Les candidats trumpistes ont le vent en poupe

post_thumb_default

 

De notre correspondant permanent aux États-Unis. – La grosse presse aux ordres, les chefs démocrates au Congrès et l’establishment libéral au grand complet annonçaient depuis des mois une vague de gauche à la dernière élection partielle de la saison. En fait de vague, ce fut un simple clapotis. On nous avait promis que l’exubérante construction de « l’aliéné » de la Maison Blanche serait à cette occasion fortement ébranlée par une défaite cuisante et psychologiquement mortelle de l’un de ses défenseurs locaux. C’est le contraire qui s’est passé. Dans l’Etat clé de l’Ohio, où l’on vota mardi pour doter la Chambre des représentants de Washington d’un siège laissé vacant par une démission, le républicain Troy Balderson possède, pour l’instant, 1 766 voix de plus que son adversaire démocrate, Danny O’Connor : 50,2% contre 49,3%. La nuit de mardi et la journée de mercredi furent consacrées au recomptage des résultats dans chaque bureau de vote. Balderson resta toujours en tête.

La minceur du tas de bulletins qui sépare les deux hommes pourrait s’étoffer en faveur du républicain au fil du dépouillement des 8 400 enveloppes envoyées par les électeurs inscrits dans l’Ohio mais vivant momentanément à l’étranger. En général, ce genre d’opération est favorable à la droite. Les experts ont calculé que le démocrate aurait besoin de 60% de ces 8 400 votes pour battre son rival. Une hypothèse que beaucoup jugent illusoire. Peu importe d’ailleurs que la victoire de Balderson ne soit pas encore officiellement proclamée. L’essentiel est l’amère déception des démocrates, qui pensaient que l’Ohio serait la première percée spectaculaire de la « vague bleue » – le bleu étant curieusement, dans ce pays, la couleur de la gauche. C’est raté. Chez les supporters d’O’Connor, la consternation éclate au Congrès, dans les éditoriaux, au sein de l’establishment. Mais cette consternation n’est pas due à un simple revers électoral. Elle est nourrie par une évidence qui fait beaucoup plus mal.

Quatre victoires pour la droite nationale

Seul, Balderson n’aurait pas pu faire grand-chose contre son rival. D’ailleurs, une semaine avant le vote, tous les sondages le donnaient perdant avec vingt points de retard. D’où vient cette fantastique remontée ? De Donald Trump. Samedi dernier, soit trois jours avant le vote, Trump prononça un discours dans l’Ohio. Un grand discours : vibrant, senti, mobilisateur. Le genre de discours d’exception où Trump plonge tout entier dans la bataille. Dans ces moments-là, il est imbattable, fascinant. Balderson était, bien sûr, au centre de cette fiévreuse dialectique, mais il y eut aussi la défense des frontières, le retour des emplois, la guerre des tarifs, l’Amérique d’abord, le populisme en marche. La magie Trump : une carte que les démocrates ont tendance à sous-estimer. Même sous-estimation dans les rangs de la droite molle. Et mêmes conséquences. Mardi dernier, on vota aussi dans le Michigan, au Kansas, dans l’Etat de Washington et dans le Missouri. Quatre primaires républicaines. Quatre victoires pour Trump, dont les candidats estampillés droite nationale l’emportèrent nettement contre les suppôts d’un conservatisme patenté mais corrompu.

Cet article Les candidats trumpistes ont le vent en poupe est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.