Stephen Pinker : la collapsologie ne résiste pas à l’analyse.

Jean-François Dupont
Ingénieur-physicien EPFL

 

Stephen Pinker : la collapsologie ne résiste pas à l’analyse.

 

Stephen Pinker est un scientifique américano-canadien. Il a écrit un livre remarquable intitulé « Enlightment now » dont la thèse est en bref : la croyance qui se répand dans l’opinion publique, avec le support d’une certaine presse mainstream, selon laquelle notre civilisation est en échec et court à la catastrophe (collapsologie), ne résiste pas à l’analyse. Le libéralisme humaniste et une utilisation intelligente des sciences et des techniques, apportent une amélioration réelle de nos conditions de vie. Et le progrès en cours n’est pas fini.

 

Le livre de Stephen Pinker a été résumé par Jean-Paul Oury et publié en français sur The Europeanscientist en deux parties:

 

1ère partie : « Six bonnes raisons de donner raison à la Raison » https://www.europeanscientist.com/fr/editors-corner-fr/six-bonnes-raisons-de-donner-raison-a-la-raison-dans-enlightenment-now-de-steven-pinker-premiere-partie/

 

2e partie : « Résister à la Collapsologie »

https://www.europeanscientist.com/fr/editors-corner-fr/resister-a-la-collapsologie-avec-enlightenment-now-de-steven-pinker-deuxieme-partie/

 

Jean-Paul Oury est Editeur en chef de Europenan scientist. Il a une formation scientifique en épistémologie et en histoire des sciences et des technologies. Il est spécialisé en analyses transdisciplinaires reliant la communication, les technologies et la politique

 

Cenator a dénoncé avec raison sur ce site une certaine complaisance avec laquelle la RTS présente les thèses des collapsologues dans 5 épisodes de son émission vacarme. Voir : https://lesobservateurs.ch/2019/10/10/rts-une-serie-demissions-annonce-leffondrement-de-notre-civilisation-a-cause-du-rechauffement/

 

Remarquons que si la complaisance d’une certaine presse favorise la diffusion des thèses de la collapsologie, il y a aussi une responsabilité du monde scientifique et professionnel impliqué dans des activités controversées. En effet, le catastrophisme ambiant a aussi son origine dans les vives controverses qu’on connaît autour de l’énergie, du climat, de l’agriculture, et, d’une manière générale, du thème de la finitude des ressources. Le monde académique et professionnel aurait les moyens d’élucider ces controverses. Comment : en établissant un inventaire rigoureux des connaissances vérifiées et des incertitudes. Mais, sur ce point il ne fait pas son travail, n’utilise pas les ressources de la science et souvent se dispute en clans rivaux (et intéressés). Au lieu de dire la connaissance, beaucoup de scientifiques disent leurs préférences. Plus sur :

https://lesobservateurs.ch/2019/03/20/le-catastrophisme-a-la-mode/

 

Enfin le catastrophisme se nourrit aussi beaucoup des thèses pessimistes, et souvent anti-humanistes, de l’écologie politique. Plus sur : https://clubenergie2051.ch/2019/05/11/lecologie-politique-des-critiques-severes/

 

Sur le Web : https://clubenergie2051.ch/2019/10/11/stephen-pinker-la-collapsologie-ne-resiste-pas-a-lanalyse/

 

jfd / 10-10-2019

 

 

5 commentaires

  1. Posté par Gérard Guichard le

    De toute façon, il faudra débattre. Parce que le clan socio-démo (communistes modérés américains de 1945) a été gravement atteint par la « chute du Mur » (démantèlement des grands groupes US, oligarques genre Branson, Mush, Facebook, etc.) voire dispersé entre bolcheviks de Moscou et bolcheviks de Pékin

  2. Posté par Jean-François Dupont le

    Selon vous le vrai débat c’est l’urgence « …dont le « libéralisme humaniste » est incapable d’apporter la moindre réponse. » Et tout ceux qui crient climat, urgence, action…qu’apportent-ils comme solution? Une anecdote révélatrice. En 2007, avec quelques collègues nous avions proposé un postulat qu’avaient endossé un Conseiller national et 40 de ses collègues. Ce postulat demandait au Conseil fédéral d’établir un catalogue de toutes les mesures concrètes qui permettraient de réduire les émissions de CO2. Le postulat demandait d’évaluer pour chaque mesure a) le coût de la tonne de CO2 économisé et b) le potentiel d’économie réalisable par rapport au total des émissions si la mesure était acceptée et généralisée. Une année après l’enregistrement du postulat, le CF répondait que ce catalogue ne serait PAS établi. Tous les jours la réalité du débat montre que ce catalogue manque, qui permettrai au cas où la politique ne voudrait pas réaliser toutes les mesures, de sélectionner les plus intéressantes. C’est un exemple où une certaine bien-pensance s’est opposée à une certaine rationalité. Les vraies raisons derrière ce refus? Ce catalogue, et ses chiffres, auraient montré a) que les mesures de politique énergétique qui mobilisent le plus d’argent public, les subventions au solaire et à l’éolien, ne réduisent pas les émissions de CO2, parce qu’elles agissent sur une production d’électricité qui est déjà décarbonnée en Suisse et b) que le nucléaire a encore un potentiel de réduire beaucoup le CO2. Il ne fallait pas que cela se voie…

  3. Posté par G. Vuilliomenet le

    La démarche de ces scientifiques portera-t-elle ses fruits?

    https://www.climato-realistes.fr/declaration-europeenne-sur-le-climat-la-video-en-francais/

    Personnellement, je pense qu’il faut écrire au CF chargé des transport et de l’énergie et lui transmettre cette « Déclaration sur le climat ».

    Il faut quand même bien comprendre que cette guerre contre le CO2, poison imaginaire, va nous conduire à une catastrophe économique national, mais également international.
    A qui profite vraiment cette guerre contre le CO2?

  4. Posté par Hugues de Courrèges le

    « Le libéralisme humaniste et une utilisation intelligente des sciences et des techniques, apportent une amélioration réelle de nos conditions de vie ». Stephen Pinker n’a manifestement rien compris au débat. Le débat actuel ne traite pas des « conditions de vie » mais de l’urgence écologique. Urgence dont le « libéralisme humaniste » est incapable d’apporter la moindre réponse.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.