Allemagne. Bielefeld: Les infirmières sont insultées et menacées par les migrants.

hopital allemagne

Le personnel hospitalier de Bielefeld est de plus en plus menacé, agressé et attaqué, rapporte le Neue Westfälische. Les infirmières jeunes en particulier signalent des abus verbaux et des agressions physiques de la part des migrants et de leurs familles (Nd Christian Hofer: Propos caractérisés par "südländischen Patienten und Angehörigen" dans l'article en allemand).

L'hôpital doit maintenant prendre des mesures de sécurité spéciales pour protéger son personnel.

Si quelque chose ne va pas assez vite, les infirmières sont rapidement qualifiées de «salopes, de putes et d'incompétentes» notamment par les migrants «du Sud», déclarent les employés de l'hôpital au journal.

A présent, l'hôpital envisage des mesures de sécurité comme des boutons d'urgence et des cours d'autodéfense. L'une des infirmières a signalé un incident dans lequel elle avait besoin de réanimer une personne mourante et où un autre patient a craché au sol devant ses pieds parce qu'il en avait assez d'attendre.

De nombreux employées ont déjà quitté leur emploi en raison des longues heures de travail, du stress et de la façon dont elles sont traitées par les patients. Leurs collègues masculins racontent des histoires similaires. L'un d'eux parle même de menace de mort qu'il a reçue et il craint que rien ne soit fait avant qu'il ne soit trop tard.

D'autres grandes villes allemandes ont déjà embauché du personnel de sécurité pour des raisons de sécurité.

 

Source: Voice of Europe Traduction libre Les Observateurs.ch

Sources allemandes: nw.de et focus.de

Nos remerciements à Alain Jean-Mairet

 

12 commentaires

  1. Posté par Astérix le

    Le seul soin qu’ils le faudrait c’est une bonne raclée et aller se faire soigner ( et aller se faire f…. ailleurs !

  2. Posté par Sitting bull le

    leur mépris des blancs est inquiétant , aucune reconnaissance pour nous qui leur offrons des logements , allocations diverses , soins médicaux , vies sociales qu’ils n aurait pas chez eux dans leur tribus …ils appliquent encore leur maudit coran a la lettre , celui ou le musulman est supérieur aux koufars et mécréants même dans les hôpitaux ou ils mettent leur haine partout en avant …cela n augure rien de bon pour l avenir

  3. Posté par Claire le

    Il serait temps de revoir le serment d’Hippocrate. Doit-on vraiment soigner des gens agressifs et méprisants? Ne serait-il pas plus judicieux de les renvoyer, via des services de sécurité musclés, afin de leur apprendre à vivre? Bien sûr, ce ne sera jamais fait, au non d’un droit-de-l’hommisme qui se retourne systématiquement contre nous. Jusqu’à quand va-t-on accueillir tous ces gens qui non seulement ne montrent aucune reconnaissance, mais qui agressent sexuellement les femmes qui les soignent ou les nourrissent, et frappent les hommes qui les secourent?

  4. Posté par J.J le

    Pourquoi les soigner alors que le 80% des personnes saines d’esprit ne souhaitent pas qu’ils soient en bonne santé pour continuer à nous pourrir l’existence?? Exactement comme les pompiers qui vont tenter de sauver des vies sous la caillasse lancée par ces sous-êtres qui peuplent les banlieues… pourquoi les aider?? Faut arrêter de se faire chier et de payer pour eux au bout d’un moment!!

  5. Posté par MTR le

    la réaction à CA, ne plus les admettre dans les hôpitaux, avant de ne plus les admettre CHEZ NOUS….

  6. Posté par Tommy le

    Paul, votre commentaire m’ étonne.
    Les migrants passent avant les autres, dans tous les domaines, hôpitaux y compris.

  7. Posté par J.J le

    Ces sous m….. ne valent rien, rien, RIEN!!! Ils sont exempts de conscience comme de tout ce qui fait la beauté de l’être humain. A se demander parfois si une étude poussée et objective révèlerait sans ambages que, à défaut d’être hélas de la même espèce simiesque, une hiérarchie dans les valeurs qui caractérisent chaque « culture » existe réellement. Je me le demande tous les jours un peu plus…

  8. Posté par Paul le

    Le milieu médical ne fait que récolter ce qu’il a semé . Pendant mes longues années au service de la France , à chaque fois que pour des raisons professionnelles je devais conduire des migrants dans un service médical, j’étais traité en SS . La majeur partie du temps c’était pour des simulations grossières, maux de ventre ou de tête ou pseudos malaises . Le personnel hospitalier prenait un malin plaisir à nous faire attendre le plus longtemps possible et la plupart du temps le résultat de la visite se terminait en hospitalisation POUR OBSERVATION . Le tout au frais du contribuable et pour un résultat égale à 0 . Certains poussant même le vice à nous sortir les chaises des points d’attente en n’en laissant qu’une seule pour le  » sauvageon » . Il y avait bien quelques exceptions , mais rares . La roue tourne .

  9. Posté par Aude le

    Caisse-Maladie gratuite pour ces barbares, mais cela leur suffit pas, il faut encore maltraiter le personnel hospitalier.
    Coupez leur les vivres et ils quémanderont à genoux le cul en l’air.

  10. Posté par UnOurs le

    « …et où un autre patient a craché au sol… »
    Typique de certaines populations.

  11. Posté par Vautrin le

    Ils ne réagissent pas « comme » des barbares, Antoine, ils réagissent EN barbares qu’ils sont. Partout en Europe le comportement de ces énergumènes importés en fraude par les ONG Soros se conduisent de la même façon. Et après, ces gredins d’européâstres glapissent lorsqu’un peuple réagit et vote contre l’invasion et les quotas ! Non mais ! Il faudra les flanquer dehors et obliger les pays exportateurs à reprendre cette marchandise pourrie.

  12. Posté par Antoine le

    Leur manque d’éducation les fait réagir comme des barbares en terre conquise !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.