3 commentaires

  1. Posté par Charles Alexis le

    Comme d’habitude, il sait de quoi il parle, car il y était. Il maitrise parfaitement son sujet. Et toujours, en excellent orateur … sans fiches !
    Mais, parfois, quand j’écoute sa voix, en fermant les yeux, il m’arrive de l’imaginer en personnage d’époque, en perruque, poudré, nous parlant d’un mois de mai bien plus lointain.
    Au fait, n’est-il pas pour le rétablissement du duel en matière de diffamation ou d’injure publique ?
    http://www.bvoltaire.fr/duel-desengorger-tribunaux-rendre-enfin-prudents-journalistes/
    J’ai découvert Bernard Lugan en lecture avec son livre « Osons dire la vérité à l’Afrique » qui m’a donné une vision panoramique et réelle (donc, non bienpensante !) d’un « aussi-mal-géré-que-magnifique » continent (Éditions du Rocher, 2015).

  2. Posté par miranda le

    RIEN QUE D’ENTENDRE CE MOT  » JUDICIARISATION » me donne des « hauts le coeur ».
    Une société de l’infantilisation par « la punition permanente juridique ».
    Par ailleurs, MAI 68 n’a pas apporté que du bonheur. Certains la voyaient comme une révolution, sans malheureusement savoir ce qu’elle portait en germe et qui ne demandait qu’à « s’épanouir ». Cet épanouissement on le SUBIT maintenant. S’il n’y avait pas Internet (est-ce que ça va durer?), nous serions tous muselés.

  3. Posté par Maurice le

    Un bain de fraîcheur !
    Avec cette information de haute importance, celle de la judiciarisation actuelle de toute rébellion, même lorsque celle-ci est justifiée par la destruction de notre civilisation et de nos peuples au moyen de l’islamisation de toute l’Europe par envahissement forcé… Et c’est bien ça, on n’a aucun moyen de faire face, de se rebeller et de se défendre, sous peine d’être immédiatement emprisonné et démesurément amendé. Voir ce qui se passe avec les identitaires…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.