Suisse. Asile: déterminer l’identité des réfugiés en contrôlant leur téléphone mobile

Les réfugiés ne sont pas toujours en mesure de prouver leur identité. Le Secrétariat d’Etat aux migrations cherche à identifier les requérants d’asile en contrôlant leur téléphone mobile et ordinateur portable. Des voix s’élèvent pour dénoncer une atteinte à la sphère privée.

Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a examiné 565 appareils et leurs données de novembre 2017 à mai 2018, sur une base volontaire de requérants d’asile arrivés dans les centres de Chiasso (TI) et de Vallorbe (VD). Dans 15% des cas, des informations utiles sur l’identité ou l’itinéraire des réfugiés ont été trouvées.

[...]

En juin 2018, la commission des institutions politiques du Conseil des Etats avait soutenu par 9 voix contre 1 une initiative parlementaire UDC. Celle-ci demandait que les autorités puissent contrôler les téléphones mobiles des requérants d’asile si c’est le seul moyen pour établir leur identité. Avec ce feu vert, la commission du National a ainsi pu élaborer un projet concret.

Le Nouvelliste

Nos remerciements à notre lectrice

6 commentaires

  1. Posté par Anna le

    Bravo l’UDC. On ne peut pas se plaindre « d’atteinte à la sphère privée » quand on réclame argent et entretient de la part d’un pays. C’est ahurissant que certains osent demander à la Suisse de tout offrir les yeux fermés. De toute façon, le droit d’asile a été pensé à l’époque où après la deuxième guerre mondiale, on pensait que les individus étaient forcément innocents, et les Etats forcément coupables et totalitaires. Donc un « réfugié » était forcément une innocente victime d’un Etat totalitaire. Mais le monde a changé, un « réfugié » peut être un criminel qui cherche à éviter les sanctions son pays, ou quelqu’un qui veut simplement contourner les lois d’émigration pour aller vivre quelque part où la vie est meilleure. Et surtout ne pas s’engager pour améliorer la situation de son propre pays, soit l’exact contraire d’un véritable réfugié politique tel que pensé à l’époque. Sauf que comme ils nous demandent de les entretenir, il est normal qu’ils doivent au minimum prouver leur identité. Que l’on ai mit tellement de temps à commencer à chercher à le faire, c’est surprenant. Il faut aussi que l’asile leur soit retiré quand ils rentrent en vacances dans leur pays car cela prouve qu’ils n’y craignent rien. Se faire traiter de tous les noms quand on veut contrer ceux qui dénaturent le droit s’asile, ce n’est pas normal.

  2. Posté par pepiou le

    C’est la moindre des choses.

  3. Posté par aldo le

    Ce qui est honteux, c’est que … « des voix s’élèvent pour dénoncer une atteinte à la sphère privée » Mais ces voix sont celles des gauches socialo-écolo-islamo-bolvécho-fascistes, qui SOUTIENNENT ET EXPLOITENT LA CRIMINALITÉ MASSIVE qui se profile à travers le commerce des faux-réfugiés.

    ON N’A JAMAIS ENTENDU CES VOIX DENONCER TOUTES LES ATTEINTES BIEN REELLES QUI NOUS MENACENT EN PERMANENCE AVEC L’USAGE D’INTERNET, COMME AVEC LES GAFAM QUI MONNAIENT AINSI NOS DONNEES ET EN PLUS NOUS BOMBARDENT DE PUBLICITÉS QUI NUISENT AU FONCTIONNEMENT ECONOMIQUE D’APPAREILS ACHETÉS FINISSANT PAR NE PLUS NOUS APPARTENIR.

    De plus ces faux-culs ont amoindrit sérieusement ce dispositif en l’appliquant SUR UNE BASE VOLONTAIRE… A-T-ON DEMANDÉ A TOUT CEUX QUI UTILISENT L’INTERNET, S’ILS ETAIENT D’ACCORD QUE LEURS DONNÉES SERVENT A ETOFFER LES BASES DE DONNÉES DE SWISSCOM, DE LA CIA, DU FBI, DE SCHENGEN, et de tous les systèmes policiers prêts à renforcer l’arbitraire de certains totalitarismes sous la pressions de ces gauches scélérates, qui se croient comme par miracle épargnées ? Car toute cette exploitation sert déjà à l’objectif totalitaire de la mondialisation-globalisation uniformisant les Peuples les plus intelligents au même niveau que la sauvagerie qui déferle au nom de l’Islam. Et quand on connait tous les bugs qui rendent encore plus cet espionnage insoutenable, on ne doit pas être étonné que des fuites visiblement acceptées volontairement servent en fait à couvrir des ventes clandestines nettes d’impôts qui enrichissent des dirigeants de GAFAM au détriment de leurs actionnaires.

  4. Posté par aldo le

    Merci encore à l’UDC ! Ce que je remarque c’est que souvent NOS AUTORITES POLITIQUES OU MEDIATIQUES FINISSENT PAR S’INFORMER SUR LESOBSERVATEURS.CH et que nombre de mes suggestions ou même certaines innovations verbales, visant à décrire des faits qui n’avaient jamais encore été décrits, ont soit fini par passer dans le vocabulaire médiatiques, soit ont été prises en compte pour arranger des textes visant pas seulement à les enterrer. Ce qui m’oblige à continuer d’écrire des commentaires dont parfois je me passerai bien. Ce qui démontre aussi que certains commentaires agissent comme une véritable nécessité. Parce qu’après un peu moins d’un siècle de manipulations par omissions a permis d’amputer non seulement des réalités qui nous menaçaient et nous menacent encore plus, mais en plus ont amputé le vocabulaire nécessaire à les synthétiser, puis à permettre de leur donner une existence afin de mieux les combattre.

  5. Posté par pépé le moko le

    atteinte a la sphère privée ???
    Ils sont a notre charge et par conséquent leur vie privée nous importe peu !

  6. Posté par Sergio le

    On est prêt à parier que la racaille judiciaire va décréter qu’il sera interdit de contrôler le téléphone privé d’un clandestin au nom du respect de la sphère privée. Ou alors, il faudra son accord préalable, ce qui revient exactement au même, car on lui aura soufflé de refuser.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.