La Suisse doit se défendre contre l’islam

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

La Suisse doit se défendre contre l'islam

 

Dans son éditorial de la Weltwoche, Roger Koeppel revient sur les deux attentats de Möriken et de Rickenbach, où des jeunes musulmans armés de couteaux ont causé des blessures graves à des Suisses. Ces deux lâches agressions sont un signal d’alerte. Il faut arrêter de minimiser ces affaires, comme le font de nombreux élus socialistes et des Verts, qui militent en faveur des sociétés multiculturelles et qui ont des complices jusqu’au fin fond des milieux bourgeois. Ces politiciens et leurs électeurs sont responsables des attaques perpétrées contre des Pères Fouettards, des tabassages d’enseignantes par de jeunes islamistes et de l’interdiction de chants de Noël par déférence pour les musulmans.

 

https://www.weltwoche.ch/

«Père Fouettard poignardé»

Éditorial de Roger Koeppel

Signification pour la Suisse de l’attaque lors d’une tournée de Saint Nicolas à Rickenbach (LU).

Qu’arrive-t-il à la Suisse? Avant les vacances d’été, un jeune Syrien issu d’une famille de réfugiés, bénéficiaire en Suisse d’une protection spéciale et de toute l’aide sociale possible, a frappé et envoyé à l’hôpital son enseignante de 63 ans, proche de la retraite. L’enseignante avait voulu empêcher l’élève de menacer les filles dans la cour de l’école avec son poignard.

Un événement terrible qui s’est produit à Rickenbach (LU) vient d’être rendu public. Lors de la traditionnelle tournée de Saint Nicolas, un Albanais de quinze ans a donné, samedi dernier, un coup de couteau dans le dos à un Père Fouettard dans la cour de l’école secondaire. La vilaine blessure a dû ensuite être suturée à l’hôpital. Selon les médias, l’Albanais aurait d’abord provoqué verbalement le Père Fouettard. Ce dernier se serait alors approché avec son fouet de l’Albanais qui l’a frappé d’un coup de couteau. Le tabassage d’une enseignante suisse par un jeune islamiste, comme il s’est avéré par la suite, était odieuse. L’attaque au couteau du Père Fouettard a frappé au-delà de la victime, un garçon de dix-sept ans, l’une des plus belles coutumes suisses qui s’adressent aux enfants et aux familles. Saint Nicolas et son sinistre compagnon incarnent la magie de la période de Noël. Ce sont deux figures emblématiques de la culture chrétienne traditionnelle, victimes ici d’une lâche agression.

Les affaires de Möriken et de Rickenbach sont des signaux d’alerte. Ils constituent une évolution inquiétante. L’islam se répand-il avec manifestement plus d’audace et de violence en Suisse? Il faut aborder la question. Leurs auteurs n’étaient ni des protestants ni des bouddhistes désinhibés. Ils étaient musulmans, fer de lance militant de l’inacceptable qui se banalise. On peut y ajouter ce qui s’est passé dans une école de Wil. Par respect pour les musulmans, on y a récemment interdit quelques chants chrétiens de Noël. L’islam se propage, la Suisse se rétracte.

Des voix apaisantes et prêtes à minimiser les faits se font d’ores et déjà entendre. À Rickenbach, le Père Fouettard y serait peut-être allé un peu fort. Le coupable s’est plaint aux micros complaisamment tendus d’avoir été touché par le manche imposant du fouet et de s’être défendu – avec un canif. On entend aussi de tels propos venant de Möriken. L’assaillant brutal, qui a cassé la mâchoire de son enseignante, a voulu se faire passer pour une victime du harcèlement moral de cette dernière. Le mal est bien et le bien est mal. À force de vouloir le bien, les gens bien intentionnés ne voient plus la réalité.

La Suisse doit se défendre. L’expansion islamique insolente touche une société qui a des scrupules à conforter son identité. Dans le plus ancien État de droit démocratique d’Europe, une culture machiste archaïque, fondée sur la loi du plus fort et sur une conception agressive de l’honneur, se répand. Lorsque des enseignantes à l’âge de la retraite et des Pères Fouettards en période de Noël deviennent des cibles de brutalités, il faut s’occuper de la propagation en Suisse de quelque chose qui met fondamentalement en cause notre façon de vivre.

Cela ne vient pas de nulle part. Möriken, Wil ou Rickenbach sont les effets tardifs d’une politique d’immigration erronée. Notons que le peuple n’a, à vrai dire, jamais été consulté. C’est tout bonnement arrivé. Les autorités ont laissé entrer des foules d’étrangers en Suisse, dont de nombreux musulmans et Albanais qui font venir leurs familles depuis les années 90. Le peuple suisse ne le voulait pas. Mais les élites se sont assises sur son ressenti taxé de négligeable et stupide. Même les votations populaires ont été ignorées. Sans le large soutien, au premier chef des médias publics, cette politique migratoire n’aurait pas pu s’imposer contre la volonté du peuple.

Gauche et Verts sont les premiers à prêcher le salut des sociétés multiculturelles. Ils ont des complices jusqu’au fin fond des milieux bourgeois, au premier rang desquels le conseiller national soleurois PLR, Kurt Fluri, défenseur des plus éloquent de l’immigration, bravant si nécessaire la Constitution fédérale. Ces politiciens et leurs électeurs sont responsables des attaques perpétrées aujourd’hui contre des Pères Fouettards en Suisse, des tabassages d’enseignantes par de jeunes islamistes et de l’interdiction de chants de Noël par déférence pour les musulmans.

Le politologue américain Samuel Huntington a anticipé, il y a plus de vingt ans, ce qui se passe au niveau moléculaire dans nos écoles dans son best-seller «Le choc des civilisations». Son livre a fait scandale. Il est tombé dans une période d’illusions euphoriques sur la fin de l’histoire et l’apparition hypothétique de l’idée de paix éternelle. Regardant froidement les choses, ce chercheur est resté sur ses positions. Il a vu une nouvelle vague de conflits s’abattre sur le monde, non pas idéologiques et économiques comme durant la guerre froide, mais des conflits culturels dans lesquels des civilisations, des systèmes de valeurs différents entraient en collision. Huntington avait un conseil simple pour l’Occident: sa survie dépendrait de la capacité des pays occidentaux à «renforcer leur identité occidentale».

Huntington en appelait à une collaboration étroite. Les pays occidentaux devaient s’accorder «pour renouveler leur culture et pour se protéger du défi de sociétés non occidentales». Il était particulièrement préoccupé par «le déclin des familles, de l’éthique du travail et de l’éducation». Le bien-être futur de l’Occident «ainsi que son influence sur les autres sociétés dépendent dans une très large mesure de sa capacité à gérer ces tendances sur lesquelles se fonde, bien sûr, la prétention à la supériorité morale des musulmans et des Asiatiques».

La Suisse, pays multiculturel et multiconfessionnel depuis toujours, a peut-être particulièrement du mal à mobiliser son propre «modèle culturel» contre les migrants et les musulmans. Il est d’autant plus important d’avoir une politique raisonnable d’immigration mesurée. Quiconque veut la liberté à l’intérieur doit être plus strict aux frontières.

Roger Koeppel, 6.12.2019

10 commentaires

  1. Posté par frioud philippe le

    a propagation de l’islam en suisse va s’accentuer avec les verts nommés au conseil national, , mais qu’ils se rassurent depuis la nuit des temps un jour arrive , le moment de rendre des comptes, dans des pays de l’Est des groupes de militants anti islam de constituent,, que nos traitres se rassurent demain ils seront jugés ou peut être même executés comme ce fut le cas en 35 avec les collabos des nazis eux aussi riaient quand on les avertissaient
    des conséquences de leurs actes, ce sera idem pour les traitres suisses, c’est seulement quand ils sont dirigés vers le poteau d’exécution qu’ils commencent à rèfléchir , Charles Martel les a arrêté à Poitier, demain un Charles Martel Suisse sera là lui aussi pour stoper ces voyous sans loi qui se prennet pour des élus d Halah,,,,combien de viol de fillettes de femmes faudra t’on attendre pour réagir, nous avons dans notre gouvernement des traitres é notre peuple dont beaucoup de bi nationaux …..
    philippe frioud

  2. Posté par Meyjraiv le

    M. Koeppel nous raconte des histoires, celles que l’on aime entendre. Il flatte l’égo « suisse » mais que tout le monde connaît et d’une manière ou d’une autre est confronté à cette nouvelle réalité. Aujourd’hui, que veut-il sauver ? Les derniers suisses en EMS ou ceux qui en sont proches ? Alors oui, la Suisse a changé, biensûr, plus d’1/4 (et le reste) est une population étrangère. Voilà les faits. Et que va faire monsieur Koeppel contre les bilatérales et la CEDH ? Eux ont encore le dernier mot, oui, l’adhésion sans l’adhésion…. La Suisse est un des pays à la plus forte densité d’étranger, voilà la réalité et ne confondez pas, je parle d’étrangers vivant sur le territoire, je ne parle même pas des frontaliers !!! Le train a passé, il reste encore quelques wagons et l’islam passera également. Absolument, 1970 = 16’353 et 2010 = 330’000 (ceux qui ont moins de 15 ans ne sont pas comptés, voyez-vous…) musulmans en Suisse. Et vous voulez résister à cette déferlante ? Derrière vos écrans peut-être ?

  3. Posté par farjon thierry le

    la religion musulmane n’a RIEN A FAIRE EN SUISSE!!! Elle n’a aucun droit de quoi que ce soit sur NOS traditions et NOTRE peuple et NOS lois. Si ils veulent se faire valoir, qu’ils le fasse CHEZ EUX!!! PAS ICI!!! Je suis partant pour voter pour une initiative qui les expulserai tous autant qu’ils sont! Mais avec ce P****N de traité de Schengen, c’est pas possible!!! faut dénoncer ce traité et le quitter le PLUS VITE POSSIBLE!!!

  4. Posté par antoine le

    Merci M. Koeppel pour votre billet !
     »Quiconque veut la liberté à l’intérieur doit être plus strict aux frontières »
    Schengen est une passoire !
    Nos frontières sont ouvertes comme des portes de granges !
    Interrogé en 2017 concernant l’immigration de masse qui menaçait, M. Parmelin m’a donné comme réponse que tout était sous contrôle !

  5. Posté par Mandon Jack le

    Les écologistes et les socialistes sont au mieux de doux rêveurs, au plus des crétins dangereux.
    Peut être faut-il se poser la bonne questions?
    A qui profite le crime? Les guerres ont des origines financières. 85 des plus grandes fortunes mondiales possèdent autant de richesses que 5 milliards d’humains sur la terre.
    Dans ce temps de domination réelle du capital, les guerres, les conflits en tout genre et immigrés extrémistes et incultes en errance constituent les armes secrètes d’un capital qui a besoin pour fructifier de créer le chaos, la peur et la misère sur toute la surface de la terre.
    Les prolétaires sont légion…même le grand PDG de Neslé peut être jeté quand il ne remplit pas son cota. Cela signifie qu’au delà de toute autorité visible se dissimule un ordre supérieur dominant. Cela touche tous les rouages de la société. Quant aux systèmes démocratiques ou républicains, ils constituent des tyrannies masquées qui asservissent l’humanité au compte du pouvoir de la marchandise. Quant on pense au caractère abouti de la confédération suisse, on peut dans cette optique de renversement nourrir une certaine angoisse.

  6. Posté par Dominique le

    Koeppel est excellent et visionnaire comme toujours. Il écrit si bien, aussi bien voir mieux que Malraux qui en 1946, donc déjà au siècle passé, nous avait averti: « le problème capital de la fin du siècle sera le problème religieux. » Dès après la fin de la deuxième guerre mondiale Malraux a souligné que notre époque serait caractérisée par la violence de la poussée musulmane. Qu’ont fait les élus europhiles? Rêver d’Eurabia. Puis en 1974 soit bien avant la ré-islamisation lancée par Khomeini, Malraux avertissait à nouveau: « Politiquement, l’unité de l’Europe est une utopie. Il faudrait un ennemi commun pour l’unité politique de l’Europe, mais le seul ennemi commun qui pourrait exister serait l’islam », ennemi que les Européens en déni ont accueilli chez eux à bras ouvert ! Les musulmans pratiquants posent le problème le plus sérieux de notre temps. Ce sont eux le problème pas nous. Le problème ne sera que pire et affectera aussi, par réaction et contagion, des religions telles que la catholique et la protestante qui vont se radicaliser comme le font déjà des évangélistes américains échevelés et des juifs fondamentalistes. Cette radicalisation de certains milieux ultra-judéo-chrétiens est liée aux relations inopportunes et serviles entre nos autorités gouvernementales et religieuses en déni et l’islam-idéologie arrogante et conquérante et au fait qu’il y a maintenant une nation de non-citoyens non-assimilés dans nos nations démocratiques chrétiennes et laïques, une nation musulmane supra-nationaliste dans nos Etats-nations, ce qui favorise retour religieux radical, tensions, guerre de culturo-idéologique et guerre interne en Europe. Sans tarder, fermons nos frontières et expulsons cette nation étrangère qui nous envahit.

  7. Posté par Noel Cramer le

    Ce que beaucoup ne comprennent pas chez nous est le fait que l’Islam consiste en premier lieu d’un code civil exclusif et intolérant basé sur la soumission. La spiritualité est secondaire. Le Livre n’admet pas, en son essence, la « modération » comme on l’entend si souvent ici.
    Étant né et ayant vécu en Turquie – dans la « modération » forcée par l’instauration de le république en 1943 – je peux vous assurer que cette idéologie est profondément ancrée dans la culture et n’attend que les circonstances favorables pour resurgir – malgré toutes les apparences.

  8. Posté par Anna le

    Je rêve que la Suisse romande aie sa Weltwoche. Ici nous sommes obligés de subir « Le Temps », un journal qui se met résolument du côté de ces pauvres djihadistes en Syrie, « 24 Heures » ou la « Tribune de Genève », guère plus courageux, le  » Matin dimanche », ou encore le pire de tous, « l’Illustré », quoi que, j’allais oublier la RTS. On n’en peut plus de ce consensus unilatéral, « vive l’islam et vivre les migrants ». Un milliardaire aura-t-il le courage de financer une presse alternative de ce côté ci de la Sarine ?

  9. Posté par Nicolas le

    Rien de tout cela ne se produirait sans complicité interne. Il faut d’abord cibler les traîtres sans quoi, il sera difficile d’expulser les satanistes.

  10. Posté par bonardo le

    Bravo Monsieur vous avez tout à fait raison ,il faut absolument se défendre ,et défendre nos valeurs ,nos coutumes ,et ne pas se laisser faire ,car cette religion est dangereuse pour notre pays ,et menace bien entendu la paix ,la sécurité ,ces habitants ,nos traditions ,et cela est inacceptable .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.