Londres : Jack Merritt, l’une des deux victimes tuées par le terroriste islamiste Usman Khan était très impliqué dans la réhabilitation des prisonniers

M. Merritt, de Cambridge, était coordinateur de cours pour Learning Together, un programme de réhabilitation des prisonniers qui organisait la conférence au Fishmongers’ Hall, à l’extrémité nord du London Bridge.

Khan avait été l’une des douzaines de personnes – y compris des étudiants et des délinquants – présentes à cet événement.
Le père de M. Merritt, David, a déclaré sur Twitter qu’il était « un bel esprit qui a toujours pris le parti des opprimés« .

« Jack parlait en termes élogieux de toutes les personnes avec qui il travaillait et il aimait son travail « , a-t-il ajouté.

M. Merritt a fait des études de droit à l’Université de Manchester, où il a obtenu son diplôme en 2016.

Il a poursuivi ses études à l’Université de Cambridge, où il a travaillé au département de criminologie mettant en place Learning Together.

Audrey Ludwig, qui a connu M. Merritt par son travail, a déclaré que son « engagement profond en faveur de l’éducation et de la réhabilitation des détenus était profondément impressionnant« .

« J’adresse mes condoléances à sa famille, à ses collègues et au groupe des prisonniers », a-t-elle ajouté.

[…]

« Khan était connu des autorités pour avoir été reconnu coupable d’acte de terrorisme en 2012. Il avait été libéré de prison en décembre 2018 sous réserve d’une « longue liste de conditions de permis« , a déclaré le commissaire adjoint de police Neil Basu.

M. Basu a déclaré, samedi, qu’« à ma connaissance, il respectait ces conditions ».

L’une des conditions était que Khan soit obligé de participer au programme de désistement et de désengagement du gouvernement – dont l’objectif est la réhabilitation des personnes qui ont été impliquées dans le terrorisme.

[…]

M. Johnson s’est engagé à « durcir les peines », tandis que Jeremy Corbyn, du parti travailliste, a déclaré qu’il y avait des questions auxquelles il fallait répondre.

Mais le père de M. Merritt a dit, dans un message maintenant supprimé, sur Twitter : « Mon fils, Jack, qui a été tué dans cette attaque, ne voudrait pas que sa mort serve de prétexte à des peines plus draconiennes ou à de la détention inutile. »

[…]

BBC

 

Via Fdesouche

3 commentaires

  1. Posté par Anna le

    Quand l’idéologie passe avant les faits, c’est la catastrophe.

  2. Posté par Nicolas le

    Vous n’aurez pas ma haine, etc… mais hors antenne on aimerait bien connaître les véritables états d’âme de M Merritt. Comment pourrait-il ne pas en vouloir à cette justice nourrie au mythe du bon sauvage qui lui a volé son fils. On a affaire à des sous-hommes et pour la sauvegarde de notre civilisation on est prié de s’en souvenir, faute de quoi on finira tous le nez dans un ruisseau rouge sang.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.