Faut-il durcir la législation sur les sans-papiers? Débat entre Ada Marra et Raymond Clottu

GauchismeMaladieSénileBON

http://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/faut-il-durcir-la-legislation-sur-les-sans-papiers-debat-entre-ada-marra-et-raymond-clottu?id=9300501

RTS, Forum, 09.02.2018

Faut-il durcir la législation sur les sans-papiers? Débat entre Ada Marra et Raymond Clottu

rts-raymond-clottu-ada-marra

 La Commission de la sécurité sociale du Parlement a soumis au Conseil fédéral plusieurs propositions pour durcir la politique envers les sans-papiers. Le débat entre Ada Marra, conseillère nationale socialiste vaudoise, et présidente de la Plateforme nationale pour les sans-papiers et Raymond Clottu, conseiller national neuchâtelois indépendant.

 

Cenator : Tout d’abord, c’est la manipulation habituelle de la RTS pour la forme du débat. Ada Marra est présente au studio : lorsqu’elle parle au micro, c’est comme si elle était toute proche des auditeurs. Raymond Clottu est au bout du fil, peu audible. De plus, Marra ricane, interrompt Raymond Clottu à plusieurs reprises sur un ton arrogant mais c’est elle qui lui intime l’ordre de ne pas l’interrompre, tout en l’assaillant de  « ce n’est pas vrai », « vous dites n’importe quoi » lorsqu’il  parle.

La question se pose alors. Comment est-il possible que les invités gauchistes se trouvent systématiquement dans le studio lors des interviews alors que les membres de l’UDC sont au bout du fil, moins audibles? Comment se fait-il que c’est systématiquement les gauchistes qui interrompent les interviewés de l’UDC (ou les adversaires de la gauche, comme c’est le cas avec No Billag)?

Comment se fait-il aussi que nous nous trouvions souvent avec un gauchiste au bagout agressif contre un opposant qui parle mal le français ? Quant au temps de parole que le journaliste accorde aux gauchistes face à l’UDC, c’est toujours en faveur des gauchistes. Nous en avons encore un exemple cette fois-ci.

 

Raymond Clottu  pose le problème de l’obligation de financer les sans-papiers, qu’ils soient assurés ou non. La Suisse ignore complètement leur nombre (ndlr : ce qui est spécialement dangereux également sur le plan de la sécurité, lorsqu’on sait que l’Europe occidentale est  infiltrée de djihadistes). La motion déposée au Parlement demande de faciliter les échanges d’info sur les sans-papiers, avec la collaboration des institutions étatiques comme l’école où les enfants de clandestins sont scolarisés. La motion ne demande pas les noms mais de recenser leur nombre. La majorité des clandestins ne sont pas enregistrés comme tels.

Selon nos lois, les assureurs ont l’obligation d’assurer les sans-papiers. Or, les personnes qui se présentent comme sans-papiers alors qu’ils résident à l’étranger bénéficient ainsi, dans une proportion que nous ignorons, des prestations des assureurs alors qu’ils ne sont pas des sans-papiers. Marra, avec l’aide du journaliste, réussit à faire passer Raymond Clottu pour un horrible xénophobe qui veut persécuter des braves et pauvres travailleurs qui vivent déjà dans la peur. Marra est devenue LA spécialiste dans ce domaine : le sanglot pour les pauvres étrangers tandis que les UDC sont le diable, les fascistes, les vrais ennemis du peuple et des pauvres. Autre remarque : pour Raymond Clottu, les sans-papiers sont simplement des personnes qui n’ont pas de papiers, comme leur nom l’indique. Pour Ada Marra, les sans-papiers sont les travailleurs étrangers au noir, elle ne démord pas de cette conception.

(02:01) Mehmet Gultas: Ada Marra, pourquoi vous offusquez-vous, Raymond Clottu propose simplement de recenser leur nombre et pas leur identité, à ces sans-papiers.

Ada Marra : Mmh, je ne sais pas si vous avez lu la motion, mais ce n’est pas du tout ce que demande la motion. C’est ce que dit M. Clottu, mais l’écrit est mieux que l’oral. Donc, au contraire, ce qu’ils demandent, c’est simplement de faire en sorte que les sans-papiers n’accèdent pas à certaines assurances. Mois, je crois, le plus important, maintenant, c’et de définir qu’est-ce qu’un sans-papiers. Un sans-papiers, c’est un travailleur en Suisse, qui, pour certains, c’est ce qu’on appelle les travailleurs au gris, et c’est pratiquement certainement la majorité, c’est des travailleurs qui travaillent, qui paient des cotisations. Par exemple le chômage, mais qui n’ont pas le droit de percevoir le chômage, de par leur statut. C’est des gens qui, par exemple, cotisent à l’assurance-maladie, mais que tout d’un coup on voudrait dire non, ils n’ont pas le droit de cotiser à l’assurance-maladie, alors moi je voudrais juste qu’on m’explique [pourquoi] on serait le seul pays au monde où on dit à des travailleurs [de] ne pas cotiser aux différentes assurances parce que ça déplairait à certains. Par contre c’est des gens qui n’ont pas le droit au chômage, qui n’ont pas le droit à l’aide sociale, qui n’ont pas le droit aux prestations complémentaires, etc. Donc on voit que les abus considérés par M. Clottu n’existent pas pour la plupart du temps. (03:20)

(04:49) Ada Marra : J’espère que M. Clottu n’est pas sérieux quand il fait la comparaison des sans-papiers et de ces… soi-disant, sous-entendu, des sans-papiers riches. Je rappelle simplement que la plupart… (je ne vous ai pas interrompu, j’aimerais terminer) les sans-papiers ce sont pour la plupart des femmes de ménage, ce sont pour la plupart des serveurs dans les restaurants, donc on sait très bien que ce ne sont pas ceux-là qui gagnent des mille et des cents et qui cherchent à ne pas payer d’impôts contrairement à d’autres, dans le canton de Vaud notamment. Ceci étant dit, ce qui est quand même extraordinaire dans cette motion, c’est que tout d’un coup on veut, à travers la santé, le social et l’école, [que] cette Commission [fédérale] se substitue aux cantons. Si je prends l’école et ce qu’ils demandent en fait, la délation, c’est la délation pour les profs par rapport aux sans-papiers. Je rappelle simplement que c’est dans l’accord international pour les droits des enfants, qu’ils soient scolarisés, donc de toute façon la deuxième chose, c’est que l’école, c’est de la compétence des cantons. Alors maintenant, la Commission santé-social vient dire aux catholiques et aux départements de l’instruction publique ce qu’ils doivent faire, ça c’et un petit peu étonnant. Mais moi, surtout, ce que j’aimerais qu’on, qu’on, qu’on, qu’on, qu’on comprenne, et je le répète et je le redis, c’est que ce sont des travailleurs, et pour pouvoir régulariser la situation, pour arrêter l’hypocrisie, pour avoir des chiffres, la solution, c’est ce qu’est en train de faire un conseiller d’Etat radical, PLR, dans le canton de Genève, ça s’appelle l’opération Papyrus [Mehmet au secours de Marra : Pierre Maudet] [Ada Marra acquiesce : Monsieur Maudet]. Il y a eu un deal, alors, la partie qui me plaît moins, mais je suis pour le consensus, c’est qu’on amnistie les employeurs qui ont employé au noir – parce que derrière chaque employé au noir, rappelons-nous, il y a un employeur qui prend au noir – et, par contre, ils pouvaient régulariser, présenter des dossiers de régularisation, avec des critères extrêmement stricts, qui sont : 5 ans de séjour [pour] ceux qui ont un enfant scolarisé, pour les autres c’est 10 ans en Suisse ; qui ont un travail, qui ont un ou plusieurs emplois, qui sont indépendants, qui ne coûtent rien à la société, et [n’ont] pas de casier jud… pénal, etc.

Journaliste, sur un plateau d’argent à Marra : Mais Ada Marra, vous êtes d’accord sur le principe de mettre fin à une forme d’hypocrisie, puisqu’on dit aux sans-papiers : vous pouvez travailler, cotiser, intégrer vos enfants à l’école, mais vous restez sans-papiers.

Ada Marra : Alors évidemment, ce n’est pas moi qui vais [le] dire. Moi, je dis : donnez des papiers à ces personnes, comme le fait Papyrus. Parce que ce sont des travailleurs.

(Ensuite, la parole est donnée à Raymond Clottu.)

Raymond Clottu (parle mais inaudible) : ... vous en conviendrez avec moi, Mme Marra, un sans-papiers, c’est aussi, par exemple, un demandeur d’asile débouté…

Ada Marra : Mmmm, justement pas.

Raymond Clottu : A un moment donné, on doit quand même aussi avoir des règles, on est dans un pays où on a ces règles, qu’on doit respecter, et là on peut tout à fait se joindre, je suis tout à fait d’accord avec vous, mais à un moment donné il fait que chacune et chacun respecte les règles. Alors on ne peut pas avoir…

Ada Marra (l’interrompt) : Un requérant débouté, Monsieur, c’est un clandestin, ce n’est pas un sans-papiers.

Raymond Clottu (continue) : (inaudible) si on veut savoir ce que ces personnes coûtent comme réfugiés, on sait…

Ada Marra (l’interrompt) : Ils ne coûtent pas, ils rapportent, ils travaillent.

Raymond Clottu : Mais arrêtez…

Ada Marra : Mais non, c’est vous qui devez arrêter !

Raymond Clottu : (continue, mais AM proteste de temps en temps pendant qu’il parle).

Ada Marra : Comment ils peuvent coûter à des assurances sociales auxquelles ils n’ont pas droit, Monsieur, mais expliquez-moi ? expliquez-moi ?

Raymond Clottu : Vous croyez qu’un sans-papiers qui…

Ada Marra interrompe Clottu : D’abord vous avez parlé…

Mehmet Gultas : Attendez ! Vous dites « expliquez-moi », alors laissez-le expliquer.

Raymond Clottu : Vous pensez qu’un sans-papiers aux urgences n’est pas soigné ? Arrêtez s’il vous plaît !

Ada Marra : Oui, mais ils ont payé l’assurance soc… l’assurance-maladie, ils ont bien raison, et puis même, Monsieur, au début vous avez dit : oui, alors il y a des gens qui ne sont pas sans-papiers, qui vont dire que ce sont des sans-papiers, mais maintenant vous venez me dire mais ce sont les sans-papiers qui mentent, il faudrait savoir ! Vous êtes dans le complot total, la réalité c’est qu’il y a des gens, M. Clottu, pourquoi pensez-vous que les policiers ou l’Etat ne peut pas faire plus qu’elle [la police] fait par rapport aux sans-papiers, sur la surveillance et le renvoi ? Pourquoi ? Parce qu’il y a une proportion des moyens, or ce sont, je répète, des gens qui rapportent aux assurances et aux cotisations, et vous, vous voulez les renvoyer !

Clottu : Vous m’avez mal écouté.  Il y a des personnes qui se font passer pour des sans-papiers et les assureurs ont l’obligation de les assurer et ils reçoivent les prestations. Nous ne connaissons pas leur nombre, nous aimerions savoir, ce qui est le minimum pour un pays libre, de connaître le nombre de ceux qui sont illégalement dans notre pays !

 

*****

Cenator : Adda Marra œuvre pour l’invasion de notre pays par tous les moyens possibles. De toute évidence, notre petite pro-Soros hait notre pays. Cette femme d’une stupidité crasse a pu être élue parce que nos médias et spécialement la RTS la mettent à la fête régulièrement.

Nous allons expliquer le topo, ce que Raymond Clottu n’a pas pu dire dans cette émission, ce que nous n’entendrons jamais à la RTS :

Nous savons que l’écrasante majorité des demandeurs d’asile déboutés restent dans notre pays. Et même ceux qui sont rapatriés, à coups de dizaines de milliers de francs, reviennent souvent comme clandestins. Lorsque la date de l’expulsion approche, les déboutés entrent dans la clandestinité. Les infrastructures ad hoc de Marra sont là pour les aider (logement, repas gratos, dentiste, soins, coiffeurs, vêtement, tout est fourni tant que leur situation le demande. Comment vivent la majorité de ces clandestins ? Promenez-vous à Lausanne au centre ville et vous verrez des mâles africains attroupés en grappes pour vendre la drogue à chaque coin de rue, et ceci jusqu’à minuit, et d’une manière très organisée (fournisseurs, guetteurs, vendeurs, chacun a sa place). C’est la partie visible. Ceux qui entrent dans les filières de la criminalité le sont moins. Mais même si nous nous concentrons sur les clandestins que Marra évoque – les femmes de ménage de l’Amérique du Sud – nous n’avons pas gagné non plus. Beaucoup de ces gens sans formation, une fois qu’ils ont un permis, se mettent à l’aide sociale, qui rapporte bien plus que leur travail et en plus, sans se fatiguer... Il y a également une autre catégorie de clandestins : les  prostitué(e)s. Ces personnes coûtent bonbon aux contribuables. Ce milieu a des problèmes de santé importants, maladies vénériennes à répétition, interruptions de grossesse, accouchements, et lorsque les enfants venus au monde sont handicapés suite à leur mode de vie (drogue, hépatites, HIV+, OH...), la prise en charge du bébé coûtera le quintuple. Tradition humanitaire oblige, les mères avec bébé sont inexpulsables.

Que dit la loi pour les clandestins ? Chaque personne sur le sol suisse a droit aux soins. Lorsqu’un clandestin arrive à l’hôpital et n’est pas assuré, un assistant social fera les démarches pour l’assurer en donnant n’importe quelle adresse. Les caisses ont l’obligation de les accepter et n’ont pas la possibilité d’exiger un papier d’identité. L’Etat raisonne ainsi. Une fois le clandestin assuré, ce n’est plus l’Etat qui paye les frais de soins mais la caisse maladie (donc, les assurés). Depuis plus de dix ans, les subsides sont également accordés aux clandestins, alors que le simple pékin se voit refuser le subside dès qu’il dépasse de 10.- fr. la limite de revenu. Sur quelle base ? De nouveau, cela revient moins cher de faire payer aux contribuables sous forme de subside les primes du clandestin que de payer la totalité des soins, étant donné qu’une journée au CHUV peut coûter plus de 1000.- fr. L’assistant social fait une demande pour le clandestin à l’OCC, en expliquant le cas, et le subside sera accordé, dans la majorité des cas. Parfois, il y a des prostituées, des trafiquants de drogue, mais également des Africains déboutés (surtout avec enfants), qui n’ont aucun permis d’établissement mais sont au bénéfice d’un subside OCC.

 

22 commentaires

  1. Posté par bonardo le

    Encore elle ,toujours elle ,elle commence sérieusement à énerver la population ,si elle n`est pas contente ,libre à elle de retourner chez elle ,les sans papiers dehors un point c`est tout ,il est trop facile et trop simple de venir dans un pays illégalement ,de pouvoir obtenir des papiers ,des naturalisations et le beurre et l`argent du beurre ,la Suisse n`est pas une poubelle ,pas plus qu`un souk ,donc Madame ,par pitié taisez vous ,car votre arrogance et votre prétention ne font plus recette.

  2. Posté par Gooby le

    Je suis effaré de voire cette petite arrogante qui se prend pour Caroline Fourest (pseudo essayiste,journaliste française) qui essaye de nous gargariser de leur radio-télé poubelle avec leur propagande bolchevique. Elle doit avoir un orgasme chaque fois qu’elle peut couper la parole à une personne qu’elle n’aime pas. Faudrait lui expliquer qu’on peut avoir un orgasme différemment à cette inculte petite gauchiste. Le plus grave est qu’elle est une élue (je crois) au parti socialiste vaudois. A quand les journalistes de droite à la RTS, qu’elle devienne une télé dee débat et non un instrument de propagande. Le problème est la mollesse de certains journalistes star… Descaillet la (méga-star) de Léman-bleu qui laîche les fesses de tous les traîtres possible.
    Il ne faut pas les brusquer ces malades qui nous gouvernent. A part si sont bien à droite.
    Et c’est nous les fachos.
    C’est dingue qu’un pays comme la Suisse où il y a des lois contre le travail au noir, contre les sans papiers, contre les tricheurs en tout genre et des pseudos journaliste appellent à la désobéissance en public sans être recadré par la suite. Si je traverse une route à coté d’un agent de police, il m’arrête et me rappelle que ça ne se fait pas et peut me mettre une amende si je n’obéis pas. Mais ces gens ne sont jamais remis à leur place. À quand un organisme indépendant de contrôle contre ces petites gens pour les réprimander quand ils sortent des clous?
    Il y a aussi sa collègue syrienne (Memèrebachi), qui est de la même trempe et qui sévit à Infrarouge, et qui traite les gens de droite de la même manière.
    Bref DE LA GRANDE TELE. Canal + à du soucis à se faire avec nos star le la télé-réalité.

  3. Posté par leu fro le

    Tout dialogue avec celle-la est du temps perdu. La Suisse elle en a rien à faire, il faut l’expédier à Bruxelles ! En plus avec la rente de là bas elle peut aller vivre au soleil de la botte où elle a ses racines !

  4. Posté par bdr le

    La télé ça rend con, quand est-ce que vous allez la balancer au lieu de tergiverser ?
    Si plus personne ne regarde ce média désuet la question de la redevance sera reglée. -

  5. Posté par Tommy le

    A Evelyne @
    Tout est dit dans votre témoignage.

    Génuflexions devant  » l’autre » , si prompt à nous enrichir de par sa simple présence. Sourire benêt et grandes dents, dreadlocks et analphabétisme.

    Locaux gênants, anciens colons , racistes et qui peuvent bien attendre leur tour.

    Plus on est confronté à un inutile, doté de capacités intellectuelles lamentables , paresseux et revendicateur , plus nous avons le devoir de nous effacer et de lever les bras au ciel…

    Les messies sont revenus!

  6. Posté par Le pragmatique le

    Il est temps que cette grosse gourde retourne dans les pouilles.

  7. Posté par Evelyne M. le

    Préambule: j’ai oeuvré toute ma (longue) vie pour le rapprochement des peuples, la non-intervention dans les affaires des autres nations, le soutien aux plus faibles, etc., (sans cependant appartenir à un parti politique).

    Mais je constate aujourd’hui l’invasion de gens dits migrants qui-ne-le-sont-pas-toujours avec, en filigrane, le remplacement agendé des ‘natifs des pays du continent européen’ (exprimé ainsi parce que, vous l’aurez compris, je me fiche de l’Union européenne qui doit disparaître). Les propos irrespectueux et mensongers de personnes comme Ada Marra et la complicité évidente des medias suisses, et plus généralement occidentaux, m’obligent à témoigner au moins d’une partie de ce à quoi j’ai assisté ou que l’on m’a rapporté de première main:
    1. un jeune Afghan bien habillé, avec smartphone, invité chez des gens dans le cadre de l’accueil aux étrangers dont ils font la promotion, qui se plaint de ne recevoir « que » 400.-CHF par mois pour sa nourriture & ses transports,
    2. un couple de personnes âgés dont l’homme (82 ans) fait un malaise. Son épouse l’emmène aux urgences. Durant les 3h30 de leur attente dans un couloir, ils ont vu plusieurs migrants (entre 20 et 30 ans) arriver dans le service et être reçus directement,
    3. Dans le canton où j’habite, le service aux migrants leur offre… l’abonnement au fitness!
    4. Ce que les gens comme Ada Marra refusent absolument de reconnaitre, c’est que les photos des migrants qui débarquent montrent environ 90% d’hommes jeunes, musclés, en bonne santé, bien habillés, bien chaussés, avec des smartphones et des euros dans la poche. Question double: Quelle est leur mission & qui les financent?
    Les véritables réfugiés sont pauvres, souvent en famille, à moins qu’ils n’aient tout perdu. Et ceux-là n’exigent rien: ils sont humbles et reconnaissants envers le pays qui les accueille. Ce qui est la moindre des choses, non?
    5. En Belgique & en France, des SDF délogés pour loger des migrants. Je viens de trouver ceci: http://www.wikistrike.com/2015/09/polemique-en-belgique-des-sdf-deloges-pour-laisser-place-aux-migrants.htmlhttp://lagauchematuer.fr/2015/06/18/nanterre-des-sdf-francais-renvoyes-dun-centre-daccueil-pour-accueillir-89-migrants/ – Et ceci: https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t32217-des-migrants-mecontents-detre-loges-avec-les-sdf . Cela se produit-il aussi en Suisse ? Je l’ignore. Combien de SDF natifs en Suisse ? Je l’ignore. C’est comme le nombre de migrants, personne ne le sait. Ou personne ne veut le dire.

    Conclusion: il est EVIDEMMENT impératif de connaître le nombre des migrants sur le sol national, leur statut, leur âge, leur situation familiale, et ce qu’ils coûtent à la collectivité – à tous les niveaux et pas seulement sur le plan financier : l’augmentation des viols (y compris d’enfants, Madame Marra) & autres crimes sont parallèles à l’augmentation du nombre de migrants, ce qui peut être trouvé sur les medias non-alignés.

    Faut-il être stupide — ou complice de crimes envers la nation — pour ne pas admettre la légitimité et l’urgence absolue de constituer une liste détaillée des migrants et de leur profil, en sachant déjà qu’une bonne partie n’y figureront pas grâce à la complicité de gens comme A. Marra.
    C’est la seule façon de faire la différence entre véritables réfugiés et envahisseurs, et cela demande des enquêteurs d’une neutralité absolue.
    -*-

  8. Posté par SM le

    M. Naiman, merci d’avoir rappelé ce détail qui, sans doute, a échappé à beaucoup d’entre nous…

  9. Posté par Fleeps le

    Bon elle va bien avec la RTSSSRTSR, pile poile avec cette tour qui sera bientôt reconvertie en logement sociaux!

  10. Posté par yva a le

    Elle est dans l anachronisme la plus totale… elle est encore dans le schéma des luttes de classe … heho Adda réveille toi on n’est pas dans les années 70…Papa n est plus maltraité par les méchants patrons… tu défends les ouvriers?… mais y en a plus… !!!…. et tu peux pas les remplacer par les clandestins… recycle toi dans autre chose

  11. Posté par Jean Naimar le

    Addolorata svp. Merci.

  12. Posté par Matelot le

    Elle est encore là celle-là? Pourtant rester dans un pays qui n’existe pas ne me semble pas de la plus grande cohérence. A moins que les revenus perçus dans ce mirage soient plus conséquents que chez elle, à savoir dans cette Italie qui doit certainement exister dans son « cerveau ».

  13. Posté par SM le

    Rien que de lavoir, de l’entendre, cette conne me fait gerber. Si c’est ça, l’immigration et la naturalisation réussies, je peux tout autant me pendre.

  14. Posté par Pépé le Moko le

    Si je comprends bien, on peut vivre en Suisse sans papiers ?
    En ces temps de déclaration d’ impots a remplir, il est incroyable le nombre de justificatif que l’ on doit fournir a l’administration pour avoir le droit de payer des impots qui serviront aux migrants et sans- papiers!
    au moindre retard nous sommes sanctionnés !

  15. Posté par Barbara le

    Quand je pense que l’Etat suisse a eu la mauvaise idée d’octroyer la nationalité à cette punaise de Adda Marra ….

  16. Posté par Antoine le

    Adada Mara est une personne mal élevée et arrogante qui veut toujours avoir raison.
    Et dire que des gens ont voté pour elle … a se poser des questions !
    Concernant M. Mehmet Gultas (RTSocialiste) il est en ligne avec sa direction de gôche !
    Je voterai OUI à no billag !
    Ce qui est sensé être un débat n’est en définitive que de la propagande de gôche !

  17. Posté par conrad.hausmann le

    Les sans-papiers , il faut en réunir quelques deux ou trois cents et les herberger dans la tour blindée de la TSR quai-Ernerst-Ansermet. Car il est difficile de rentrer chez ces faiseurs d’0pinion eux, aiment la sécurité,le respect,les gros salaires! Mais il y a de la place dans cette Tour . Pour finir n’oubliez pas OUI à No-billag!

  18. Posté par François Brélaz le

    Si je prends le cas du canton de Vaud, les autorités tolèrent les sans-papiers. Ils peuvent même demander un subside pour l’assurance-maladie !

  19. Posté par Yolande.C.H. le

    Marra introduit une différence qui n’existe pas; et ce n’est pas parce qu’une personne trouve un emploi qu’elle perd son statut d’irrégulière: elle peut l’être par des connaissances ou des gens qui ne respectent pas la législation.

    SANS PAPIERS: L’expression étranger en situation irrégulière (parfois nommé « sans-papiers » ou « clandestin ») désigne un statut juridique, qualifiant la situation d’un étranger présent sur le territoire d’un État, tout en étant dépourvu de titre de séjour en règle.

    CLANDESTIN: qui existe, fonctionne, se fait de manière secrète, en dehors de ceux qui exercent l’autorité, à l’encontre des lois établies, de la procédure normale et licite.

  20. Posté par bigjames le

    J’ai de la peine à imaginer que des suisses votent pour elle.
    Elle ne doit ses élections qu’à la RTSocialiste. NO BILLAG.
    Cette femme est une des nombreuses destructrices socialistes de notre nation.

  21. Posté par rikiki le

    Ada Marra, un autre sujet que cette pétasse svp

  22. Posté par SD-Vintage le

    et il y a des gens qui votent pour cette cruche. Il faut refuser les débats téléphoniques.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.