Médias. RTS. Médialogues, No 6/8, « La liberté d’information »! 12.8.2018. Un exemple de gauchisme de la pire espèce…

Uli Windisch
Rédacteur en chef

Ndlr. Ecoutez aussi le ton de ce Jérome Bouvier : prétention du journaliste qui vient parler à la province avec une arrogance incroyable. Et maintenant le contenu, vous ne pensez pas que c'est vrai. Eh bien, si. Tenez-vous bien.

Pour faire mieux passer la pilule on pare l'invité de titres ronflants; en réalité des assoces de gauche. Pourquoi en fait pas d'associations de journalistes de droite, plus objectifs et complets  et réellement pluralistes.

Pourquoi pas d'invitations de journalistes de droite? En tout cas la disproportion est ahurissante et scandaleuse sur notre "Service public".

Pourquoi cet invité-là? Parce qu'il loue et chante le Service public? Parce qu'il s'en prend violemment à ceux qui critiquent les médias. Ces derniers seraient un danger maximal. Il reprend l'exemple de journalistes assassinés comme le font de plus en plus de journalistes pour qu'on défendent inconditonnellement les planqués gauchistes qui nous font le coup du Service public vital pour la démocratie, la liberté, etc.?

Le pire : les réseaux sociaux (enfin une concurrence insupportable pour ces désinformateurs à l'information passée au crible de leur idéologie gauchiste) sont : "des égouts à ciel ouvert", pour ne pas dire plus" dixit! Vive la RTS qui semble acquiescer, sans doute  au nom de la liberté d'information, la leur de liberté, liberté surveillée et encadrée par le gauchisme qui se sent enfin sérieusement menacé.

"Ouvrir les médias aux Commentaires : pas bon,  puisque purs "égouts"?

Ils voudraient donc non seulement le monopole mais en plus faire taire les auditeurs et les  téléspectateurs. Bref un monopole et totalitaire en plus?

Attendez, chers lecteurs ce n'est pas fini : suit encore une attaque contre Twitter : que "des grandes gueules", alors que eux, les journaleux gauchistes, sont des "esprits fins", dixit. Vous ne rêvez point.

C'est donc aussi cela le Service  public obligatoire pour tous.

Le problème : c'est que personne ne proteste et cela va continuer ainsi, tout est permis à nos journalistes, avec maintenant l'invitation à insulter ceux qui oseraient dire NON, sans "finesse" et du fond "des égouts". Cette fois ça suffit vraiment.

Cette haine du public actif, "participatif" est préciséement l'une des raisons de la haine envers les journalistes. A qui la faute? Bis repetita.

Autre effet contraire de cette haine des journalistes envers  ceux qui s'opposent au gauchisme journalistique: le souhait massif chez les publics scandalisés par de tels propos d'encore plus de "grandes gueules" et autres Donald Trump.

Le plus étrange est encore le silence de notre Parlement et de notre Gouvernement qui semble juste préoccupé de renforcer le Service public  au moyen de quelques petites "concessions" visant à faire taire les protestations, pourtant massives (plus de 800.000 votants ont dit OUI à No Billag) et à mettre de leur côté les médias privés et indépendants défavorisés en leur faisant quelque petite faveur. Grotesque.

à suivre...

Uli Windisch, 13.8.2018

. Médialogues

La liberté dʹinformation 6/8

Lʹexplosion de contenus sur Internet donne le sentiment que notre époque serait marquée par une incroyable liberté dʹexpression. Mais voilà, dans son rapport publié en avril dernier, Reporters sans frontières exprime "une inquiétude très forte" pour la liberté de la presse dans les démocraties européennes. Journalistes menacés, harcèlements judiciaires des rédactions, fausses informations, réseaux sociaux manipulateurs, etc… Alors quʹen est-il exactement de cette fameuse liberté dʹinformation vitale pour nos démocraties ? Une question posée chaque samedi à un acteur important de la presse et des médias francophones.
Avec Jérôme Bouvier, journaliste, président de lʹassociation "Journalisme et citoyenneté", et l'organisateur des "Assises internationales du journalisme" de Tours.

6 commentaires

  1. Posté par Ilmryn le

    Robert,
    D’une part, de nombreux citoyens comme les adhérents du PLR ont parfaitement reconnu le GROS problème de médias d’état monoparti payé par le contribuable, mais ils trouvaient la solution de cette votation « trop radicale », ils ont voté non en espérant des réformes:
    https://www.letemps.ch/suisse/plr-no-billag-radicale
    D’autre part, on peut s’interroger sur la qualité démocratique des débats quand c’est le salaire de ceux qui informent qui est en jeu et qu’ils ont le monopole de l’information. C’était d’ailleurs un festival de désinformation, d’amalgame foireux et de mauvaise foi parsemé de reductio ad hitlerum.
    Pour finir, presque 30% de citoyens d’accord avec une solution aussi radicale dans un contexte d’information totalement orienté, c’est beaucoup, mais effectivement pas suffisant. Je gage que ces médias ne vont tirer aucune conclusion mais ils devraient faire attention parce que c’est la déconnexion du réel des médias mainstream américain qui ont fait élire Trump, les gens ne leur faisant plus confiance du tout.
    Le monopole n’est pas tout, la crédibilité est importante.

  2. Posté par Robert le

    M. Windisch:

    No Billag, 71,6% de non. Aucun canton n’a dit oui. 54% de participation. La décision du peuple et des cantons ne souffre aucune contestation. Le respect de la démocratie est la base de notre pays.
    Ndlr. cela n’empêche pas de rappeler que plus de 800.000 votants ont dit OUI.

  3. Posté par Antoine le

    Notre RTS (Radio TV Socialiste) nous prend vraiment pour des ignares ou des imbéciles !!
    Cette société devait disparaître, mais par un coup de baguette magique, le résultat de la votation populaire a subit les influences des grands pontes qui s’en ont donné à cœur joie pour déstabiliser les télé-spectateurs (Ecran NOIR … plus de série américaine, plus de sport ou seulement payant, etc … que des MENSONGES !).
    Nous vivons au siècle de l’information qui est diffusée instantanément ! Mais il y a un GRAND mais, toute l’information est dirigée, filtrée, manipulée ou bien dans le pire des cas, il y a rétention de l’information. On le voit malheureusement tous les jours dans nos merdias (journaux, radio, TV, etc …), heureusement qu’il existe des sites de réinformations !

  4. Posté par combattant le

    C’est une équipe de faux-culs et TRAÎTRES à la patrie.Démocratie c’est quoi ça ? Journalistes,RTS,ONG,ONU,Pape,Soros,Merkel,Sommaruga,Macron,BON POUR LA CASSE ! VIVE TRUMP,VIVA SALIVINI,VIVE ORBAN,VIVE LE PEN,VIVE LES PATRIOTES.

  5. Posté par Sergio le

    @ Diablotin. Bien d’accord avec vous. Sauf que la Pravda (La vérité en Russe) était gratuite. Vous pouviez la lire sans bourse délier, car elle était affichée dans son intégralité. Combien nous coûte notre lavage quotidien et obligatoire du cerveau ?

  6. Posté par Diablotin le

    Bravo pour cet article. La SSR n’est rien d’autre que la Pravda sous l’Union Soviétique. Les masses belantes ont raté le coche avec No Billag, mais il ne faut pas laisser tomber le morceau. La SSR demeure le premier prescripteur d’opinions dans notre pays, elle est pro-UE, mondialiste, transatlantiste et bolchevique jusqu’aux oreilles. La SSR est l’ennemi no1 de notre démocratie, il faut se débarrasser du monstre!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.