Allemagne : les antifas publient un guide du «touriste émeutier» avant une réunion du parti de droite l’Alternative pour l’Allemagne (AfD)

Fort de son succès aux législatives, le parti Alternative für Deutschland se réunit en congrès fin juin. Avec un guide à l'attention des contre-manifestants, les antifas s'organisent déjà et ne font pas mystère de leur intention de semer le trouble.

«Augsbourg pour les touristes émeutiers» : l'extrême gauche allemande prépare avec soin sa réaction à la tenue du congrès fédéral annuel d'Alternative für Deutschland (AfD). Le parti souverainiste et anti-immigration, qui a effectué une percée notable lors des dernières élections législatives en Allemagne en septembre, doit se réunir à Augsbourg (Bavière) du 30 juin au 1er juillet 2018.

Conçu graphiquement comme une brochure publicitaire, un guide, mis en ligne sur la plateforme Indymedia, fourmille de renseignements utiles et détaillés, dans tous les domaines : itinéraires, informations géographiques, mais aussi adresses privées de personnalités de l'AfD, qualifiées au passage de «collabos».

 

 

Dans un manifeste séparé, avec le sous-titre sans ambage «Appel à l'émeute», les antifas expliquent leur motivation à perturber l'événement. «Nous vivons en Allemagne aujourd'hui un bouleversement du climat politique», expliquent les auteurs du texte, déplorant une montée, selon eux, des «clichés racistes», des «stéréotypes antisémites» et des «campagnes de dénigrement antiféministes». Forgeant la notion de «société allemande post-nationale socialiste» en référence à l'Allemagne nazie, les antifas se définissent en outre dans ce texte comme une minorité se battant contre une «majorité allemande».

En août 2017, les autorités allemandes avaient procédé à la fermeture d'un site d'extrême gauche, hébergé par cette même plateforme Indymedia. Cette décision faisait suite aux nombreuses violences qui avaient émaillé le sommet du G20 à Hambourg un mois plus tôt. Selon Thomas de Maizière, alors ministre allemand de l'Intérieur, Indymedia était le théâtre «quasi-quotidien» de propos haineux, de propagande, voire «d'assistance concrète» à la commission d'infractions, par exemple en discutant de la fabrication d'un cocktail Molotov.

Source

3 commentaires

  1. Posté par G. Vuilliomenet le

    Nazis socialistes, n’est ce pas un pléonasme?

  2. Posté par oxygène le

    Les antifas sont les nazis socialistes post-nationalistes du XXIème siècle. Tout leur est permis.

  3. Posté par Lucide le

    La chimiothérapie ne suffit plus à anéantir les métastases du cancer gauchiste.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.