Brexit – L’Union Européenne est une cage (dorée ?) dont il faut sortir

Michel Garroté
Politologue, blogueur

-
Brexit - L'Union Européenne est une cage (dorée ?) dont il faut sortir
-
Michel Garroté -- A propos du Brexit, il ne faudrait pas non plus exagérer les conséquences d'une sortie de l'UE sans accord avec Bruxelles, car le gouvernement britannique a déjà mis en place les préparatifs nécessaires pour qu'un tel scénario ne tourne pas mal mais tourne bien. Et à ce propos, on peut aujourd'hui comparer l’histoire de l'Union européenne à l’histoire de l'Union soviétique, ni plus, ni moins ; la leçon de cette histoire est en effet devenue de plus en plus claire : si l'on transforme le club européen en une prison, le désir d’en sortir ne diminuera pas. Et l'Union européenne finira comme a fini l'Union soviétique : ruinée et disloquée.
-
Pour l'excellent avocat et docteur en droit Ghislain Benhessa [extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page], vouloir à tout prix empêcher le Royaume-Uni de quitter l’UE est contraire aux principes constitutionnels européens [ndmg - enfin quelqu'un qui dit et écrit la vérité !]. Car cette sortie est garantie dans les traités, et l’Union ne peut pas agir contre ses propres lois. En réalité, il n’y a jamais eu le choix : le Brexit est la seule solution. Si le Brexit est condamné à réussir, c’est parce que l’Union européenne est aujourd’hui prise à son propre piège.
-
En effet, elle qui s’est tant servi du droit pour étendre son emprise sur ses États membres fait aujourd’hui le pari de nier l’un de ses principes structurants. Car l’invraisemblable complexité des procédures dans lesquelles l’Angleterre est engluée ne dit au fond qu’une seule chose: à bas le droit de retrait.
-
L’article 50 du Traité sur l’Union européenne est limpide : "Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union". Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre le sens d’une telle clause : les États sont libres de quitter l’Union quand bon leur semble. Quelles que soient les interprétations et les arguties, les débats qui agitent les observateurs, ou l’effroi qui saisit aujourd’hui nombre d’experts, les États sont seuls souverains et, par conséquent, libres de leur destin.
-
On a beau s’insurger contre une telle disposition, agiter la peur de lendemains qui déchantent, ou sortir de sa manche la carte de la complexité voire de l’impossibilité, les mots ont un sens. D’autant plus quand ils ont la force de l’évidence, la simplicité du choix binaire: rester ou partir. Or, que fait l’Union depuis plus de trois ans ? L’exact contraire de ce que son propre texte prévoit.
-
C’est précisément à la première des règles - l’autodétermination - que l'UE contrevient aujourd’hui. En imposant un interminable bras de fer à un peuple anglais qui, rappelons-le, a souverainement choisi de partir, l’Union européenne prend peu à peu les atours d’une cage dorée. Pour ne pas alimenter le ressentiment qui gronde et qui l’effraie tant, il est urgent d’arrêter les frais, estime l’avocat et docteur en droit Ghislain Benhessa [fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page].
-
Adaptation de Michel Garroté pour LesObservateurs.ch, 19.9.2019
-
Source :
-
"Pourquoi le Brexit est condamné à réussir" :
-
http://www.lefigaro.fr/vox/monde/pourquoi-le-brexit-est-condamne-a-reussir-20190913
-

2 commentaires

  1. Posté par petitjean le

    « l’Union européenne prend peu à peu les atours d’une cage dorée »
    ce n’est même plus un euphémisme !
    L’UE a tué les principes fondamentaux de la démocratie. La liberté d’expression est interdite et la liberté de penser est combattue par une intense propagande et un terrorisme intellectuel de tous les instants
    L’école est le premier outils pour laver le cerveau de nos enfants et tous les médias sont des organes de propagande
    Que faire ?

  2. Posté par maury le

    Cette entité monstrueuse dirigée par des fonctionnaires trop payés est une pieuvre qui enserre les nations européenne en faisant croire que sans elle point de salut cela équivaut à une dictature
    Vladimir Boukovski – L’Union européenne – Agoravox TV

    Cette lancinante douleur de la liberté de Vladimir Boukovsky
    Les idéologies de masses sont les plus méprisables. Elles font de l’humanité un troupeau de moutons.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.