Réfugiés : la France à la rencontre des demandeurs d’asile en Afrique

Pour tenter d'éviter les traversées qui font chaque jour de nouveaux morts en Méditerranée, l'Office français de Protection des Réfugiés et Apatrides (Ofpra), chargé d'accorder le droit d'asile, se déplace désormais directement au Niger, en Afrique, pays de passage avant la longue remontée vers l'Europe. Comment s'organise leur travail sur place ? Reportage.

Suite

6 commentaires

  1. Posté par Sam le

    Ils vont faire leurs courses au supermarché

  2. Posté par Sitting bull le

    ça déconne tout le temps dans la tète des gauchistes humanistes , en Italie on les accueillait dans des hôtels aux frais des contribuables , maintenant on va les chercher assurant eux mêmes leurs propres suicides et disparitions et changement de peuple , en France la moitié de la population est déjà d origine étrangère , encore 30 ans d invasion et les blancs seront minoritaires chez eux , l Italie et la Sicile on ne les reconnait déjà plus ,les grandes capitales sont déjà noires et musulmanes et chaque arabe fait 10 enfants qui a leur tour font 10 enfants , a ce train la , l UE sera un prolongement de l Afrique dans 30 ans

  3. Posté par meulien le

    En 1962, alors que les francais d’algerie se faisaient massacrer par « des musulmans moderes »(plus de 4 000 morts),le chef de l’etat francais a refusé d’envoyer des bateaux supplementaires pour les évacuer et a meme tenté d’interdire l’entree du port d’Oran a deux navires espagnols. …la france pays des droits de l’homme….mon cul!!!

  4. Posté par Bussy le

    Ils trouvent qu’il n’en arrive pas encore assez comme ça, ils vont aussi aller en chercher !
    Vont-ils réquisitionner des bateaux de croisière ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.