Italie : Le scandale « Anges et démons » enterré par les médias

post_thumb_default

 

Vous n’en avez entendu parler ni à la radio ni à la télévision, pourtant l’Italie est actuellement secouée par un scandale particulièrement grave et sordide. En effet, une trentaine de personnes, dont des médecins, des travailleurs sociaux et des politiciens du Parti démocrate (équivalent transalpin du Parti socialiste), ont été interpellées, soupçonnées d’avoir manipulé des enfants pour les soustraire à leurs parents et les vendre à des foyers d’accueil où certains auraient été abusés sexuellement.

Ce sont les carabiniers de Reggio Emilia, dans le nord de l’Italie, qui ont mis au jour ces agissements criminels. Un véritable système de « traite d’enfants » mis en place notamment par certains services sociaux en lien avec des associations dites de « protection de l’enfance ». Les différents protagonistes utilisaient des prétextes mensongers ou fallacieux pour retirer des enfants à leur famille biologique et les « plaçaient » ensuite – moyennant rétribution bien sûr – auprès de certains de leurs « amis » et autres « connaissances ».

C’est une augmentation anormale du nombre d’enfants « retirés » – souvent au prétexte d’agressions sexuelles inventées de toutes pièces – qui a alerté les autorités policières qui ont décidé d’ouvrir une enquête en août 2018. Celle-ci vient donc d’aboutir avec la mise au jour de ce véritable réseau criminel qui n’hésitait pas à falsifier des rapports d’assistantes sociales, à insérer des allusions sexuelles dans des dessins d’enfants, et même à fabriquer de faux souvenirs de maltraitance et d’abus divers au cours de véritables séances de « lavage de cerveau ».

Les enfants manipulés, ainsi conduits à s’éloigner voir à détester leurs parents, étaient ensuite confiés à des « foyers d’accueil » (par exemple : un propriétaire de sex-shop ou encore l’ex-partenaire homosexuelle d’une des psychologues mises en cause…) où un certain nombre d’entre eux ont subi des agressions sexuelles, bien réelles cette fois. Deux cas de viol au moins ont déjà été établis. Cet ignoble système aurait rapporté des centaines de milliers d’euros à ses instigateurs.

Au-delà des faits particulièrement atroces, c’est aussi le traitement médiatique de l’affaire qui choque de nombreux Italiens, ou plus exactement l’absence de traitement médiatique car c’est une véritable omerta qui entoure encore aujourd’hui ces faits. Ce silence gêné des « gros » médias s’explique par le profil des personnes impliquées : des élus du Parti démocrate – dont le maire de Bibbiano, Andrea Carletti –, des activistes LGBT, des thérapeutes et des membres du « monde associatif »… Bref le gratin de la « bien-pensance » gauchiste transalpine… De quoi faire tousser dans les salles de rédaction où l’on préfère, au mieux, regarder ailleurs, ou, au pire, dénoncer une « instrumentalisation politique » et une « campagne de haine » conduite – bien évidemment – par « l’extrême droite ». Tout est donc bon, y compris les plus grosses ficelles, pour tenter d’enterrer le scandale « Anges et démons » et faire oublier ses dizaines de victimes, dont plusieurs ont sombré dans la dépression, l’autodestruction et la toxicomanie.

Le ministre aux Affaires familiales de la Lega a quant à lui immédiatement demandé la mise en place d’une commission d’enquête nationale sur l’action des maisons d’accueil en charge des mineurs. •

Xavier Eman

Photo : « Parlez-nous de Bibbiano ». Face au silence des médias, des affiches ont fleuri partout en Italie pour reclamer la verité sur ce scandale.

Cet article  Italie : Le scandale « Anges et démons » enterré par les médias est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Fabienne Menager le

    C’est ce genre d’actualité, bien réelle, et que nous ne devons absolument pas mettre en doute (à bas les lobbys et les partis), respect pour les victimes, et c’est donc ce genre d’actualité qui nous conduit à douter des mots. En effet, comme dans 1984, les organisateurs de ce monde, décidément dirigé par « le Malin », totalement pervers, utilisent les mots censés être des mots-clés. Style : démocrate = pour la démocratie. On ne saurait soupçonner des politiciens démocrates de rapts, de viols d’enfants, de détournement de la vérité pour subtiliser des enfants à leurs parents, en détruisant au passage la cellule familiale, gage de stabilité et de développement harmonieux. Et pourtant !… Voir les ballets roses en France où il s’agissait cette fois de s’emparer d’enfants considérés comme attardés mentaux pour les abuser sexuellement et les tuer (Mr LANG est impliqué dans de tels crimes. N’importe, son nom a été prononcé, jamais de démenti, les mots nous ont marqués au fer rouge dans cette histoire qui ne sera jamais oubliée. Politiciens socialistes = Tous des criminels ou presque car ils transgressent toutes les morales et ils considèrent que s’attaquer à l’enfant est la ligne rouge suprême à franchir, ce qui fait d’eux des monstres définitifs, mais des assassins intouchables car le système est largement pourri. Et il déteste nos enfants comme il nous déteste nous-mêmes). Piège des mots : travailleurs sociaux = attention, intouchables par nature, forcément. Personne ne va, ne peut imaginer que ceux même qui sont censés veiller sur les enfants, seront leurs principaux prédateurs. Et pourtant ? Dans le cas présent, ils sont directement impliqués, ils avaient de plus l’accès direct aux enfants de par leur profession. Il est à noter que les gens qui ont un problème avec les abus sexuels sur enfants choisissent donc leur profession au plus près des « zèbres » dont ils comptent se repaître. Il y a une logique en toute chose. Idem pour certains professeurs des écoles et instituteurs ayant également ce problème. Mais attention, notamment en France, l’Education Nationale est ce mammouth intouchable. Tanpis pour nos enfants. Ils ne comptent pas et n’ont jamais compté en fait. Ils sont juste là pour justifier le salaire. L’autre mot des intouchables : Ah oui, LGBT (il faut ajouter IQ), effectivement, dans ce cas, on pourrait penser qu’ils ont tout intérêt à détruire la cellule familiale classique, en ce qui concerne leurs individus les plus agressifs, néfastes et destructeurs. Je ne parle pas des gens normaux qui, quand bien même ils appartiendraient à la mouvance LGBT, n’ont aucune sorte de haine envers qui que ce soit ou même quoi que ce soit. Mais chaque camp a ses extrêmes.
    Ce qui choque dans tout cela, c’est le mépris des gens qui sont les parents de ces enfants. Pire, ils n’apparaissent même plus. Effacés. Eux effacés, leurs enfants sont devenus la proie de prédateurs sans scrupules qui bénéficient justement du statut « intouchable ».
    Il aura fallu des flics de choc pour faire valser ces prétendus intouchables et révéler un monde infiniment sale, sombre, laid et totalement inhumain. Les enfants sont sacrifiés comme dans ces religions débiles de l’antiquité où il était question d’amener les nouveaux-nés au dieu moloch et de les jeter dans le feu. Ici, les enfants restent vivants, mais leur vie est détruite totalement et nul ne sait ce qu’il adviendra d’eux.
    Nous demandons justice pour ces enfants et qu’ils soient vengés pour tout le mal qu’ils ont vécu, eux et leurs parents de même.
    Que ceux qui les ont violés soient jetés en pâture à la plèbe sur la place publique et qu’ils soient très justement écartelés jusqu’à ce que mort s’ensuive afin d’ôter le goût à toutes les ordures qui voudraient recommencer à s’adonner à ces actes destructeurs.
    Merci à ces flics de choc honnêtes pour l’admirable travail accompli.
    Tous ces enfants et parents, toutes ces familles, doivent obtenir justice.
    Et aussi pire est l’usage que l’on fait des mots aujourd’hui où tout et son contraire emploient les mêmes mots. Ainsi, faudra-t-il lire : travailleur social = pédophile et trafiquant d’enfants ? Faudra-t-il lire : politicien démocrate = pédosataniste ? Faudra-t-il lire : LGBT = preneurs d’otages et destructeurs de familles ? Faudra-t-il lire : foyer d’accueil = lieu de déportation pour les enfants et de dépravation ? La guerre c’est la paix, le mensonge c’est la vérité, l’amour c’est la haine. 1984 c’est maintenant.
    Pauvre Italie, elle nous fait énormément pleurer en ce moment. Aujourd’hui, les pauvres enfants enlevés et abusés sexuellement. Il n’y a pas une semaine, un documentaire nous montrait comment en Calabre, la mafia qui a le monopole des déchets toxiques et radioactifs empoisonne toute cette région calabraise, jusqu’à tuer des bébés (tumeurs cancérigènes, leucémies, souffrances atroces des nouveaux-nés victimes. Une maman dit de son bébé : « je ne pouvais plus le prendre dans mes bras, il hurlait de douleurs dès qu’on le touchait », mort à six mois, pauvre poussin et pauvre maman. Prions le Bon Dieu pour cette pauvre Italie en le suppliant de la délivrer du mal. Si nous prions tous avec ferveur, Il intervient… toujours).

  2. Posté par maury le

    Ceci ajouté au »cheese pizza « nom de code donné pour children pizza (fourniture en pauvres gosses) des gauchistes clintonniens!!on voit bien que ce monde est peuplés de suppôts de Satan , si quelqu’un doutait encore que, le diable règne en maitre sur cette terre, il doit l’admettre !le pire est que les gens intègres sont minoritaires et discriminés à l’aide des médias
    LA GAUCHE!!!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.