Allemagne : Furieux de ne pas pouvoir avoir une BMW à 50’000 euros, le demandeur d’asile agresse les employés. « Il aurait pu nous tuer. » (Vidéo)

Christian Hofer : C'est un article d'envergure où l'on apprend qu'une situation dévoile en réalité 3 scandales dont les migrants sont responsables dans la seule ville d'Unna en une poignée de jours:

Un réfugié qui vandalise gratuitement la voiture de la municipalité à coups de pierres, des migrants qui se battent sur la place publique. Ou encore le même réfugié qui agresse les employés d'une concession automobile sans que la police ne puisse rien faire. Le centre d'asile est d'ailleurs au courant de la dangerosité de l'individu, ce qui n'empêche pas l'administration allemande de le laisser se balader parmi la population.

 

**********

Depuis mercredi de la semaine dernière, le concessionnaire BMW de la Hansastraße est littéralement assiégé par un demandeur d'asile très agressif.

Le directeur de la succursale, Markus Grüner, a déclaré vendredi lors d'une conversation avec notre rédacteur en chef: "C'est incompréhensible ce qui est possible ici".

Cela a commencé lorsqu'une voiture municipale a été démolie mardi soir (31 juillet) à Fröndenberg par un individu de 23 ans déjà connu de la police, à l'aide d'une grosse pierre.

L'agresseur a été emmené - provisoirement - puis a été immédiatement relâché.

Une vidéo de l'attaque à l'hôtel de ville de Fröndenberg circule sur Internet. Elle montre l'homme en train de porter une grosse pierre. Le concessionnaire Procar a également pris connaissance de cette séquence.

 

 

 

Bien entendu, Markus Grüner et ses collègues ne savaient pas encore quelle violence débridée ils avaient devant eux lorsque, mercredi dernier (1er août) - quelques heures avant que les migrants syriens et afghans se battent avec acharnement sur la place de la mairie (Un témoin occulaire a déclaré : "C'était la guerre. Unna a perdu son innocence.") - un jeune homme est apparu dans la concession automobile. Il s'intéressait à une BMW de plus de 50 000 euros", explique Grüner.

Toutefois, lorsqu'on lui demande sa carte d'identité, le client ne peut pas présenter les documents adéquats, de sorte que le concessionnaire ne peut pas lui vendre une voiture. Le jeune Africain est enregistré à Fröndenberg comme demandeur d'asile, il vit dans un logement communal, il possède une carte avec un numéro de téléphone. L'employé de Procar appelle Fröndenberg et apprend que le jeune homme est sujet à la violence : On lui conseille de faire attention, de rester calme et amical.

Le lendemain, le jeudi, il se présente à nouveau chez Procar. Encore une fois, il veut acheter un véhicule, ce qui n'est pas possible, pour les raisons connues, cette fois le cercle de parrainage des réfugiés d'Unna vient le chercher.

Vendredi, vers 10 heures du matin, le jeune Africain se trouve à nouveau dans la concession BMW de la Hansastrasse et veut encore acheter cette BMW de 50.000 euros, en la payant avec de l'argent de jeu ("Spielgeld" : argent fictif), déclare Markus Grüner.

Quand on lui répond poliment que ce n'est pas possible, il devient récalcitrant. Il insulte l'employé. On lui demande de quitter les lieux - il se rend directement vers les voitures d'occasion et frappe avec colère contre un pare-chocs à plusieurs reprises. Montant des dommages : 2000 à 3000 euros.

La police arrive et emmène le jeune homme agressif avec elle. Ce dernier est soumis à une interdiction d'entrée. La police indique à Markus Grüner que le requérant d'asile devrait être assigné en cellule jusqu'à 20 heures.

Markus se rend à sa succursale de Menden. A 18h30, il reçoit un appel d'Unna : "Le migrant est de retour".

La police vient de nouveau. Elle donne un avis d'expulsion à l'Africain et notifie une violation de domicile.

Le jeune homme de 23 ans attend sur un arbre près de la concession automobile jusqu'à ce que les fonctionnaires soient partis.

Et puis, déclare Markus Grüner, c'est devenu vraiment mauvais.

"Après 20 minutes, il a apparemment décidé: Maintenant ça commence!"

 

 

L'homme arrache une lourde borne en métal qui se situe sur la propriété de l'entreprise Ceresit, en face de Procar. Et, armé de cette façon, il se précipite sur quatre employés qui viennent de quitter le bâtiment.

Les employés voient le danger arriver. Ils fuient l'attaquant enragé par l'entrée latérale. L'un d'eux ferme la porte. A plusieurs reprises, le demandeur d'asile abat le poteau contre la vitre, l'utilisant comme un bélier. Grâce au verre de sécurité, elle résiste à l'attaque. Pour Markus Grüner, il n'y a aucun doute sur ce qui aurait pu se passer si la fenêtre s'était brisée. : "Il aurait pu nous tuer."

La police vient une fois de plus et emmène à nouveau le "client" déjà bien connu : "Je savais : que le samedi matin à 8 heures, il serait de nouveau dehors", déclare le concessionnaire automobile sans aucune illusion.

Par mesure de sécurité, il organise un service de garde pour les jours suivants. En effet, "celui" qui est déterminé à acheter cette coûteuse BMW, est également de retour chez Procar le samedi.

Cette fois, la police ne l'emmène pas seulement provisoirement. Le jeune homme de 23 ans, qui semble présenter un certain danger pour la sécurité publique, est admis à la clinique de Dortmund-Aplerbeck.

A l'époque, le porte-parole de la police Thomas Röwekamp nous a parlé du traitement inadéquat de ces affaires : "La police doit littéralement attendre qu'un crime d'une telle gravité soit commis pour que le juge voit des motifs de détentions."

Ce demandeur d'asile africain ne sera resté que quelques jours dans la clinique. Mercredi, avant-hier, Markus Grüner reçoit l'information : l'Africain a de nouveau été libéré. Il n'apprendra pas cette nouvelle par la clinique, mais par d'autres sources.

Mercredi, le visiteur menaçant ne vient pas. Il ne viendra pas jeudi non plus.

Mais vendredi matin, il était de retour, indique Markus Grüner. "Il voulait à nouveau acheter une voiture". Le visiteur agressif est maitrisé par 10 policiers avant d'être menotté. On indique à Markus Grüner que l'Africain sera probablement à nouveau libre ce vendredi soir à 19 heures.

Markus Grüner affirme qu'il a décidé de rendre publique cette situation intenable car c'était tout simplement trop pour lui.

"Une personne qui fonce avec une grosse borne sur les employés, qui les menace physiquement, et qui peut continuer à circuler librement après ça, c'est incompréhensible pour moi.

Le demandeur d'asile, dont l'identité est inconnue et qui est sans papiers, ne peut pas être expulsé.

(...)

La ville d'Unna et le maire de Fröndenberg sont au courant de la situation, dit Grüner. Mais ils ont les mains liées, comme la police.

 

Rundblick-unna.de

Rundblick-unna.de (2)

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

23 commentaires

  1. Posté par Lutz le

    A force de donner l’asile à tout le monde, on transforme le pays en un asile d’aliénés.

  2. Posté par sol invictus le

    Tout ça sent vraiment le cadavre de l’UE SOVIETIQUE en état de putréfaction avancée , a en croire les videos légion qui circulent sur youtube les flics infestés de chances et autres ingénieurs de macronie aussi ne « peuvent rien » because ils sont trop occupés ou a faire la nouba en faisant la danse du ventre avec les autres sauvages d’importation sur le cadavre des français égorgés , ou bien ils font le tapin pour la macrotte poudrée et sa cagole liftée en vous rackettant a tour de bras et on sait ou va ce « pognon de dingue » et puis ils sont très occupés aussi a VOUS SURVEILLER 24 H sur 24 pour que le peuple ne se réveille pas et continue a ouvrir grand son fion alors en conclusion comme dit le nain maggiar de retour (comme par hasard) : »quant on est musulman ça se voit » (sic) tout un programme !

  3. Posté par Dominique Schwander le

    Et voilà qu’en Suisse telle Sommaruga veut désarmer les citoyens et accorder à de tels immigrants sauvages et illégaux tout ce qu’ils demandent, soit-disant pour apaiser l’islam-idéologie et ses adeptes fanatisés.

  4. Posté par Stefen le

    C’est à peine mieux en Suisse; ces pauvres réfugiés dans le besoin reçoivent entre autres des bons pour des lunettes chez l’opticien. Et ces bons donnent droit seulement à certains types de montures (prix). Ces pauvres hères les refusent! ils veulent le meilleur! ils font tous les opticiens pour obtenir la monture qu’ils veulent.
    Je pourrais écrire un livre tellement j’en ai vu. Dépitant.

  5. Posté par fabiola le

    Il devrait surtout s’en prendre à tous ceux qui lui ont mentit en lui disant que s’il venait en Europe il serait le roi et qu’on lui donnerait tout ce dont il a envie, et même plus s’il sème la peur sur son passage.

  6. Posté par Jean-francois Morf le

    Il ne viendra jamais à l’idée à ce migrant d’acheter une voiture à un autre barbare menteur, car il est idiot consanguin à cause de cent générations de mariages forcé entre vieux cousins et jeunes cousines. Son imam lui a dit qu’il avait « droit » à une BMW, et il croit toutes les âneries que racontent les imams. C’est les 900 imams d’Erdogan qu’il faudrait dénoncer en priorité!

  7. Posté par Antoine le

     »Vendredi, vers 10 heures du matin, le jeune Africain se trouve à nouveau dans la concession BMW de la Hansastrasse et veut encore acheter cette BMW de 50.000 euros, en la payant avec de l’argent de jeu, déclare Markus Grüner »
    Il n’est pas certain que ce jeune Africain possède un permis de conduire ! Par contre on dirait qu’il a un permis pour blesser les gens (ou les tuer ??) !
     »BMW de 50.000 euros, en la payant avec de l’argent de jeu » Il est bien ce jeune Africain qui exige qu’on lui vende une voiture de 50’000 Euros alors qu’il a des trous dans les poches et crois que le jeu va le faire millionnaire …il est plein d’illusion. Il va y laisser le fond de sa culotte !!
    Va bosser, jeune Africain ou trouve-toi une femme riche qui veut bien de toi !

  8. Posté par kitty le

    S’il n’a pas de papier c’est qu’il n’existe pas ! Un peu d’imagination que diable !

  9. Posté par Socrate@LasVegas le

    @Aldo: serfs bien sûr! Merci d’avoir rectifié.

  10. Posté par aldo le

    Il a très certainement obtenu un permis de conduire de cette manière, un cadeau pour nos limitateurs de vitesses et autres donneurs de leçons. Les lâches et les pleutres ont suivi les conseils de la police politique au service de la Merkel et se sont alors agenouillés puis lui ont baisé les pieds pour lui proposer un permis de complaisance comme tous les permis remis à ces sauvages.

    Normal tout cela, puisque c’est la posture imposée à tous les chrétiens par le Pape idéologue et usurpateur du Vatican, le jésuite, Monsieur Bergolio en personne. Celui qui a donné l’exemple à suivre, sans toutefois les accueillir en masse au Vatican, ce qui aurait pu donner lieu un affichette de presse très réaliste, comme: « Le Pape violé par une dizaine de migrants ». Et dans l’article: « … sauvé in extremis d’une strangulation définitive par des gardes suisses, achevant les intrus à coups de hallebardes.

  11. Posté par aldo le

    Socrate@LasVegas le 12 août 2018 à 11h16 @ devenir des serfs … ou non des cerfs. A moins qu’il ne s’agisse que d’une subtile interprétation qui considère que les bois (cornes) des cerfs représentent tous les cocus de la politique suisse, soit l’intégralité du Peuple suisse face au C.F., considéré alors comme des traîtres et baillis imposés par l’U€RSS, soumis à ses actes permanents de corruption à travers nos médias et nos « journalistes » de pacotilles. Ces spécialistes, surtout en occultation du réel.

  12. Posté par Gérald le

    Dans un cas comme celui là une seule solution , une BALLE.

  13. Posté par Christian Hofer le

    Imaginez donc le même journalisme en Suisse Romande : tout simplement impensable.

    Nous avons vraiment les pires chez nous.

  14. Posté par Fkjdjd le

    Pourquoi ils ne lui ont pas donné gratuitement cette voiture ? Ils sont des méchants racistes !! X-D

  15. Posté par Alex le

    Une barque + une paire de rames et laché à 10 km de la rive, et qu’il rame, rame, rame !

  16. Posté par Socrate@LasVegas le

    Encore une raison pour laquelle la Suisse doit rester une démocratie indépendante et neutre!
    Chez nous le peuple dit la loi…Dans l’ue le peuple a été privé de son autodétermination, il n’est plus qu’un consommateur-payeur…

    L’accord-cadre voudrait ni plus ni moins que les Suisses choisissent eux-mêmes de devenir des cerfs!

    NON à TOUT accord-cadre avec l’ue
    RESILIONS schengen
    RESILIONS la convention européenne des droits humains sans devoirs, anti-démocratique, anti constitutionnelle car protégeant les criminels contre nos lois donc contre les citoyens-contribuables!

  17. Posté par fred le

    A ce stade ce n’est plus de la consanguinité !

  18. Posté par Socrate@LasVegas le

    Arrêtez votre mauvaise foi, voyons! Laissez « travailler » ces ingénieurs de l’immigration choisie par les immigrationnistes pro-mahométans de l’ue…

    Refugees Welcome dans votre nouveau SHITHOLE: l’ue !!!

    Quand les Allemands-crétins vont-ils se réveiller et traduire merckel en justice!?
    (On ne parle plus des Français, pour eux c’est déjà perdu…)

  19. Posté par Rébellion le

    Le pauvre. Il est modest par-dessus. N’aurait-il un bobo lui faire cadeau ce bijou. Même en travaillant acharné, beaucoup des gens n’arrivent pas obtenir une telle somme. Pourquoi nos gouvernants n’accomplissent tous les fantasmes de ces pauvres réfugiés. Comme ça nous aurons au moins la tranquillité nécessaire produire tout ce qu’il leur faut. Réfléchissez chers dirigeants. Il est mieux ainsi.

  20. Posté par Christian Hofer le

    Lisez également au sujet de la rixe entre migrants dans la même ville :

    „Das war eine Schlacht, die mit Toten hätte enden können. Unna hat am Mittwochabend seine Unschuld verloren.“

    Wir haben hier eine Schlacht erlebt. Das war Krieg. Mitten in Unna. Unna hat am Mittwochabend seine Unschuld verloren.

    Auch er möchte, wie die Zeugin aus dem Alimentari, zu seinem eigenen Schutz und dem seiner Familie nicht namentlich genannt werden.

    Si cela intéresse quelqu’un, je traduirai.

  21. Posté par Anna le

    Il est sans papier et on ne connaît pas son identité, alors on ne peut pas l’expulser !
    Et alors ? On peut l’emprisonner, jusqu’à ce qu’il se souvienne d’où il vient, et le garder en prison jusqu’à ce qu’il y retourne. Peut-on porter plainte contre les autorités pour « mise en danger de la vie d’autrui  » « refus de porter assistance » « complicité » ? Les avocats, réveillez-vous il y a du travail.

  22. Posté par Célestine le

    Pas de candidats à la Charles Bronson (Un Justicier dans la Ville) à l’identité inconnue et aux mains pas liées pour intervenir?

  23. Posté par Marie le

    Demandez aux concessionnaires BMW, ils ont sûrement chacun des anecdotes à relater ….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.