérée comme elle l’est, elle ne doit pas déborder d’intelligence et elle pourra ainsi envoyer à sa place aux examens une amie ou un ami très doué.
    En plus, à part dans les magasins de vêtements islamiques, personne ne voudra l’employer et donc elle pourra passer toute sa vie entretenue par l’Etat, et pourra en plus se plaindre d’être discriminée.
    Que du bonheur…. pour elle bien sûr, pas pour ceux qu’elle injurie avec son signe de soumission et d’arriération et qui paieront ses allocations.

  6. Posté par leone le

    Les muzz, bien qu’ils ne mangent pas de porc, savent très bien pratiquer la tactique du saucisson. Et la gauche n’y voit que du feu…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.