«Les migrants essaient d’attaquer les policiers» : la TV hongroise évoque des «no-go zones» à Paris

post_thumb_default

 

Le 6 avril, l'émission Quotidien sur TMC a rapporté que, lors d'un débat télévisé sur une chaîne publique hongroise, des «experts de no-go zones européennes» se sont inquiétés de l'existence d'endroits «où on ne peut plus aller sans se faire agresser». La capitale française, entre autres, est pointée du doigt.

"De Montmartre à la Gare du Nord, on ne croise presque pas de blancs !"

Vu à la télévision publique hongroise : un débat entre experts de no-go zones européennes…@LiliaHassaine#Quotidienpic.twitter.com/rR3YpgQXAq

— Quotidien (@Qofficiel) 6 avril 2018

«Avec cette arrivée massive de migrants, il y a des no-go zones en Europe», affirme l'une des deux personnes présentes sur le plateau. «Oui et la criminalité explose dans ces zones», surenchérit l'autre. La discussion étant davantage un réquisitoire contre l’immigration qu'une confrontation de points de vue, les arguments montent alors d'un cran, allant parfois jusqu'à l'exagération. D'ailleurs, la France a été au cœur de leurs échanges – toujours selon la traduction fournie par Quotidien. «En France, les migrants essaient d'attaquer les policiers et ils incendient les voitures», poursuit l'un des «experts».

«De Montmartre à la Gare du Nord, on ne croise presque pas de Blancs», assure son allocutaire. Cette analyse de la question migratoire a un objectif patent selon Quotidien : promouvoir la politique anti-immigration de Viktor Orban, Premier ministre hongrois en lice pour un troisième mandat consécutif. Le gouvernement hongrois dénonce régulièrement l'immigration extra-européenne sur le continent européen et l'insécurité qui lui serait liée – il  avait d'ailleurs listé «900 zones de non droit» en Europe, dont en France, en 2016.

#Migrants : 900 zones de non droit en #Europe dont en #France selon le gouvernement hongroishttps://t.co/ffN1T7sDEopic.twitter.com/eu8C7Ktq9o

— RT France (@RTenfrancais) 1 avril 2016

Mais ces propos peuvent également rappeler le traitement du sujet par la chaîne américaine Fox News ou le tabloïd britannique Daily Express. Le journaliste de Fox News Nolan Peterson, présenté comme «spécialiste des zones de conflit», avait ainsi comparé le 10 janvier 2015, à l’antenne, les supposées «zones de non-droit» parisiennes à des endroits en Afghanistan, en Irak et au Cachemire... Daily Express, quant à lui, conseillait, en décembre 2015, à ses ressortissants d'éviter Paris, Toulouse, Grenoble ou encore la Corse, qu'il présentait comme des «foyers de terrorisme».

Lire aussi : Affaire des « no go zones » : la mairie de Paris va porter plainte contre Fox News (VIDEO)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    « ESSAIENT » d’attaquer? le mot est faible. Quand les télévisions du monde pénètrent ces pays et montrent que des policiers ne peuvent plus aller dans « nos territoires perdus de la République » sans se faire caillasser, comment voulez-vous que ces « migrants » n’aient pas envie de s’en inspirer?
    François GIROUD avait raison quand elle disait que « les téléviseurs » diffusaient des images qui engendreraient des guerres. LA TOUR INFERNALE ça ne vous dit rien, Et DALLAS qui a crée tant d’envie de migrer vers cet occident « si riche ». Toutes ces séries sans profondeur, leur faux luxe étalé, pleines d’intrigues et de violence ont inspiré les mondes des migrants.

    IL suffisait simplement d’aider leurs cinéastes, qui leur auraient raconté « leur monde » au lieu de leur faire vivre une overdose de « luxe occidental » ce faux monde qui ne concerne qu’une poignée d’occidentaux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.