MAIF, Groupama, Monabanq… d’autres marques refusent d’être associées à Zemmour

zemmour

Plusieurs annonceurs refusent d’être associés aux émissions ou aux chaînes où travaille l’éditorialiste, à cause de ses propos polémiques. D’autres marques ont été interpellées sur les réseaux sociaux.

La polémique Zemmour s'invite dans les campagnes de publicité des grandes marques. Ferrero, la MAIF, Groupama, et Monabanq ont décidé de ne plus être annonceurs de l'émission hebdomadaire de Paris Première « Zemmour et Naulleau », dont le nouvel épisode sera diffusé ce mercredi soir, a appris le Parisien.

« Nous avons demandé à Paris Première d'exclure ce programme de notre liste de diffusion », a d'abord écrit Ferrero sur Twitter lundi, en réponse à la branche française du groupe Sleeping Giants.

[...]

Leparisien.fr

5 commentaires

  1. Posté par Clyde Barrow le

    Vive la démocratie les annonceurs publicitaires décident qui a le droit de parler ou pas…. pour ceux qui en doutent encore, le pognon est roi et tout le reste n’est que de l’enfumage !

  2. Posté par Norma Delhaye le

    les marques radicalisés ont s’en balance c’est de la merde ,Bravo Eric

  3. Posté par Pavillon le

    Des hommes comme lui en faudrait beaucoup en France

  4. Posté par SD-Vintage le

    Apparemment la cour suprême française a introduit la notion de blasphème et de crime intellectuel politique…. Le « pays des droits de l’homme » mais pas de la liberté d’expression

  5. Posté par alex le

    Ce ne sont pas mes fournisseurs, sinon j’auraisq changé de cremerie.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.