Allemagne : la ville de Cottbus va interdire l’arrivée de tout nouveau migrant afin d’endiguer la hausse des violences

La ville allemande de Cottbus, dans l’Etat de Brandebourg, va interdire l’arrivée de tout nouveau migrant sur son territoire afin d’endiguer la hausse d’incidents violents récents, a annoncé le ministre de l’Intérieur de l’Etat de Brandebourg, Karl-Heinz Schröter.

Depuis le début de l’année, Cottbus est le théâtre de violences entre réfugiés et extrémistes de droite. Récemment, deux adolescents syriens ont été arrêtés dans la région car ils avaient blessé un jeune allemand au visage avec un couteau.

Depuis 2015, Cottbus, une petite ville universitaire d’un peu plus de 100.000 habitants, a accueilli environ 3.000 demandeurs d’asile. Cette ville est située dans l’ancienne Allemagne de l’Est, non loin de la frontière avec la Pologne. La population locale vit dans des conditions économiques difficiles. Dernièrement, l’afflux considérable de réfugiés a provoqué une hausse du sentiment anti-immigrés parmi les habitants.

Le ministre de l’Intérieur a fait savoir que l’interdiction de nouveaux réfugiés serait effective dans les prochains mois. La ville prendra également d’autres mesures de sécurité. La vidéo-surveillance sera renforcée dans le centre-ville. Les autorités déploieront davantage de policiers en uniforme et en civil et 10 nouveaux postes de travailleurs sociaux seront créés dans les écoles locales.

Cottbus n’est pas la première ville allemande qui refuse d’accepter les demandeurs d’asile. L’année dernière, Salzgitter, Delmenhorst et Wilhelmshaven – trois villes de l’État de Basse-Saxe – ont également décidé de bloquer l’accès aux réfugiés.

Express / The Telegraph Via Fdesouche.com

8 commentaires

  1. Posté par Astérix le

    la France sera sans doute le dernier pays ( avec quelques autres croûtes ) qui prendront de telle mesure
    vite un référendm , le pouvoir au peuple de souche ! mort à cette fausse démocratie pourrie ennemie

  2. Posté par Sitting bull le

    Bien raison qu on les mettent dans des avions et retour chez eux avec pieds aux culs

  3. Posté par paul le

    L’utilisation de termes choisis démontre l’orientation du torchon qui publie l’article .
    « Réfugiés » contre « extrémistes de droite » .
    Lire  » envahisseurs mahométans » contre « patriotes nationaux ».

  4. Posté par Antoine le

    Il serait bien plus simple et rapide de rétablir les contrôles aux frontières. Cela permettrait de limiter fortement l’immigration de masse illégale … Je rêve, les gouvernements sont COMPLICES de cet état de fait.

  5. Posté par Michel le

    Assez avec votre « sentiment d’insécurité » messieurs les spécialistes de la com !
    Nous ne sommes pas dans le domaine de l’émotion, nous sommes dans la réalité.
    Dans la vie réelle messieurs les politiciens, de la caste du Bien, ce sont NOUS, les SDF, les contribuables, les sans-dents, les patriotes, tous les oubliés de l »Etat, ce sont NOUS qui vivons parmi la faune de sauvages, d’allogènes que vous nous imposez depuis plus de 40 ans.
    Nous en avons marre de subir ces prédateurs, nous voulons retrouver notre pays de réacs, celui où sous ETIONS en sécurité dans une salle de spectacle, dans nos rues, nos terrasses de café, celui où nous ne risquions pas, à tout coin de rue, de nous faire égorger, décapiter, exploser, écraser par vos protégés.
    Nous aussi en France, connaissons le principe des vases communicants : Plus vous faites rentrer de barbares dans un pays sans frontières, plus leur masse se répartit dans tous les autres, avec la même proportion de sur-violences, d’assassinats, de viols…
    Les prisons explosent ? En France, alors qu’ils Ne représentent QUE 10% de la population, les musulmans constituent plus de 70% de la population carcérale ! Cherchez l’erreur.
    Nous avons raison : STOP à l’invasion de barbares en Europe, puis TRI dans les communautés importées.

  6. Posté par Lucide le

    C’est un peu la même chose en Suisse. L’ancien internat de jeunes filles de la Guglera en Singine (FR) a été réquisitionné (ça ne vous dit rien?) par l’etat pour y placer des noirauds et des noirauds plus clairs, ceci contre la volonté de la population environnante. Donc la démocratie suisse est malheureusement mise à mal par ce genre d’affaire regrettable.

  7. Posté par Claire le

    @Vautrin: tout à fait exact. Les préfets imposent à des petits villages et villes des dizaines, voire des centaines de « migrants » africains, que des hommes jeunes, le plus souvent contre la volonté de la population, ce sans se soucier des conséquences pour la dite population, en particulier féminine. Il y a bien longtemps que nous ne sommes plus en démocratie. Le peuple pense mal donc, depuis le référendum de 2005, on se garde bien de le consulter, et on lui impose une mondialisation qu’il ne souhaite pas. Pendant ce temps-là, la ploutocratie macronienne se vautre à Versailles avec les grands financiers et entrepreneurs de la planète. En 1793, d’aucuns furent décapités pour beaucoup moins que cela.

  8. Posté par Vautrin le

    Ils le peuvent : tant mieux ! La chose est, malheureusement, impossible dans la France jacobine où la démocratie locale est totalement anéantie par le pouvoir central. Chez nous, ce sont les préfets (donc l’Intérieur) qui imposent les envahisseurs. Où est la démocratie ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.