5 décembre : la direction de France TV a-t-elle dicté des éléments de langage à ses journalistes ?

post_thumb_default

 

La couverture médiatique de la grève du 5 décembre par France Télévisions suscite la polémique. Le même jour, la CGT-France TV a publié un communiqué sur les réseaux sociaux intitulé «FTV : service de presse du gouvernement ?» Le syndicat accuse en effet la direction de l'audiovisuel public d'avoir défendu aux journalistes l'emploi de certains termes lors des directs ou pendant les reportages. «La CGT de France TV a été informée de la consigne sidérante donnée par la rédaction aux chefs de service», écrit le syndicat. Parmi les expressions interdites pour évoquer la grève du 5 décembre et les manifestations contre la réforme des retraites : «prise d'otage», «colère», «grève historique» ou encore «grève générale».

De quoi provoquer l'indignation de la CGT. «Comme au temps du ministère de l'Information, la macronie perd toute retenue et dicte ses éléments de langage. Un avant-goût de la future ligne éditoriale de la holding France Médias [une holding qui va chapeauter Radio France, France Télévisions, l'INA et France Médias Monde] ?», questionne encore le syndicat dans son communiqué.

La CGT va plus loin et évoque une direction «inféodée au pouvoir politique» quand «les salariés en grève et présents dans le mouvement sont aujourd'hui l'honneur du service public».

COMMUNIQUE #CGTFrancetv
France Télévisions : Service de presse du gouvernement ? pic.twitter.com/fEl87qBKWu

— Cgt FranceTV (@CgtFrancetv) December 5, 2019

La direction de France Télévisions dément

Qu'en est-il réellement ? Contactée par RT France ce 6 décembre, la direction de France Télévisions dément avoir imposé une quelconque terminologie à ses journalistes. Elle relève une simple «conférence de rédaction» le 5 décembre «comme avant chaque événement» de cette ampleur, durant laquelle les chefs de service auraient discuté du vocabulaire à employer pour «bien qualifier cet événement».

Lors de cette discussion, il est par exemple ressorti que le qualificatif «prise d'otage» des usagers ne serait pas employé lors des reportages et des directs car «il ne s'agit pas vraiment d'une prise d'otage» selon la même source. «Il ne s'agit pas d'une consigne de la direction», tient à préciser à ce sujet France Télévisions. 

En revanche, on ne sait pas ce qui justifie de la part des chefs de service d'avoir, de concert, choisi à l'issue de leur conférence de rédaction de ne pas utiliser des termes tels que «grève historique» ou «colère».

Lire aussi : Plus de 800 000 manifestants ce 5 décembre : vers un «grand bras de fer» avec le gouvernement ?

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Vautrin le

    Je déteste l’expression « éléments de langage », car premièrement ces « éléments » sont énoncés (et annoncés) en langue -en principe du français, mais émaillé de globish- ce qui est la mise en œuvre de la faculté humaine de langage à l’intérieur d’une société qui fait acception des mots qu’elle forge, et deuxièmement ces « éléments » constituent les briques fondamentales d’énoncés de propagande que les « journalistes » peuvent combiner au gré des circonstances et en fonction a) de leur idéologie et b) des instructions qu’ils ont reçues de leurs maîtres.
    Il n’y a aucun doute : tout est manipulé et dicté, des images détournées aux énoncés spécieux. Il est ahurissant que des millions de naïfs acceptent encore de payer une redevance « idiovisuelle » pour se repaître de ce boulgi-boulga idéologique et mensonger.

  2. Posté par Antoine le

     »il est par exemple ressorti que le qualificatif «prise d’otage» des usagers ne serait pas employé lors des reportages et des directs car «il ne s’agit pas vraiment d’une prise d’otage» selon la même source. »
    Les usages des transports publics SNCF, RATP, etc … sont PRIS réellement en OTAGES !
    La direction de France-TV est aux ordres !
    En effet, lorsqu’il faut se déplacer pour aller travailler et qu’il n’y a PAS de services publics … il faut soit se déplacer à pieds, en vélo, à trottinette ou en covoiturage !
    Lorsque vendredi 6 décembre il y a 380 km de bouchon sur toutes les routes, cela s’appelle comment ?
    La perte de temps pour tous ces déplacements compliqués ne sera JAMAIS compensées !!
    Le télé-travail ne concerne qu’une petite frange de la population.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.