Alain Berset sert-il notre Confédération ou bien les causes de la gauche ?

RTS, « NATURALISATION SUISSE: Recalé! »  Mise au Point du 28.1.2018

« Antonia et Salvatore Scanio, un couple italo-portugais, installé depuis dix ans à Nyon, ont été recalés cet automne par la commission de naturalisations de la commune vaudoise. Aujourd'hui, ils pensent saisir la justice. […] »

 

Commentaire de Cenator:

Lors de cette émission, ce couple italo-portugais présente une lettre manuscrite, du 10.12.2017, d’Alain Berset, Président de la Confédération.

De quoi s’occupe le Président de la Confédération et comment peut-il avoir le temps nécessaire pour un tel courrier manuscrit ? (Dans ce courrier, M. Berset indique bien sûr qu’il ne se mêle en rien de la procédure mais qu’il souhaite qu’ils auront la force et le courage de dépasser cette épreuve et de continuer…) Si le Président de la Confédération, ou un membre du CF, a du temps pour de telles affaires (prendre connaissance des faits principaux et écrire une lettre manuscrite), les citoyens suisses ont des soucis à se faire nous semble-t-il !

Nous savons que les gauchistes œuvrent par tous les moyens à la destruction de notre identité nationale afin de pouvoir dissoudre la Suisse en une masse multiculturelle peuplée de gens interchangeables, sans racines, sans identité culturelle, sans passé, sans histoire, dont la nouvelle identité sera façonnable par le marxisme culturel et tous ses dérivés (déni de nos racines judéo-chrétienne, théories du genre, partisan d’une Suisse multiculturelle, étatiste, ouverte, à savoir prête à accueillir les ressortissants de pays pauvres qui arrivent à s’introduire sur son sol, Suisse riche, donc coupable par nature, devant expier cette situation par des aides aux Tiers monde jamais suffisantes, …).

La distribution à tout-va de la nationalité suisse fait partie de ce grand projet de destruction : avec les campagnes orchestrées simultanément par des politicards de gauche et les médias, nous avons vécu un affaiblissement constant des critères de naturalisation depuis 40 ans. Le fruit de cette politique est une avalanche de naturalisés dont beaucoup ne maîtrisent aucune langue nationale, sont analphabètes, chroniquement assistés ou même délinquants. Ainsi, bien des gens totalement étrangers à notre mode de vie détiennent un passeport suisse.

Cette dérive installée depuis des décennies vient d'être corrigée, pour la première fois, par une victoire de l’UDC : ce parti a réussi à faire durcir les conditions de la naturalisation depuis cette année.
Mais la gauche ne s'avoue jamais vaincue : en guise de réponse, elle a supprimé la commission des naturalisations à Genève et elle fait pression pour que d’autres communes suivent l’exemple.

2018 est le 40e anniversaire du film « Les faiseurs de Suisses » et la gauche, avec l’aide de nos médias, tient à marquer le souvenir de cet événement qui a ouvert l’autoroute de la naturalisation à tout-va.

C’est dans ce contexte que la gauche s’est servie de l’affaire insignifiante susmentionnée et a décidé, avec l’aide, gagnée d’avance, des médias, d’enfler ce non-événement et d’en faire un scandale national. Alain Berset en personne a apporté sa pierre à l’édifice. Ce fait signifie très probablement que son parti n’a pas encore dit son dernier mot.
Ce fonctionnement appartient à la mentalité socialiste. Adda Marra a déclenché, le 1er août, une indignation générale avec sa phrase « La Suisse n’existe pas », puis a riposté avec son pamphlet débile en écriture inclusive.

L’affaire du couple Scanio a été reprise quasi simultanément par de nombreux médias, ce qui illustre parfaitement comment la gauche et les médias travaillent main dans la main selon leur agenda politique commun:

Liste non exhaustive :

https://www.letemps.ch/suisse/2017/12/08/faiseurs-suisses-sevissent-nyon

https://www.lameduse.ch/tag/salvatore-scanio/

- Toute une page consacrée à cette affaire dans Le Matin Dimanche du 28.01.2018 : « Nous n’étions pas un cas particulier. Nous dénonçons une habitude »

https://www.lacote.ch/articles/regions/district-de-nyon/remous-sur-des-naturalisations-723027

https://www.radiolac.ch/actualite/feriez-vous-un-bon-suisse/

https://blogs.mediapart.fr/schindma37/blog/161217/du-bonheur-detre-suisse

- http://marcdales.blog.tdg.ch/tag/naturalisation

- https://www.pressreader.com/switzerland/le-temps/20171216/281651075459514

13 commentaires

  1. Posté par bonardo le

    Les Suisses sont juste bon à payer ces guignols qui sont dangereux pour notre pays ,un point c`est tout.

  2. Posté par Fabien le

    Les socialistes nous font passer la naturalisation comme un droit pour les étrangers, mais non, ce n’est pas un droit. Il faut justifier d’une présence de longue durée sur le territoire, d’une intégration linguistique et personnelle, ainsi que d’un casier judiciaire vierge, et la naturalisation peut-être refusée si tel n’est pas le cas. Et on ne va pas nous faire un documentaire dès qu’il y a un refus?! Sans oublier que pour effectuer un véritable documentaire neutre, il aurait fallu également écouter l’administration ayant refusé leur intégration avant de crier haut et fort qu’il y a discrimination. Reportage de gauche, comme d’habitude.. NO BILLAG

  3. Posté par Maurice le

    Dans ce cas précis, tellement bien soutenu par Berset qu’il en renie les autorités nyonnaises au profit d’étrangers venus quémander la nationalité, la Portugaise est intégrée socialement, puisqu’elle lave les T-shirts pour l’équipe de hockey, et qu’elle donne des cours de catéchisme ; quant à lui, l’Italien, il dit que la Suisse est son pays parce qu’il y est né et qu’il y a toujours vécu. Mais ils ne sont pas du tout intégrés politiquement, car en voulant avoir le passeport suisse, ils ne seront pas que Suisses, puisqu’ils feront partie de la bourgeoisie de Nyon, et que tout Suisse est d’abord de sa commune, puis de son canton, puis de la confédération.
    S’ils n’ont pas pu répondre aux questions, c’est parce qu’ils ne s’intéressent pas assez à la commune dans laquelle ils vivent, et dans laquelle et pour laquelle ils vont voter, en plus de voter sur les plans cantonaux et fédéraux.
    Un étranger qui n’a pas l’idée de la commune dans le sang ne peut pas comprendre comment fonctionne politiquement la Suisse, il devrait donc être au moins capable d’apprendre une brochure, et ensuite de se comporter dignement comme les Suisses, c’est-à-dire, puisque la commune a eu la générosité de leur proposer de repasser l’année suivante, de revenir fin prêts, en espérant qu’ils ont enfin acquis un petit quelque chose de l’idée de commune, au lieu de courir pleurnicher dans les tribunaux.
    Dommage que Genève vienne de renoncer à cette commission de naturalisation. C’est une preuve de plus que le canton de Genève est un canton plein de Français et de doubles-nationaux aux commandes donc devient un copié-collé du système français, car les communes n’y ont pratiquement plus d’importance, comme en France, et de moins en moins de liberté de décision pour elles-mêmes, et Genève est bien le seul canton de la Suisse où les communes ont si peu d’importance.
    C’est cela que les journalistes auraient dû montrer : remettre les choses dans leur contexte véritable et dans ce qu’une véritable commune suisse attend de ses ressortissants.
    Quant à la lettre de Berset, elle montre juste le niveau de nunucheries de certains conseillers fédéraux…

  4. Posté par Dominique Schwander le

    Ce gaucho-mondialiste de Berset nous berce depuis belle lurette et détruit notre patrie. Pourquoi des c..s votent-ils pour ce traître?

  5. Posté par Sergio le

    Nous avons un exécutif faible, très faible. C’est ce que nous avons voulu. Le critère principal pour devenir CF est de n’être un danger pour personne. À la question que fait un CF ? La réponse est ses intérêts personnels. Quant à savoir s’il est utile pour le pays ou pour les citoyens, il ne faut tout de même pas exagérer, ce n’est absolument pas sa vocation. L’autre question serait de savoir à quoi peut-on s’attendre d’un CF. La réponse est: on attend qu’ils soient remplacés par d’autres.

  6. Posté par Derek Doppler le

    Les Suisses de souche n’étant plus assez c… pour voter socialiste, ceux-ci doivent importer de l’allogène par wagons entiers pour d’abord les faire voter au niveau communal et ensuite les naturaliser pour les faire voter au niveau fédéral.

  7. Posté par JeanDa le

    FRANCHEMENT LES AMIS ! Vous vous attendiez sérieusement à autre chose de la part d’un socialiste ???
    Après les merveilleuses expériences précédentes, notamment avec la DAME PIPI-BONNE-ÂME, avec la CALAMITY-SOROS JANE, avec la RUTH TROIS-PIEDS DANS LE MÊME SOULIER ????
    Mon pauvre ami, il vous faut consulter !

  8. Posté par Bussy le

    Très suspect tous ces grands internationalistes, mondialistes, « open borders » qui se battent sur ces questions de naturalisation, donc de nationalité….
    Mais c’est vrai qu’en habitant un manoir à Belfaux, l’invasion ne pose pas de problème… pour l’instant, car dans quelques temps, quand ça va déborder de toutes parts, qu’est-ce qu’on pourra en loger des migrants dans un manoir ! Mdr

  9. Posté par Maurice le

    Grand merci Cenator pour cette analyse !
    C’est exactement cela : la double-nationalité sans aucun sens, depuis 1992, pour diluer les Suisses dans l’internationalisme de gauche. « Depuis le 1er janvier 1992, la double nationalité est autorisée en Suisse sans aucune restriction. »
    https://www.sem.admin.ch/sem/fr/home/themen/buergerrecht/schweizer_buergerrecht/doppelbuergerrecht.html
    Si bien que celui « qui acquiert la nationalité suisse obtient du même coup le droit de cité cantonal et communal ».
    Et c’est exactement là qu’est le problème, au niveau du « droit de cité communal », car devenir Suisse, c’est d’abord être de sa commune, dans le cas cité, la bourgeoisie de Nyon.
    En effet, contrairement à Genève, qui en cela est en porte-à-faux avec la Constitution fédérale, c’est la commune la base de la souveraineté suisse. Il faut donc d’abord que les communes acceptent les nouveaux ressortissants, il est donc tout naturel que ce soient elles qui décident si les futurs doubles-nationaux sont intégrés ou non.
    Et ce n’est pas étonnant que Genève, de plus en plus calquée sur le système français, ait jeté ce droit communal par-dessus bord.
    Ce n’est pas étonnant non plus que les journalistes, probablement non Suisses, beaucoup sont Français ou Belges, ou doubles-nationaux, ne connaissent absolument rien à notre système politique, sans compter que ceux qui le connaissent refusent de le reconnaître et de présenter les faits de façon correcte ; ils dévient, déforment, dévoient tout, c’est insupportable !
    Et voilà qu’un conseiller fédéral, président du Conseil fédéral donc de toute la Confédération, s’y met ! Alors là c’est grave, car cela dénote son refus de respecter la Constitution fédérale, alors que, pour le dire en gros, il est payé pour ça dans sa fonction de conseiller fédéral !

  10. Posté par Le Taz le

    C’est très bien de le relever. Poser la question c’est déjà y répondre 😉 . Quand est-ce qu’un politicien socialiste a-t-il servi les intérêts du peuple ?

  11. Posté par Antoine le

    Je n’attends rien de M. Berset (PS).
    D’abord concernant l’UE : C’est un pro-UE qui va vendre notre pays à Junker et avec génuflexion s’il vous plait !
    Puis les migrants/immigrés : La gôche socialiste est pro-muzz ! Il n’y a qu’a voir Mme S. Sommaruga (aussi PS) !!
    Puis, en tant que président de la Confédération Suisse (titre honorifique), il n’a qu’une voix parmi 7 conseillers fédéraux. Donc je n’attends rien de M. Berset pour défendre ses propres concitoyens (les nôtres AVANT les autres) et en tant que Patriotes, notre pays AVANT la dictature de Bruxelles (UE).

  12. Posté par leone le

    D’ailleurs qui, dans ce CF, sert notre Confédération?
    Cassis on ne sait pas encore, les deux UDC quand ils ont un peu de temps entre deux roupillons, Leuthard en tout cas pas, elle vient d’en donner une preuve flagrante. Quant aux autres…

  13. Posté par leone le

    Alain Berset sert-il notre Confédération ou bien les causes de la gauche ?
    Poser la question c’est y répondre!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.