Brèves d’Europe

post_thumb_default

 

Union européenne. La Commission européenne devrait allouer plusieurs dizaines de millions d’euros à l’Espagne, pour l’aider face à l’afflux de migrants clandestins. L’Espagne s’est vue forcée d’accueillir plus de 23 000 migrants depuis janvier.

Allemagne. Un rapport de la police fédérale nous apprend qu’au 31 décembre 2017 elle était à la recherche de 126 327 étrangers faisant l’objet d’un ordre d’expulsion. Informés, la plupart d’entre eux vivent probablement dans un autre pays de l’espace Schengen.

Le gouvernement allemand a fait l’acquisition de 20 % du gestionnaire du transport d’électricité allemand « 50Hertz », pour éviter que cette part soit achetée par des investisseurs chinois. Idem à interdire un autre investissement chinois qui vise à prendre le contrôle d’une entreprise spécialisée dans la fabrication de matériel nucléaire et spatial.

Le gouvernement a décidé de restreindre le regroupement familial et d’établir un quota : seules 1 000 autorisations pourront être délivrées chaque mois, soit 12 000 par an. Et des critères de sélection entreront en ligne de compte : ceux qui ont été condamnés sont exclus d’office. Les perspectives d’intégration comptent également : qui parle allemand ? Qui peut nourrir sa famille ?

Angleterre. Elles sont cinq. Héritières de la noblesse britannique, elles ont assigné l’État britannique devant la Cour européenne des droits de l’homme pour discrimination sexuelle. Dans une société de plus en plus égalitaire, elles dénoncent l’interdiction qui leur est faite, en tant que femmes, de siéger si elles le souhaitaient à la Chambre des lords.

Suite à une décision de la Cour suprême britannique, il sera désormais possible de mettre fin aux jours d’un patient dans un état végétatif à la suite d’un commun accord entre la famille et les médecins sans en référer au « Tribunal de protection » chargé de défendre les intérêts de ceux qui n’ont pas la capacité mentale de prendre des décisions.

La République populaire de Chine et le Royaume-Uni envisagent d’ouvrir des discussions en vue d’un accord de libre-échange entre les deux pays après la sortie de Londres de l’Union européenne, à en croire le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt.

Autriche. 17 membres du groupe Mouvement identitaire d’Autriche (IBO) n’ont pas été condamnés pour « association criminelle » dédiée à la « diffusion d’une idéologie raciste », ce qui aurait eu pour effet d’empêcher leur organisation de fonctionner.

Mouvement identitaire d’Autriche (IBO).

Mouvement identitaire d’Autriche (IBO).

Le gouvernement a décidé de déprogrammer in extremis à la télévision publique autrichienne ORF, un documentaire évoquant le racisme auquel sont confrontés les Noirs vivant à Vienne. Il sera remplacé par une émission régionale sur les guinguettes.

Belgique. Les journalistes belges et étrangers accrédités dans le Plat Pays devront désormais acquitter un droit de 50 euros, collectés par les autorités belges, pour couvrir les sommets européens à Bruxelles. Motif, couvrir les frais générés par les contrôles de sécurité des lieux sensibles lors des grandes réunions européennes. Inutile de dire que cela soulève un large tollé chez les journalistes.

Selon les données du Conseil, entre 1 200 et 1 300 journalistes s’accréditent pour les sommets européens. Parmi eux, quelque 700 sont postés en Belgique et y payent leurs impôts.

Bosnie. En 2017, ces voyageurs clandestins en provenance du Pakistan, de la Syrie et de l’Afghanistan étaient seulement 755 en Bosnie-Herzégovine, selon les chiffres officiels. Ils sont plus de 8 000 à la mi-juillet 2018 et leur nombre va sans doute exploser : d’après les autorités, ils pourraient être plus de 50 000 à tenter de transiter par le pays dans les prochains mois. Ils arrivent par l’Albanie et le Monténégro.

Depuis la fin de la guerre, la Bosnie est divisée sur des bases ethniques en deux entités : la République serbe de Bosnie (la Republika Srpska, RS) et la Fédération croato-msulmane. Et personne n’en veut.

Danemark. Une loi sur l’interdiction du port du voile intégral en public est entrée en vigueur, mercredi 1er août. Les contrevenants s’exposent à une amende. Des manifestants se sont rassemblés pour protester !

Grèce. La Grèce a renoué avec une croissance modeste depuis 2017, qui devrait se poursuivre à hauteur de +2,04 % en 2019, et le chômage régresse lentement, passant de 21,5 % en 2017 à 19,9 % cette année.

La situation des banques s’améliore également : l’agence de notation Moody’s a annoncé avoir revu leur perspective de « stable » à « positive », pariant sur une amélioration de leur financement et une « réduction graduelle des créances douteuses. »

Hongrie. En réponse à la politique migratoire imposée par la Commission européenne, le parlement hongrois a adopté un amendement constitutionnel stipulant « qu’il est impossible d’installer un peuple étranger en Hongrie. »

Italie. Le ministre de la famille, Lorenzo Fontana, a une nouvelle fois souligné qu’il était ministre de LA Famille et non pas DES Familles et que son rôle était de promouvoir la famille composée d’un père, d’une mère et d’enfants. Fontana a en outre annoncé des mesures en faveur des personnes handicapées.

Par ailleurs, la Ligue met en place avec le Mouvement 5 étoiles des politiques en faveur des Italiens défavorisés et des familles tout en combattant résolument l’immigration illégale. Cela déplaît à certains prêtres et évêques qui semblent attacher plus d’importance à l’ouverture des frontières que, par exemple, à la réduction du nombre d’avortements.

Depuis quelques semaines, les agressions racistes contre les migrants se multiplient. Pour Matteo Salvini, les seules personnes condamnables sont « les migrants qui ne cessent de commettre des délits ». Il se prépare d’ailleurs à présenter à la rentrée un projet de loi autorisant la détention d’armes chez soi. « Vade retro Salvini », lance l’hebdomadaire catholique Famiglia Cristiana.

Un sondage de l’institut Ixé, réalisé le 19 juin dernier, révélait que 72 % des Transalpins soutenaient la croisade anti-immigrés de Matteo Salvini, le sulfureux ministre de l’Intérieur.

Pologne. Face à un manque de main-d’œuvre de plus en plus criant, Varsovie souhaite faire venir des travailleurs philippins. « Nous sommes sur la bonne voie pour conclure un accord. J’espère qu’à l’automne nous arriverons à signer au moins un accord préliminaire » avec les autorités philippines, a déclaré Stanislaw Szwed, le vice-ministre du Travail, précisant que Varsovie attendait des propositions de Manille.

Russie. Vladimir Poutine a signé un oukase rétablissant la « direction politico-militaire » des forces armées. Ce qui n’est pas sans rappeler le « bureau russe des commissaires politiques ». Si ses prérogatives sont encore floues, l’identité de l’homme qui va la diriger est très nette. Le colonel-général Andreï Kartapolov (54 ans) commande depuis 2016 les troupes russes combattant en Syrie.

Suède. Deux hommes ont volé, le 1er août, des bijoux de la famille royale de Suède dans une cathédrale, avant de s’enfuir en bateau. Parmi ces objets, deux couronnes en or et un orbe issus des ornements funéraires de Charles IX, qui a régné sur la Suède et la Finlande de 1604 à 1611, et de son épouse Christine.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Cet article Brèves d’Europe est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Hotch le

    J’aime bien la phrase « l’Espagne s’est vue forcée d’accueillir plus de 23 000 migrants depuis janvier » : ces idiots de gauchos (pléonasme) ont décidé eux-mêmes de laisser les passeurs des ONG déverser leurs cargaisons de mélanés en Espagne et ils prétendent maintenant y avoir été forcés (par qui?)
    Ca se confirme : les cons ça ose tout !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.