L’UDC fait un lien entre la violence contre les femmes et l’immigration

A l'occasion de sa rentrée politique mardi, l'UDC a remis en lumière sa thématique de la criminalité étrangère. Mais le parti cible particulièrement, cette fois, la violence contre les femmes.

L'UDC a publié un papier de position intitulé "L'immigration démesurée", dans lequel elle estime que la Suisse n'est plus un pays sûr. La Suisse compte aujourd'hui parmi les Etats à criminalité élevée, assure-t-elle, estimant qu'il faut absolument éviter que le pays devienne un "eldorado des criminels de tous bords".

Les "individus non-intégrés" montrés du doigt

Mais depuis la grève des femmes de juin dernier, le parti insiste désormais en particulier sur la violence faite aux femmes. Crimes sexuels, violences domestiques ou harcèlement de rue auraient une seule cause: les "individus non-intégrés", un terme utilisé dans la plupart des cas comme synonyme d’étrangers ou de migrants.

Pour l'UDC, la violence et la criminalité, en Suisse, sont dans une large mesure importées. Statistiques de la Confédération à l'appui, elle précise que 60% des personnes accusées de viols en 2018 étaient des étrangers.

Pas normal "d'avoir peur en sortant"

Mais si les violences contre les femmes sont une thématique récente pour l'UDC, "c'est nouveau aussi d'avoir une augmentation de cette violence, que l'on doive avoir peur en sortant", relève son président Albert Rösti dans le 12h30. "C'est un phénomène que je n'ai pas connu quand j'étais étudiant."

Les sondages annoncent le parti en recul lors des élections d'octobre prochain. Est-ce pour cela qu'il ressort ce thème de la lutte contre la criminalité étrangère qui a fait son succès? "J'ai toujours dit qu'on ne changeait pas de thème selon les sondages", rétorque Albert Rösti. "On s'est toujours battus pour la sécurité en Suisse (...) Et l'une des choses primordiales pour un Etat est de garantir la sécurité des personnes. On va le défendre aujourd'hui, mais aussi après les élections."

Appel à plus de sévérité

Et pour lutter contre cette criminalité, l'UDC exige des peines plus sévères, des expulsions systématiques en réclamant une application fidèle de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers, et un rétablissement des contrôles aux frontières. Elle ne veut pas, en revanche, de mesures d'intégration supplémentaires, estimant que l'Etat en fait déjà assez.

RTS

4 commentaires

  1. Posté par JeanPaul le

    Permettez-moi de m’étonner qu’il ne soit pas fait mention de boko haram, qui vient de faire couper les oreilles de femmes chrétiennes. En ce qui me concerne, je pense qu’il faudrait les capturer et j’imagine très bien ce qu’on pourrait leur couper, à ces ordures !

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    A-t-on seulement des féministes en Suisse?

    A l’évidence non! Mais des femelles bêlantes toutes tétines dehors (comme à Lausanne en juin), « cherry pickers » islamo-gauchistes dans leur énorme majorité, et véritable HONTE DES FEMMES DIGNES: https://www.causeur.fr/iran-voile-teheran-feminisme-white-wednesday-164253

  3. Posté par Anna le

    Et bien oui ce que demande l’UDC est logique . Pour lutter contre la criminalité, il faut des peines dissuasives. Les étrangers qui se comportent bien n’ont rien à craindre. Au contraire, ils apprécieront de ne plus voir leur origine associée à des criminels. Les gens qui ne veulent pas punir sérieusement les violeurs sont vraiment étranges.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.