L’Union européenne, arbre sans racines qui perd ses branches.

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

L'Union européenne, arbre sans racines qui perd ses branches.

Ca devient une habitude. A chaque fois qu'un pays membre de l'Union européenne renouvelle ses autorités politiques, les esprits forts ne peuvent que déplorer la montée des populismes, des mouvements antisystèmes, du racisme, de la xénophobie et autres qualificatifs flétrissants. L'Angleterre a ouvert la voie avec le Brexit. La France a porté le Front national a un niveau historiquement haut, suivi par l'Allemagne avec l'AfD. L'Autriche a permis au FpÖ de revenir au gouvernement et l'Italie vient d'infliger une gifle sans précédent à la gauche, plaçant le mouvement 5Etoiles en première position. Tous ces succès ont un point commun, la défiance envers l'Union européenne perçue désormais comme la source de bien des maux et non plus comme le baume susceptible de calmer la douleur des peuples. Les résultats italiens sont particulièrement révélateurs du désamour face à l'Olympe technocratique bruxellois. L'ancienne commissaire européenne Emma Bonino avait intégré la coalition de centre gauche avec son parti Plus d'Europe E+, faisant le choix de l'Europe face au populisme selon Le Monde du 02 mars dernier. Hélas, le rempart qu'elle se proposait de représenter n'a atteint que 2,5%, donnant une idée à tout le moins claire de ce que la Botte pense de l'Union européenne.

Jean-Claude Juncker, président de la commission n'a pas fini d'éructer contre ces pays démocratiques qui ont l'odieuse habitude de consulter leurs citoyens quant à leur avenir. Pour l'heure, il est occupé à sanctionner la Pologne qui deviendrait une proto-dictature, ce qui nécessite des mesures. Le pauvre homme aura néanmoins quelque peine à punir les Polonais vu que la Hongrie a fait savoir qu'elle ne suivrait pas la cohorte bien-pensante, chose fâcheuse puisqu'il faut l'unanimité des membres pour prendre ce genre de sanctions.

Cette situation nous permet de nous montrer raisonnablement optimistes en vue des élections fédérales de l'automne 2019. La situation de l'Europe conduite par une Allemagne à la coalition chancelante ne va pas aller en s'améliorant, bien au contraire. Les mouvements eurosceptiques prennent de l'ampleur et ne manqueront pas d'avancer lors des élections européennes de mai 2019, apportant la contestation au sein même de ce parlement croupion réduit à entériner les lubies de la commission. En parallèle, les gouvernements nationaux devront quand même un peu tenir compte de l'opinion publique et seront de plus en plus hostiles aux diktats bruxellois, tout particulièrement en matière migratoire. La Commission formée de technocrates sourds et aveugles sera de moins en moins écoutée, si ce n'est par la Suisse qui veille, grâce à Simonetta Sommaruga, à reprendre goulûment tout ce que Bruxelles prescrit. Le délitement de la grande utopie a commencé et chaque jour qui passe montre à quel point l'UDC a eu raison de préserver la Suisse d'une dissolution dans ce marécage putride. Face à une gauche qui rêve toujours d'une adhésion signifiant la fin de notre démocratie directe, nul doute que la Suisse soutiendra le seul parti qui a toujours eu une position claire sur la question, désireux que notre pays reste libre, indépendant et neutre à jamais, à savoir l'UDC.

Yvan Perrin, 5 mars 2018

7 commentaires

  1. Posté par Damien Francois le

    L’UE est le suicide de l’Europe. La première doit mourir pour que la seconde survive. Dès le début, l »Union de l’Europe » avait pour but sa dśconfiture totale!
    Jean Money (Monnet): « Europas Länder sollten in einen Superstaat überführt werden, ohne daß die Bevölkerung versteht, was geschieht. Dies muß schrittweise geschehen, jeweils unter einem wirtschaftlichen Vorwand » (http://www.focus.de/magazin/archiv/debatte-es-ist-zeit-fuer-deutschland-wieder aufzustehen_aid_544099.html.)
    J-C. Junkie: « Wir beschließen etwas, stellen das dann in den Raum und warten einige Zeit ab, ob was passiert. Wenn es dann kein großes Geschrei gibt und keine Aufstände, weil die meisten gar nicht begreifen, was da beschlossen wurde, dann machen wir weiter – Schritt für Schritt, bis es kein Zurück mehr gibt » (« Die Brüsseler Republik », in: Der Spiegel, 27. Dezember 1999, Hamburg)

  2. Posté par maury le

    Je pense que l’alliance des pays de l’Europe de l’Est va signer la fin de cette dictature !!!parce qu’il a senti le vent tourner Juncker a refilé le bébé en catimini à un de ses compères allemand! »mais c’est foutu!!!! »

  3. Posté par Vengeur le

    Pour ma part j’aurai 3 questions à M. Perrin libre naturellement d’y répondre ;
    1. – Selon vous quelles sont les % chances pour que la Suisse n’adopte pas ce que Cassis veut faire passer ?
    2. – Combien d’années devraient-on attendre avant que cette Europe disparaisse ?
    3. – Pensez-vous que des affrontements violents suivront ces dérèglements (si ils ont lieux) Européens ?
    Politique et ayant de la « bouteille » j’aimerai savoir si par vos réseaux et connaissances il est probable que cela puisse se passer.
    Merci et meilleures salutations

  4. Posté par combattant le

    Bravo aux Italiens pour leur choix,qui EST LE MEILLEUR CHOIX pour quitter cette EU anti-démocratique,arrogante,réduisant les pays membres à l’austérité,une dictature DE MERDE,dirigée par une poignée d’incapables. VIVA força Italia,Vive Marine le PEN,Vive la Hongrie,Vive Donald Trump,Vive L’UDC.

  5. Posté par Antoine le

    Soyons optimistes !
    Résultats des prochaines élections en 2019 permettront de placer :
    3-4 Conseillers Fédéraux UDC, 2 PLR et 1 PS …
    Plus de dictature de la part de ces zélites arrogantes et traîtres à la Patrie ! Je rêve !!

  6. Posté par miranda le

    ILs nous ont pris pour des naïfs face à leur projet de GRAND REMPLACEMENT par la mise en place de  » ce gentil plan plan » d’union du métissage dans l’amour et la fraternité », plan KALERGI, dont l’immigration-invasion est la preuve la plus VIOLENTE.

    Ils nous ont pris pour des naïfs face à leur relation « très intéressée » avec l’Islam des pétromonarchies, religion qui voudrait nous mettre à genoux devant ses exigences.

    Ils nous ont pris pour des naïfs en nous faisant endosser la responsabilité de l’emploi manquant qui serait dû à nos exigences salariales,

    Ils nous ont pris pour des naïfs face aux délocalisations qui seraient inéluctables face à nos exigences en droit du travail

    Ils nous ont pris pour des naïfs en pensant qu’on ne s’apercevrait pas que les entreprises du CAC 40 étaient les grandes privilégiés du non impôt.

    ILs nous ont pris pour des naïfs qui n’auraient pas vu « la vente de l’Europe ouverte à tous les courants d’air laissant pénétrer tous les LOBBIES en la demeure ». En abaissant à son niveau le
    PLUS BAS DE L’HISTOIRE, le protectionnisme dont nous avons besoin FACE AUX AUTRES PAYS QUI, EUX, SAVENT LE PRATIQUER.

    Ils nous ont pris pour des naïfs suffisamment aveugles pour ne pas voir leur connivence avec la finance mondialiste, dont la preuve vivante est Mr BARROSO .

    Ils nous ont pris pour des naïfs en pensant qu’on ne s’apercevrait pas non plus que ce sont les PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES qui sont injustement les plus pénalisées par les tracasseries administratives et le paiement de l’impôt, ALORS QUE CE SONT ELLES QUI FAVORISENT L’EMPLOI ET FONT VIVRE LA NATION.

    Ils nous ont pris pour des naïfs en pensant que l’on ne s’apercevrait pas que le fonctionnement de l’UNION EUROPEENNE est entre les mains, comme le disait si bien NIGEL FARAGE, de mafieux et de destructeurs des nations.

    Qui veut encore allonger la liste de leurs trahisons diverses? Merci

  7. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Ca serait marrant de voir les pays européens sortir du machin un par un, et la Suisse y entrer enfin…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.