France : Lors d’un cambriolage, un Tunisien viole un enfant de 5 ans. Condamné en appel, il pourra finalement rester en France

Au terme de deux jours de débats à huis clos, la cour d’assises des Côtes d’Armor a condamné, ce mardi, Wael Haddad, 34 ans, à dix ans de réclusion criminelle, jugé en appel. En première instance, à Quimper, en décembre 2018, il avait écopé de huit ans de prison, ainsi que d’une interdiction définitive du territoire français, l’accusé étant de nationalité tunisienne.

Le jury de Saint-Brieuc a lui aussi reconnu le trentenaire coupable du viol d’un garçonnet, mais aussi d’exhibition sexuelle et de vol en récidive. Le 25 mars 2016, il s’était introduit dans l’habitation d’une famille brestoise pour la cambrioler, avant de s’attarder dans la chambre des enfants. Le plus petit, âgé de cinq ans, avait été violé par le cambrioleur, fait confirmé par le grand frère.

Placé en détention en avril 2016, après son interpellation à son retour de Tunisie par la brigade des mineurs du commissariat de Brest, il n’avait cessé de nier les faits. Il avait sollicité, en juillet 2018, une remise en liberté qui lui avait été refusée.
La cour d’assises a également condamné Wael Haddad à un suivi sociojudiciaire de cinq ans, avec injonction de soins, obligation d’indemniser les victimes et interdiction d’exercer toute activité en lien avec des mineurs. S’il manquait à ces obligations, il encourrait quatre ans de prison.

Si les jurés costarmoricains n’ont, cette fois, pas prononcé son interdiction définitive du territoire, il sera néanmoins interdit de présence dans la région Bretagne pendant dix ans. La cour d’assises a également ordonné son inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles.

Le télégramme

Via Fdesouche

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.