Les barbus attaquent aux prud’hommes

post_thumb_default

 

Securitas est une société spécialisée dans la sécurité. Quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015, qui firent 130 morts et 413 blessés à Paris, cette société, ou plus exactement sa filiale spécialisée dans la sécurité des sites aéroportuaires, a été confrontée à une vingtaine de ses employés, intégristes islamiques, ayant décidé d’adopter la tenue du parfait djihadiste. Ces individus s’étaient laissé pousser la barbe à la façon de leurs « héros », et présentaient globalement une allure qualifiée par la société de non conforme au « référentiel vestimentaire » attendu.

Il s’agissait bien évidemment d’une pure provocation. Provocation spécialement indécente dans le contexte des crimes commis. Qui plus est, ces agents de sécurité, censés protéger les usagers de lignes aériennes, les affolaient au lieu de les rassurer. Un comble !

La société ne pouvait tolérer une telle situation. Elle a convoqué les provocateurs et leur a demandé de respecter le code vestimentaire, et de se tailler la barbe. A défaut, ils seraient licenciés.

Scandale ! Discrimination ! Quatre des islamistes ont refusé, voyant dans cette demande une marque d’islamophobie. Les quatre provocateurs ont été licenciés, et ont alors attaqué la société devant les prud’hommes. Le 11 janvier, contre toute attente, le conseil des prud’hommes s’est mis en partage des voix (deux juges pour le licenciement, et deux juges contre). L’affaire devra donc être rejugée, en première instance, cette fois par cinq juges.

Photo
Bachir témoigne à barbe découverte.

Cet article Les barbus attaquent aux prud’hommes est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par JSG le

    Le pauvre et sympathique président Macron va avoir du mal à ne pas finir aux chiottes comme tous les partis qu’il a balayé à son élection, s’il ne s’occupe pas sérieusement du sujet. Qu’attend la Licra pour attaquer le Coran pour incitation à la haine, au crime, et autres délits qu’ils sont si prolixes à dénoncer. Car, en fait, s’il n’y avait pas ces textes référents dans ce livre ‘non écrit’ il n’y aurait plus de raison de tuer les souillures que nous sommes, nous, les non musulmans ! (9v28)

  2. Posté par bdr le

    Le simple fait, me semble-il, d’avoir dit ce qu’il ont dit justifie la prison en Fronce, non?
    Je comprends plus rien, y sont fous ces gaulois !

  3. Posté par Sergio le

    Il y avait, lors de la sentence, au moins deux juges islamistes. Ce qui ne présage rien de bon.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.