Massacre des touristes suisses à Louxor en 1997 : le Ministère public suisse n’engage aucune procédure contre le cerveau des jihadistes. (Vidéo)

Entretien avec François Ruchti, auteur de l’enquête sur Louxor

8 mois après la diffusion de notre enquête sur cet attentat, rien ne bouge. François Ruchti a pourtant montré que le cerveau présumé était facilement localisable vu qu’il est en prison en Egypte, mais le mandat d’arrêt contre lui n’a toujours pas été réactivé

Source RTS - Mise au Point du 29 juillet 2018

 

 

 

"Concrètement, le Ministère public n'a pas fait grand-chose, voire même rien du tout. Le mandat international n'a pas été réactivé. Cela veut dire que lorsqu'il sortira de prison, il pourra voyager à travers l'Europe, à travers le monde.

Le Ministère public explique que c'est finalement à l'Egypte de faire le travail. Et l'Egypte ne souhaite pas faire le travail. Son intérêt est de pouvoir faire revenir les touristes, pouvoir réactiver l'économie de ce côté-là. Donc surtout ne pas parler de terrorisme. "

 

Également à voir l'émission de Mise au Point de décembre 2017

 

 

Reportage complet de 2017

 

Rappels :

Des sommes mirobolantes s'en vont dans les poches du Tiers-Monde via la DDC mais notre administration refuse de réagir lorsque des Suisses se font massacrer.

A l'heure actuelle, la Suisse soutient toujours économiquement l'Egypte à coups de millions alors que ce pays démontre un mépris inouïe pour nos morts. C'est sans doute ce que les politiciens suisses appellent "coopérer".

A contrario, les socialistes s'agitent et parlent de discrimination lorsque leurs protégés ne peuvent pas bénéficier de tout le confort possible, par le biais de nos institutions sociales.

Pendant ce temps, Berset et l'administration suisse se démènent pour les musulmans Rohingyas.

Le CICR annonce qu'il veut davantage d'argent de la part de notre pays pour... le Moyen-Orient. En clair, en faveur des musulmans.

Tout va bien.

Nos remerciements à Victoria Valentini 

 

9 commentaires

  1. Posté par Gaston Siebesich le

    La justice SUISSE!!!
    Si je ne me trompe pas, l‘attentat de Würenlingen sur un vol Swissair, des dizaine de morts, premier attentat palestinien, bien que l‘on sache qui a fait l‘attentat, n‘a lui aussi pas eu de suites! Le dossier a été clos, sans suite. Que l‘on nous parle de la justice Suisse…..

  2. Posté par ghb le

    1987 pas 1997

  3. Posté par pépé le moko le

    peut-on dire que notre gouvernement n’ est composé que de lavettes soumises et carriéristes ?

    Aucune fierté, rien !

  4. Posté par Christian Hofer le

    @ JeanDa

    Si je me souviens bien, lors d’une émission de Canal+, une Suissesse dont la famille avait été victime de l’attentat avait témoigné.

    Elle déclarait que l’administration suisse n’avait même pas voulu financer le rapatriement des corps, que cela avait été à la charge de la famille.

    Le journaliste français, pourtant de gauche, avait ricané sous le coup du choc. Il n’en revenait pas.

  5. Posté par JeanDa le

    NON MAIS CE N’EST PAS VRAI !!!!!!
    Le ministère public se moque de nous ! PARDON : SE FOUT DE NOTRE GUEULE ET DES VICTIMES !!!!!!!

    A qui faut-il s’adresser pour lrs prier de prendre la porte avec un grand pied où je pense. CE SONT SOIT DES INCAPABLES, SOIT DES POURRIS !!!!!

    @UnOurs : entièrement d’accord avec vous !!!!!

    C’est une infâmie intolérable. Ces gens sont payés sans doute royalement et n’omt pas envie de FAIRE LEUR BOULOT ?????

  6. Posté par aldo le

    La démonstration est suffisante pour admettre que nos élus, toujours sélectionnés et ovationnés par la presse à la botte des mafias, sont exemplaires en tant que socialo-islamo-bolchévo-fascistes. Qu’ils soutiennent des juges étrangers n’est donc qu’une continuation du régime dictatorial de l’U€RSS, dont ils s’inspirent largement et qu’ils entendent imposer sans délai au Peuple Suisse. Avec l’immigration sauvage et invasion de masse, on baigne dans une culture de la guerre civile organisées par des scélérats qui naturellement n’ont d’autres options que de s’opposer à l’udc quelles que soient les solutions proposées et encore plus si elles sont bonnes pour le pays.

  7. Posté par Antoine le

    @ UnOurs : Entièrement d’accord avec vous ! Certaines affaires ne peuvent malheureusement que se traiter par des moyens spéciaux, hors de nos frontières.
    On se rend compte que notre politique étrangère est légère et superficielle. On doit beaucoup discuter dans les salons des ambassades, mais pour AGIR, il faut mettre la croix (suisse) dessus !

  8. Posté par UnOurs le

    Si quelqu’un de ma famille était mort dans cet attentat, j’envisagerais assez volontiers de confier le cas de ce terroriste au « secteur privé ». Il y a de très bons professionnels sur le marché qui pourraient régler la question bien mieux que nos « autorités »…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.