Mayotte : des habitants organisent des rondes pour chasser les immigrés

Des habitations d’immigrés ont été détruites. Le nouveau préfet de l’île a pris ses fonctions vendredi.

Tensions à Mayotte. Depuis plusieurs semaines, en marge du mouvement de lutte contre l’insécurité et alors que le nouveau préfet a pris ses fonctions vendredi, des habitants de l’île chassent eux-mêmes les immigrés.

Ils les « incitent » à se rendre à la gendarmerie, effectuent des rondes « préventives » dans les villages, organisent des manifestations anti-étrangers, les interceptent sur les plages où ils débarquent ou encore détruisent leurs habitations.

Les premiers faits identifiés remontent à mi-mars. Un des membres du collectif des habitants du Nord a affirmé effectuer des « rondes » afin « de démanteler les groupes d’étrangers, Comoriens et Africains » présumés en situation irrégulière sur le territoire.

Ce collectif demanderait à ces immigrés de préparer leurs bagages puis les amènerait sans violence, affirme-t-il, à la gendarmerie la plus proche « en fourgonnette ».

Le 24 mars, les exactions qui se sont produites dans le week-end au nord et au sud de l’île ont été qualifiées pour la première fois par le parquet de Mamoudzou de « décasages », des expulsions illégales d’étrangers, plus ou moins violentes, souvent suivies de la destruction de leurs habitations.

La gendarmerie a confirmé que des manifestations anti-étrangers avaient eu lieu ce même week-end et le procureur de la République, Camille Miansoni, a déclaré que des habitations avaient été brûlées et détruites en marge de ces marches.

(...)

Source et article complet

Nos remerciements à Alain Jean-Mairet

 

9 commentaires

  1. Posté par Claire le

    Si l’on veut voir un côté positif et ironique dans tout cela, c’est à quel point les journaleux islamo-gauchistes sont mal à l’aise de constater à quel point des Noirs peuvent être racistes avec d’autres Noirs! Ils ne savent pas par quel bout prendre le problème. Nos chers gouvernants non plus, qui se rendent bien compte que Mayotte est la réduction caricaturale de ce qui est en train de se produire partout en Europe: la submersion migratoire qui produit agressions, vols, viols, chaos. Le pire c’est que, au lieu de prendre les mesures qui s’imposent: droit du sang et non droit du sol, expulsions et aucune aide financière, qui contribueraient à stopper le phénomène, ils font exactement l’inverse. Il s’agit donc bien de volonté délibérée, fondée sur une idéologie mondialiste visant à la destruction de notre civilisation, de notre culture.
    Certes les Mahorais ont raison de se défendre, mais nous, qui nous défend puisque les rares personnes qui osent élever la voix se retrouvent devant la 17ème chambre correctionnelle et menacées d’emprisonnement?

  2. Posté par miranda le

    Quand on connait la superficie de l’île, on a le droit de penser que ces gens ont raison. Sinon, ils vivront bientôt sur pilotis à condition qu’il leur reste encore des arbres.

    BON C’EST TOUJOURS LA MEME CHOSE : ils viennent là pour tous les avantages sociaux et la possibilité pour l’enfant à naître d’être Français. Quand ce droit sera accordé à n’importe qui veut venir, ça continuera.
    Pour cela, il faudrait que nos gouvernants ne tremblottent plus devant le N.O.M qui exige PLUS DE MELANGE ENTRE LES PEUPLES avec son obsession de faire de l’homme INDIFFERENCIE, esclave nomade , déplaçable, corvéable à souhait.
    ET SI LA FRANCE (qui subit la pression démographique des soeurettes îles d’à côté, démographie qui vient s’engouffrer à Mayotte), «  » » » » »exigeait de l’ONU » » » le droit à UNE RECOLONISATION de ce îles? . Puisque c’est cela qui se passe dans la réalité : ces migrants des îles d’à côté ne peuvent plus se passer de Mayotte et de la FRANCE.

  3. Posté par Bussy le

    Pour une fois que les Blancs auraient intérêt à prendre exemple sur des Noirs !

  4. Posté par Vautrin le

    D’après une source locale digne de confiance, je sais que la population Mahoraise est depuis longtemps excédée par les méfaits de l’immigration clandestine venue des autres îles. Les envahisseurs se sont effectivement installés dans la forêt, et font des incursions très fréquentes dans les localités pour piller. Alors, les Mahorais voyant que les « zautorités » ne font rien, agissent d’eux-mêmes. Et ont raison. Les renseignements que je reçois journellement montrent que les « zautorités » sont complètement dépassées, sur place, et a fortiori à Paris. Que faire ? Les Mahorais ne sont pas des Blancs, on ne peut donc pas les réprimer comme on le ferait avec n’importe quel Identitaire dans un département continental, car alors vous imaginez le suif ! Ah ! Ah! Ah ! Et puis Le Drian est bien embêté : les Comoriens ne veulent pas reprendre leurs émissaires réexpédiés, ils ont même interdit l’atterrissage des avions, l’accostage des bateaux contenant les expulsés. Un gouverment Français, un vrai, aurait depuis longtemps réglé la question, ONU et CEDH volens nolens !
    En tous cas, les Mahorais nous indiquent nettement comment se conduire lorsque l’État n’accomplit pas ses devoirs régaliens.

  5. Posté par Michel le

    Déjà, dans certains quartiers, certaines rues (Paris etc.), des hommes, des femmes, des enfants, les trop clairs de peau, ceux qui ne peuvent pas déménager, car ils n’en ont pas les moyens, n’osent plus sortir, de peur d’être importunés, agressés, par des bandes sauvages de d’jeuns, et de moins d’jeuns, qui hantent nos rues.
    Laisser les forces de l’ordre faire leur travail ? Quelle bonne idée, mais où sont les forces de l’ordre, lorsque vous êtes attaqué ? Réponse : Elles ne peuvent pas être partout ! Il faut prendre un ticket. Entre-temps, vous êtes soit dévalisé, battu – violé (à mort parfois) ou égorgé.
    Pas de Lieutenant-Colonel pour vous …
    Que se passera-il lorsque, enfin, les Français de métropole, feront la même chose, que ceux de Mayotte ? (Je note qu’à Mayotte, les Français ont encore le droit de manifester contre leurs envahisseurs .)
    Les calaisiens, les parisiens…Vont donc apprendre, eux aussi à « décaser » les hors-la-loi .
    Combien de bidonvilles-d’illégaux (plus de 100 bidonvilles rien que dans la région Ile-de-France), leur faudra-t’il détruire sur tout le territoire, pour qu’enfin, ces migrants comprennent qu’ils ne sont pas les bienvenus en France, en Europe et repartent, de gré ou de force.
    Combien de temps pour que les villes, villages, soient à nouveau, plus sûrs, comme avant la grande invasion…
    Ce sera le début de la grande REMIGRATION ! Les associatifs anti-racistes, anti-fascistes, managers-collabos-politiques pourront les suivre, ils ne nous manqueront pas.

  6. Posté par martin le

    Hier soir a villeurbanne une voiture tente d’écraser des passants !!!

  7. Posté par Anna le

    Eux se défendent car ils ne sont pas paralysés par les accusations de racisme

  8. Posté par pierre frankenhauser le

    OUPS: « abrite », pas « habrite ».

  9. Posté par pierre frankenhauser le

    Proche de l’Afrique, l’île de Mayotte habrite la plus grande maternité de France. Inutile de préciser que l’immense majorité des mères qui y accouchent sont des immigrées africaines, dont leurs gosses obtiendront automatiquement la nationalité française, droit du sol oblige. Et vas-y ensuite pour les renvoyer légalement au village ou au bled. Les aides sociales y sont monnaie courante.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.